SOS Vergetures !

Hommes et femmes, tout le monde est concerné par les vergetures. On ne peut pas les faire disparaître mais on peut tenter de les prévenir et les estomper lorsqu'elles sont là.

Viesaineetzen.com - SOS Vergetures !

Presque toutes les femmes y sont sujettes et les hommes ne sont pas épargnés. Les vergetures sont des petites marques qui ressemblent à des cicatrices molles. Elles ont une couleur rouge ou rose quand elles apparaissent puis elles deviennent blanches nacrées au bout de quelques mois. Sur les peaux foncées, elles sont noires.

Publicité

En savoir plus

Huile de soin spéciale vergetures

Julien Kaibeck, aromathérapeute spécialisé en cosmétique naturelle, conseille dans son livre** une recette d'huile de soin qui permettrait "une amélioration notable" en 1 mois. Il suffirait de masser activement 2 à 3 fois par jour chaque vergeture avec 1 à 2 gouttes du mélange.

- 1 c. à soupe de huile de rose musquée ou de calophylle
- 40 gouttes d'huile essentielle (HE) d'immortelle (helichrysum italicum)
- 15 gouttes d'HE de sauge sclarée (salvia sclarea)
- 40 gouttes d'HE de niaouli (melaleuca quinquenervia)

Étirement de la peau
Ces stries apparaissent fréquemment sur les zones d'étirement de la peau notamment en cas de prise de poids ou d'augmentation du volume musculaire. L'adolescente est souvent touchée au moment de la puberté, certains garçons le sont également en cas de variation de poids. La femme est particulièrement concernée en période de grossesse. L'effet yo-yo des régimes amincissants est également pointé du doigt.




Peut-on bronzer zen ?

Il n'est pas sûr que "toast attitude" rime avec "zen attitude" ! Alors faut-il rester enfermé tout l'été ou ne sortir qu'enduit d'écran total des pieds à la tête ? Sûrement pas. Nous avons besoin du soleil et de ses nombreux bienfaits, notamment son impact sur la synthèse de la vitamine D.

Vie saine et zen, Peut-on bronzer zen ?

"Tout beau et tout bronzé", c'était la norme dans la seconde moitié du 20e siècle. Autour des années 2000 un vent de panique a soufflé quand on a découvert les risques du soleil notamment quant aux cancers de la peau. Depuis quelques années, les professionnels de santé pondèrent leur approche.

Publicité

En savoir plus

Bien manger pour mieux bronzer

Du fait de leur pouvoir anti-oxydant, certains aliments peuvent avoir une action photoprotectrice si l'on en consomme régulièrement.

C'est le cas des aliments riches en flavonoïdes (catéchines et épicathéchines) : cacao, thé vert, raisin, vin rouge, framboises, cassis, haricots rouges...

C'est aussi le cas des aliments riches en caroténoïdes (bêta-carotène, lycopène, lutéine et zéanxanthine), qui donnent aux fruits et légumes une couleur jaune, orange ou rouge : carotte, pêche, melon, tomate, pamplemousse, mangue, goyave, patate douce, citrouille, maïs, jaune d'oeuf mais aussi petits pois, chou vert, brocoli et épinards (leurs pigments jaunes ou rouges sont cachés par la chlorophylle).

La vitamine E peut agir avec l’aide d’autres antioxydants. On en trouve notamment dans : l'huile de germe de blé, de carthame, de tournesol, les amandes, les noisettes, les noix de pin, les graines de tournesol…

Les acides gras oméga-3 jouent un rôle indispensable pour nourrir la peau et maintenir son élasticité. On en trouve dans : les poissons gras (sardines, anchois, maquereaux, saumon…) et les huiles de colza, de camelin, de noix…

Coups de soleil, vieillissement, allergies, cancers
Les rayonnements ultraviolets (UVA et UVB) sont les principaux facteurs de risques du soleil. Les UVB s'arrêtent dans la couche superficielle de l'épiderme et sont responsables des coups de soleil. Les UVA pénètrent en profondeur jusqu'au derme, ils sont à l'origine des allergies, de l'apparition des rides et du vieillissement prématuré de la peau.




Des produits naturels pour notre peau

Pour prendre soin de nous, nous sommes de plus en plus nombreux à refuser de nous appliquer sur le visage et sur le corps des composés chimiques à l'innocuité douteuse. On préférera des produits naturels, certifiés bio. Et pourquoi pas les faire soi-même à la maison ?

Viesaineetzen.com - Des produits naturels pour notre peau

 Il y a la crainte des effets néfastes des adjuvants, des colorants et des tensioactifs. Il y a aussi le refus d'un marketing particulièrement présent dans la cosmétique et qui fait singulièrement grimper la facture…

Publicité

En savoir plus

À faire soi-même

Voici quelques recettes simples à faire à la maison.

- Crème hydratante pour Elle et Lui : verser dans une coupelle un peu d'huile végétale (argan, jojoba, germe de blé, onagre…) et l'équivalent d'une noisette de gel d'aloe vera (on en trouve en tube en pharmacie ou dans les magasins bio, voir L’aloès, la reine des plantes) ; mélanger avec le doigt ; appliquer sur la peau, cette crème sera absorbée instantanément grâce à l'aloe vera.

- Pour Lui, lotion après-rasage pour les peaux sensibles : 25 ml de gel d'aloe vera, 20 ml d'eau florale d'achillée, de camomille ou d'hamamélis, 5 ml de glycérine (en pharmacie), 20 gouttes d'huile essentielle de lavande ou lavandin. Verser l'eau florale dans un flacon, ajouter le gel, agiter, ajouter la glycérine, l'huile essentielle, secouer énergiquement.

Pour celles ou ceux qui veulent transformer leur cuisine en laboratoire d'alchimiste, de nombreux livres donnent des recettes de produits de beauté à faire soi-même, mais aussi des sites web :
- Faire ses cosmétiques bio
- Créer vos produits naturels
- Tout faire soi-même
- My Cosmetik

Slow cosmétique
Julien Kaibeck*, aromathérapeute, parle en la matière de "Slow cosmétique".




Coiffeurs "bio" : greenwashing capillaire ou véritables acteurs écolos ?

Les salons de coiffure "bio" fleurissent depuis quelques années. Certains coiffeurs n’hésitent pas à surfer sur la tendance verte pour attirer le chaland. En l'absence de réglementation, voici quelques conseils pour distinguer les vrais des faux…

Viesaineetzen.com - Coiffeurs "bio"

"Aucune réglementation ni définition n’encadre l’appellation "coiffeur bio" dans le secteur des cosmétiques", prévient Betty Santonnat, directrice du développement pour l’association Cosmebio. Difficile donc d’identifier dès le premier coup d’œil les salons de coiffure véritablement engagés dans l’écologie de ceux qui font du greenwashing. Le phénomène se développe un peu partout en France, notamment dans les grandes villes et, selon Betty Santonnat, il s'agit surtout de salons indépendants. 

Publicité

En savoir plus

Bio : bon aussi pour les coiffeurs

"Pour les coiffeurs, travailler dans un salon "végétal" revêt de réels bienfaits pour la santé", assure Guillaume. Embauché il y a 4 mois chez Bio Coiff’, après 3 années dans des salons de coiffure traditionnels, il constate déjà son mieux-être. "Avant, j’avais des problèmes respiratoires et des vertiges ; aujourd’hui, je ne tousse plus, je ne suis plus haletant… J’ai vu des coiffeurs souffrir d’allergies, de problèmes de peau, voire de perte d’ongles à cause des produits chimiques utilisés à longueur de journée."




Acteurs du développement durable - Profession : créateur de cosmétiques naturels innovants

L'histoire d'Aïny débute par une histoire d'amour avec une jeune chamane équatorienne, se poursuit par une relation respectueuse avec le peuple amérindien et s'exprime sous la forme d'une entreprise de cosmétiques naturels, bio, éthiques, équitables... Daniel Joutard raconte son parcours atypique et passionnant.

Viesaineetzen.com - Profession : créateur de cosmétiques naturels innovants

Aïny veut dire "réciprocité" et "esprit des êtres vivants" en quechua, la langue des gens qui habitent dans les Andes.

Daniel Joutard a découvert au cours de ses séjours répétés en Amérique Latine une vision magique du monde qu'il ne soupçonnait pas, une vision où tout est enchanté, tout a une âme, tout a un esprit. Il s'est rendu compte que "magie" et "science" sont souvent deux manières différentes de dire la même chose et qu'il y a la plupart du temps une correspondance entre les principes actifs qu'on trouve en laboratoire et l'usage ancestral qui est fait de la plante.
Aujourd'hui trois valeurs le guident dans son entreprise : la magie, la science, l'engagement...

Publicité

En savoir plus

Ethique et équitable

Pour Daniel Joutard, le principe du commerce équitable n'est pas suffisant dans le domaine de la cosmétique. Il permet de payer un prix juste et un produit de qualité mais pas de contribuer à une valeur immatérielle créée par tout un peuple et qui est un bien collectif.
Pour lui c'est une évidence, on ne se promène pas dans la forêt en cueillant n'importe quelle plante par hasard. On s'inspire des connaissances traditionnelles : une plante qui a une influence sur la cicatrisation peut avoir une influence sur les rides. Un chamane connaît jusqu'à 300 plantes différentes.
Daniel Joutard considère que c'est cette histoire qu'il exprime dans le marketing de sa marque. Il doit donc reconnaître cette valeur et donc non seulement payer la matière première à un prix juste au producteur mais en plus rémunérer cette valeur immatérielle.

Comment a commencé l'histoire d'Aïny ?
Daniel Joutard : En 1998, mon diplôme de l'ESSEC en poche, je suis parti travailler en Équateur dans une ONG liée au mouvement amérindien. J'ai rencontré là-bas une jeune personne en train de devenir chamane avec qui j'ai eu une relation et qui par la suite a été présente dans tous les grands moments de l'entreprise.

5 salariés

permanents à Aïny,
et une dizaine de personnes
en CDD, stagiaires, consultants…


100 %

des actifs végétaux
sont bio
dans les produits Aïny


350 000 €

environ
le chiffre d'affaires d'Aïny
en 2011






La peau à l’épreuve du froid

Pendant la période hivernale, la peau devient souvent plus sèche et nécessite plus de soins. Pour la préserver du froid, qu’on soit un homme ou une femme, une seule solution : l’hydratation. Alors sortons la panoplie de crèmes pour transformer notre peau de croco en peau de pêche !

Vie saine et zen - La peau à l’épreuve du froid

La peau est faite pour résister aux variations climatiques grâce à son film hydrolipidique formé par la sueur et le sébum. Mais ce dernier doit être en bon état ! Dès que les frimas de l’hiver rencontrent notre corps, il faut sortir le grand jeu.

Publicité

En savoir plus

Homme - Une peau rasée de près et protégée

La peau des hommes est irritée par le rasage régulier du visage.

En hiver, pour lutter contre les tiraillements et les rougeurs, on peut appliquer une huile de rasage sous une mousse à raser enrichie en agents apaisants comme l'aloe vera.
Après le rasage, il suffit de sécher son visage sans le frotter et d’utiliser un après-rasage sans alcool.

Coup de froid sur la peau
"Première ligne de défense contre toutes les agressions de l’environnement", notre peau fonctionne comme un mur de protection, souligne le Dr Laurence Lévy-Dutel, nutritionniste et auteur de Bien-être en hiver. Mais en hiver, cette barrière de défense se fragilise.

70 %

d’eau,
c’est ce que contient
la peau


100 %

plus de lipides
dans la peau des hommes
que dans celle des femmes


70 %

des femmes
ont la peau sensible
(tiraillement, inconfort, rougeurs)






Zn TV

Gaëlle Bouttier Guérive - L'Assiette verte (interview intégrale)

Manger, cuisiner, faire nos courses…
Toutes ces actions ont un réel impact sur notre santé et celle de la planète. La bonne nouvelle, c'est qu'il est possible d'agir, par nos choix alimentaires, pour redresser la barre. Nous sommes donc partie à la rencontre de Gaëlle Bouttier-Guérive, chargée d'étude Modes de vie durables au WWF, afin de comprendre pourquoi notre santé est si liée à celle de la planète, et comment agir concrètement pour faire avancer les choses.
Son leitmotiv : "reprendre les rênes de notre alimentation pour notre plaisir, comme pour notre santé et celle de la planète !" 


Publicité

Toutes les réponses en vidéo

1) Consommer n’importe quoi et n’importe comment n’est pas bon pour la planète, mais qu’en est-il de notre santé ? 2) Est ce que les choix que nous faisons au supermarché ont une chance de faire changer les choses ?
3) Aujourd’hui, on parle beaucoup des « locavores », qui sont-ils ? 4) Faut-il consommer local, de saison ou bio ?
5) On reproche très souvent au bio d’être plus cher avez-vous des solutions à nous proposer pour mieux manger sans se ruiner ? 6) C’est quoi un aliment bio ?
7) Pourquoi est-ce si important de consommer du vin bio ? 8) Selon vous, quels sont les aliments qui ne devraient exister qu’en bio, pourquoi ?
9) L’huile de palme est au cœur de la polémique en ce moment, quelles sont les conséquences environnementales de l’utilisation de cette huile ? 10) Les agriculteurs ont-ils des solutions pour pouvoir cultiver bio sans mettre leur exploitation en faillite ?
11) Notre consommation de viande est trop élevée, quelles conséquences ? 12) Quelles différences y a-t-il entre la bonne viande d’un bon et de la viande bio ?
13) Qu’est-ce que les OGM, et pourquoi est ce si décrié ? 14) Peut-on consommer n’importe quel poisson ?
15) On dit souvent qu’il faut éviter les produits tout faits, pourquoi ? 16) Quelle est la place du sel dans notre assiette ?
17) Quel sucre choisir ? 18) Comment choisir ses œufs ?
19) Comment la façon dont nous cuisinons impacte-t-elle la planète ? 20) "Cuisiner écologique", ça voudrait dire quoi ?
21) Comment rendre ma cuisine moins toxique ? 22) Y a-t-il systématiquement un impact sur notre santé dès que la planète est touchée par notre mode de vie ?
23) 3 gestes pour une assiette plus verte 24) Gaëlle Bouttier Guérive - L'Assiette verte (interview intégrale)



Un bon shampoing parce qu'on le vaut bien ! (suite)

Nous avons testé pour vous
Afin de nous rendre compte concrètement de la qualité des shampoings bios, nous en avons testé quelques-uns. Nous avons sélectionné des produits bios labélisés ou non, étudié leur composition et observé leur effet sur nos cheveux.

Publicité

 


shampoing bio Amazona Preciosa- Amazonia Preciosa :
shampoing douceur et bien-être.

Les + : une composition irréprochable.

Les - : l'aspect paraît trop gélatineux et ne s’étale pas très bien.

 

 

À voir en vidéo




Un bon shampoing parce qu'on le vaut bien !

Tous les shampoings ne se valent pas. En regardant la liste des composants, on devine aisément que l'impact sur l’environnement et notre santé n'est pas neutre.
Existe-t-il des shampoings permettant d’éviter ces effets néfastes ? Les produits bios sont-ils la solution ? À quel label peut-on se fier ?

Un bon shampoing parce qu'on le vaut bien

Nos shampoings sont pleins de conservateurs, tensio-actifs, colorants, parfums et autres substances chimiques qui peuvent être source de pollution pour l’environnement, et mauvais pour notre santé. Dès lors, il devient difficile de s’y retrouver dans l’offre des shampoings.

Publicité

En savoir plus

Les soins naturels pour nos cheveux

Pour les cheveux gras : 
- l'argile joue le rôle d’absorbeur de sébum.
 - bardane, romarin, cresson ou ortie permettent de réguler la sécrétion séborrhéique.

 Pour les cheveux secs : 
- les huiles végétales (onagre, bourrache, avocat, carthame, jojoba, argan…) ou le beurre de karité sont très nourrissants.
 - les protéines (blé, amande…) ou glycérides restructurent le cheveu.
 - un peu de vinaigre peut assurer la brillance.

 Contre les pellicules : 
- les huiles essentielles de cade et de cèdre agissent en actifs antipelliculaires. 
- les huiles essentielles de thym, romarin ou sauge ont des propriétés assainissantes.


Des polluants environnementaux dans nos shampoings
Outre le fait que les shampoings sont souvent testés sur les animaux, ils sont généralement pleins de produits chimiques. Chaque ingrédient peut s’avérer sans impact notable sur l’environnement, ou au contraire polluant, très peu biodégradable, nocif pour les organismes aquatiques, toxique pour la faune et la flore…

À voir en vidéo




Des cosmétiques, oui, mais bons pour ma peau et ma santé !

La famille des cosmétiques est grande, elle couvre de nombreux produits. Gels douches, shampooings, dentifrices, crèmes, huiles, lotions, etc. sont capables de nous faire le plus grand bien ou le plus grand mal. Alors attention ! Restons vigilants au moment de l'achat !
Laurence Wittner, journaliste indépendante, spécialisée dans le domaine des cosmétiques et auteur de plusieurs ouvrages, s'est prêtée au jeu du question/réponse. Grâce à ses bons conseils nous allons enfin savoir si pour être beau, il faut être bio.

Des cosmétiques, oui, mais bons pour ma peau et ma santé !

Lorsque l'on décide d'acheter de bons cosmétiques (efficaces, et exempts de toute nocivité qu'elle soit environnementale ou pour notre santé), le premier réflexe serait de se tourner vers les parapharmacies. Est ce que ce type de boutiques peut nous protéger des mauvais produits ?
Laurence Wittner : Non, pas forcément. Je dis très souvent que l’on peut trouver de très bons produits dans tous les réseaux de distribution, même les grandes surfaces. Je reconnais toutefois que les meilleurs produits se trouvent la plupart de temps en pharmacie, parapharmacie ou magasin bio. Mais attention tout de même car ces magasins ne sont qu’une porte d’entrée vers un choix plus sélectif, et ils ne permettent pas un achat les yeux fermés. 

Publicité

                
Syndiquer le contenu