Se passer du plastique

Pour rester en bonne santé, préserver l'environnement, produire moins de déchets et économiser les ressources, nous devons apprendre petit à petit à nous passer du plastique.

Viesaineetzen.com - Se passer du plastique

Il est partout ! Nous sommes cernés par le plastique, omniprésent dans notre vie : brosses à dent, interrupteurs, téléphones, jouets, vêtements, emballages… Certains cosmétiques, comme le gel douche, contiennent des perles de microplastique et sont conditionnés dans… du plastique.
Il faut reconnaître que c'est un matériau extrêmement pratique. Mais problème : on s'est aperçu à l'usage qu'il cause des dégâts sur notre santé et sur notre environnement. Et nous n'avons pas fini de mesurer l'étendue de ces dégâts.

En savoir plus

Qu'est-ce que le plastique ?

Le mot vient du grec "plassein", façonner, modeler.
Il s'agit d'une matière synthétique constituée de molécules à liaisons multiples (polymères) et réalisée à partir de matières premières non renouvelable (pétrole, gaz naturel et charbon) ou renouvelables (caoutchouc et cellulose).

Il existe trois groupes de plastique :
1) Les matières thermoplastiques
- Polyéthylènes (PE) : casiers à bouteilles, filmes alimentaires, sacs en plastique, seaux, tuyaux…
- Polyamides (PA) : nylon, perlon, cheville, montures de lunettes…
- Polypropylènes (PP) : emballages alimentaires, sacs en plastique…
- Polystyrènes (PS) : isolants thermiques, isolants de câbles électrique, pots de yaourt…
- Polyéthylènes téréphtalates (PET) : bouteilles alimentaires, fûts en polyester…
- Polycarbonates (PC) : plats à micro-ondes, vaisselle de camping, récipients pour conserver les aliments, CD, verres de lunettes…
- Chlorure de polyvinyle (PVC) : revêtements de sol, gaines de câble, disques vinyles, cuirs synthétiques, dessous des tapis, rideaux de douche…

2) Les résines thermodurcissables
- Phénoplastes : cuillères, plans de travail de cuisine, bakélite…
- Aminoplastes : prises de courant, isolants des composants électriques, coquetiers, plateaux, interrupteurs, gobelets rigides…

3) Les élastomères
- Caoutchouc naturel : pneus, matelas, tapis roulants, tuyaux…
- Caoutchouc à la silicone : moules de pâtisseries élastiques, garnitures de joints…
- Élastomères polyuréthane (PUR) : matelas, garnitures de joint, isolants thermiques, mousses…

Dangers pour la santé
Certains plastifiants, contenus notamment dans les PVC souples (voir encadré), libèrent sur la durée des phtalates qui migrent dans notre alimentation, nos médicaments, nos cosmétiques. Or les phtalates agissent comme des perturbateurs endocriniens (voir : Perturbateurs endocriniens, quels enjeux).




Les femmes, moteurs du bio ?

Les femmes seraient en pointe dans la consommation de bio, d'après les enquêtes. Mais dans le monde de la production, il reste du chemin à parcourir… Des initiatives comme le Prix des Femmes Marjolaine y contribuent.

Viesaineetzen.com - Les femmes, moteurs du bio ?

Le bio est en plein boom et cela se confirme. Après une croissance de 15 % en 2014 puis en 2015, les ventes de produits bio ont augmenté de 20 % au premier semestre 2016, selon les derniers chiffres de l'Agence Bio. Aujourd'hui le mouvement a changé d'échelle et gagne toutes les couches de la société : deux tiers des Français achètent du bio au moins une fois par mois et affichent à 93 % leur intention de continuer à le faire. Leurs principales raisons : la santé, qui arrive juste devant la protection de l'environnement.

Consommateurs : une tendance de fond
Cette tendance est confirmée par la dernière étude Ethicity (GreenFlex/TNS Sofres) : "Le développement durable est devenu une nécessité pour 71,9 % des Français."

24,7 %

des consommatrices bio
"consomment systématiquement
moins de viande"**


40,7 %

des consommatrices bio
"se méfient de la nourriture
industrielle"**


38,5 %

des consommatrices bio
"préparent le plus souvent leurs repas
à partir de produits frais"**






Acheter bio en vrac

Le vrac, c'est tendance ! Mais est-on sûr que la démarche est vraiment écolo, que les produits sont toujours moins chers, toujours bio et qu'on va trouver tout ce qu'on cherche ?

Viesaineetzen.com - Acheter bio en vrac

Avant les sixties, nos parents achetaient tout en vrac. Mais voilà ! Avec l'essor inexorable des grandes surfaces en libre service, les produits ont été préemballés voire suremballés : le biscuit dans la barquette, dans un sachet transparent, dans une boîte en carton ! Aujourd'hui, retour à la case départ : le vrac est tendance ! Pour limiter le volume des déchets, éviter le gaspillage alimentaire et payer moins cher, il est en effet logique d'acheter uniquement la quantité dont on a besoin dans un emballage simple, écolo, de préférence réutilisable. Est-ce qu'on a raison ?

En savoir plus

Les produits en vrac

Fruits et légumes, fruits secs (amandes, noisettes, noix, abricot, raisin…), épicerie salée (légumes secs, pâtes, céréales, épices, condiments, amuse-gueule pour l'apéritif, mélanges divers…) et sucrée (produits pour le petit-déjeuner ou la pâtisserie, biscuits, confiserie…), plantes aromatiques, tisanes, thé, café…

"À Biocoop, nous travaillons également sur le vrac liquide en épicerie. Nous sommes en train d'avancer sur les huiles, le vin, le miel", se réjouit Benoît Roger.

Proche de la vente en vrac et dans la même logique d'éviter le suremballage : la vente à la coupe de pain, fromage et charcuterie.

En non-alimentaire, la palette est plus réduite mais on peut trouver du liquide vaisselle, de la lessive ou du liquide multi-usages.




S'éclairer en respectant la planète et notre porte-monnaie

Parmi les gestes simples qui permettent d'épargner la planète et le porte-monnaie, choisir les ampoules les plus performantes peut permettre des économies substantielles. Depuis début 2013, les lampes à incandescence ont disparu de la vente. Restent les halogènes, les fluocompactes et les LED…

Vie saine et zen, S'éclairer en respectant la planète

Si nous ne faisons rien, notre facture d'électricité va s'alourdir substantiellement dans les années qui viennent. Selon un rapport du Sénat datant de juillet 2012, elle augmenterait en moyenne de 50 % d'ici 2020* ! En cause : les investissements nécessaires au développement des énergies renouvelables et le coût croissant du nucléaire.
À nous donc d'être vigilant pour faire baisser notre consommation au maximum !

En savoir plus

Précautions d'emploi

Fluocompactes
Éloigner au minimum de 30 cm de la tête de l'utilisateur. Attention notamment aux lampes de bureau ou aux lampes de chevet !

En cas de casse d'une ampoule :
- éviter de respirer la vapeur de mercure (bloquer sa respiration) ;
- aérer pendant 10 à 15 minutes et quitter la pièce ;
- ramasser les morceaux de verre avec des gants, du papier ménager puis un ruban adhésif, terminer avec un essuie-tout humide ;
- ne pas utiliser d'aspirateur ou de balai qui disperserait les particules de mercure dans l'atmosphère ;
- évacuer les débris dans des bacs de récupération de lampes fluocompactes.

LED
Choisir des ampoules sans LED apparentes car certaines produisent une lumière qui peut être dangereuse pour une rétine soumise à une exposition prolongée.

Lampes à incandescence : obsolètes
Leur principe : un filament de tungstène est chauffé à haute température.

30 000 heures

la durée de vie
des lampes à LED


8 000 heures

la durée de vie
des lampes fluocompactes


2 000 heures

la durée de vie
des lampes halogènes






Comment organiser une fête écolo ?

Qui n’a jamais préféré opter pour de la vaisselle jetable afin d’éviter de faire trop de vaisselle lorsqu’on reçoit du monde ? Quand c’est la fête, on oublie tout, on s’amuse, pas question de se poser des contraintes ! Pourtant, ces gestes ne sont pas neutres pour l’environnement et il y a des solutions…

Vie saine et zen - Comment organiser une fête écolo ?

Que ce soit un mariage, une fête d’anniversaire ou simplement une soirée entre amis, il est possible de passer un moment festif sans créer une montagne de déchets. Avec un peu d’organisation, on peut mettre en place des petits ou même de grands événements en combinant plaisir et respect de l’environnement ! Voici quelques astuces…

Tout commence par les invitations
Pour inviter ses convives, le mieux est d’opter pour des invitations envoyées par e-mail que l’on peut égayer et personnaliser par des photos ou des vidéos. Ces procédés sont rapides, simples, efficaces et surtout écologiques.

90 €

le budget traiteur
par personne
pour un mariage traditionnel


110 €

le budget traiteur
par personne
pour un mariage écolo


15 tonnes

de CO2 sont générées
par un mariage de 150 personnes
avec le voyage de noce






Locavore, mode d'emploi

Manger local est devenu, comme le bio et le commerce équitable, un des fers de lance des écolos. Mais être locavore implique un investissement qui va nécessairement au-delà d'un simple phénomène de mode. Suivez le guide…

Vie saine et zen - Locavore, mode d'emploi

Tout le monde en parle, c'est une nouvelle façon de consommer : privilégier les produits de saison et ceux cultivés à proximité (dans un rayon de moins de 200 km).

En savoir plus

Localisme

Déjà au 19e siècle, certains penseurs font l'apologie du localisme (mouvement qui vise à promouvoir tout ce qui est local aussi bien les emplois, que les industries ou la nourriture).

C'est en 1980 que l'idée de manger local naît. À cette époque, un anglais, Tim Lang évoque la notion de "food miles", kilomètres alimentaires. Dès lors, le mot locavore apparaît et commence à regrouper des partisans. Aux États-Unis le mouvement connaît un véritable essor. À tel point que le mot "locavore" entre dans le New Oxford Dictionary en 2007.

Je suis locavore et je le vis bien
À l'occasion de l'écriture de son livre Le guide du locavore, pour mieux consommer local, Anne-Sophie Novel, docteur en économie, spécialiste des questions de commerce et de développement, a elle-même suivi un régime locavore strict pendant deux mois, avant de l'adopter définitivement. "Cela induit un véritable changement de comportements et d'habitudes", précise-t-elle.

6 %

des terres agricoles devraient être cultivées en bio en France en 2012, actuellement c'est 2,5 %.


10 à 20 fois +

de pétrole pour un fruit hors saison importé par avion par rapport au même fruit produit localement et en saison.


91 %

des Français
privilégient les produits de saison
sans pour autant être locavores.



À voir en vidéo




Le diagnostic de performance énergétique

L'affichage du diagnostic de performance énergétique (DPE) va, en 2011, devenir obligatoire sur les annonces immobilières, aussi bien pour la vente que pour la location. Il est donc grand temps d'être incollable sur ce sujet !

Vie saine et zen - Le diagnostic de performance énergétique

Pour ne plus se ruiner en facture de gaz ou d'électricité, mais surtout pour ne plus avoir de mauvaises surprises lors de l'emménagement dans un nouveau logement, ce diagnostic est devenu incontournable.
Aujourd'hui, la moitié des logements français sont classés dans les deux plus mauvaises catégories, dont 10 % avec la lettre G tout en bas de l'échelle. Revenons sur ce DPE.

Le DPE, qu'est-ce que c'est ?
Le diagnostic de performance énergétique permet à un acheteur ou à un locataire d'estimer la consommation d'énergie d'un logement et les émissions de gaz à effet de serre de ce dernier.

70 %

de la consommation d'énergie d'un logement concerne le chauffage


13 %

de la consommation d'énergie d'un logement concerne l’éclairage


10 %

de la consommation d'énergie d'un logement concerne l’eau chaude






Le bio moins cher mais à quel prix ?

Sorti de son marché de niche depuis quelques années, le bio devient un enjeu majeur pour attirer le consommateur. Pour preuve la récente bagarre d'affiches entre les géants de la distribution sur le bio moins cher. 
Mais ce bio que nous trouvons dans les hyper et supermarchés est-il le même qu'ailleurs ?...

Vie saine et zen - Le bio moins cher mais à quel prix ?

En pourcentage de part de marché, le bio ne représente pas encore grand chose. Mais en terme d'image et en perspective d'avenir, la grande distribution est maintenant convaincue. C'est parce qu'elle a pris acte de l'évolution du consommateur.

En savoir plus

Du bio intensif ?

Comment c'est possible ? 
C'est simple. On peut très bien rester dans le cahier des charges mais :

- recourir à davantage d'intrants (engrais et pesticides "verts"),
- augmenter les surfaces sans respecter les haies, 

- introduire moins de variété dans les rotations de culture pour s'orienter vers celles qui se vendent le mieux, 

- voire cultiver sous serre ou en hors sol !

Tous ces paramètres ne sont pas dans le cahier des charges, et pourtant ils fondent l'identité de l'agriculture biologique en terme de protection de l'environnement.




Réduire sa facture d'électricité

Aujourd’hui, la tendance est plutôt aux restrictions budgétaires. Alors comment faire des économies sans se priver et sans stresser ? L’électricité est un des postes de dépenses les plus importants dans le budget d’une famille. Avec un peu de bon sens, des équipements adaptés, et une toute petite dose d’effort, il est très simple de diminuer sa consommation d’énergie, et donc de faire baisser sa facture. En plus, nous ferons du bien à la planète.

Vie saine et zen - Réduire sa facture d'électricité

En France, une famille de 4 à 5 personnes vivant dans une maison individuelle consomme environ 4 000 kWh/an soit 434 €/an. Si cette même famille maîtrise l’utilisation de son énergie, grâce à des gestes simples, elle ne consommera plus que 2 200 kWh/an, c’est-à-dire 238 €/an.

En savoir plus

Un label "électricité verte"

Le WWF et le Comité de Liaison Energies Renouvelables (CLER) se sont associés en 2007 pour créer un label "électricité verte".
Tous deux espèrent que le label EVE saura enthousiasmer les fournisseurs d’énergie et encourager tous les citoyens à être vigilants et exigeants sur la qualité du courant qu’ils consomment au quotidien. Il en va de notre avenir à tous !

Bien choisir son contrat
Bleu Ciel d’EDF propose sur son site des conseils pour économiser l'énergie, avec des outils simples à utiliser. Dans "économiser l'énergie ensemble" à la rubrique "éco-gestes", vous pourrez tester votre niveau et publier votre éco-badge sur votre mur Facebook.  




Réduire sa facture d'électricité (suite)

L’eau chaude
Encore une fois, c’est le bon sens qui est de mise. Voici les 3 règles à respecter :
- Prenons plus de douches que de bains (une douche coûte environ 2,5 fois moins qu’un bain en électricité).
- Si nous utilisons un chauffe-eau, pensons à le faire détartrer tous les 2 ans.
- Pensons aux robinets thermostatiques. Il en existe de très nombreux modèles sur le marché, ils nous permettent de régler l’eau très vite, fini le gaspillage (en électricité et en eau) !

Le chauffe-eau solaire est très couru en ce moment. Rassurez-vous, vous n’êtes pas obligés d’habiter le sud de la France pour pouvoir l’utiliser. Pour preuve, l’Allemagne et de nombreux pays nordiques les utilisent. Sur le site de l’ADEME, le système du chauffe-eau solaire individuel ou collectif est très bien expliqué.


                
Syndiquer le contenu