S'habiller zen

Ce qu'on demande à nos vêtements aujourd'hui ? Le confort, l'authenticité, une élégance décontractée, une production respectueuse des humains et de la planète.
Nous souhaiterions porter du bio et de l'équitable : le problème c'est que l'offre est encore très réduite.

Vie saine et zen, s'habiller zen

Depuis les années 90, la soumission au diktat de la mode et des marques n'est plus de mise. Le vêtement ne doit plus souligner la différence sociale (sauf chez les "bling bling"). Retour aux valeurs authentiques : le fait main, les vêtements issus de l'univers professionnel (caban, duffle-coat, jean…) ou la récup' (le vintage).
De plus en plus, on y arrive : chacun fait sa propre mode.
Le mouvement de fond qui revendique le droit d'être bien dans sa tête et dans son corps revendique aussi celui d'être bien dans ses fringues. 
Le problème c'est qu'il n'est pas toujours facile de trouver dans l'offre du marché ce qui correspond à nos aspirations profondes…

En savoir plus

Attention à l'ennoblissement !

Sous ce terme, on regroupe tous les traitements que l'on fait subir aux fibres textiles pour leur conférer certaines caractéristiques.

Exemples :
- la chemise qui ne se repasse pas a été traitée avec des résines synthétiques contenant du formaldéhyde,
- pour lui donner un aspect soyeux, on a imprégné le tissu de soude caustique,
- si un tissu en coton est traité "anti-taches", c'est sans doute avec des résines fluorées,
- s'il a été imperméabilisé c'est avec d'autres produits chimiques.

Tous ces traitements contribuent à la pollution de l'eau et laissent des résidus allergéniques sur les vêtements.

Des matières désastreuses pour l'environnement et la santé
Les vêtements les moins coûteux sont souvent fabriqués dans des matières synthétiques dérivées du pétrole (nylon, polyester, acrylique) et toxiques pour l'environnement. Elles sont désagréables au contact, et potentiellement allergéniques.

60 %

des fibres utilisées dans le textile sont synthétiques


7 000

litres d'eau sont nécessaires pour produire 1kg de coton


80 %

de la mer d'Aral a été asséchée à cause de la culture de coton à base de pesticides






Comment lutter contre la pollution chez nous ?

La pollution de l’air extérieur est connue. Elle se mesure, il existe des valeurs limites au-dessus desquelles l’air est déclaré mauvais. Mais qu’en est-il de l’air que nous respirons dans la sphère privée ? Les concentrations de polluants peuvent y être très élevées.
Alors quels sont les polluants que nous respirons ? Pourquoi sont-ils dangereux et comment préserver notre santé et celle de notre famille ?

Vie saine et zen - Comment lutter contre la pollution chez nous ?

Lorsque nous nous promenons nous subissons la pollution automobile, industrielle, et ou agricole. Une fois à l’intérieur de notre p’tit chez nous, nous nous pensons en sécurité et bien non, c’est tout faux !!!

4000

substances nocives
présentes
dans la fumée de cigarettes


10 000 000

de logements touchés
par le plomb contenu
dans les peintures datant d’avant 1948


11 000 000

tonnes de polluants
émis en France
chaque année dans l’atmosphère






Comment lutter contre la pollution chez nous ? (suite)

Les COV
Ce sont les Composés Organiques Volatils. Ils sont présents dans de nombreux produits et matériaux : désodorisants, colles, parquets, solvants, cires, laques, vernis, peintures, produits ménagers… Et ils sont nombreux !
Nous en connaissons quelques-uns comme le formaldéhyde, le trichloréthylène et le benzène.
D'autres sont moins connus comme le limonène, le toluène et le styrène. Leurs effets réels sont encore mal connus mais on leur attribue des irritations de la peau, des muqueuses et du système pulmonaire, des nauséees maux de tête et vomissements. Certains comme le benzène et le formaldéhyde sont des cancérogènes certains, d’autres comme le trichloroéthylène et le tétrachloroéthylène sont des cancérogènes probables, et enfin les éthers de glycol sont suspectés de nuire aux capacités reproductives.

En savoir plus

316 000 décès par an

Selon une enquête de l'ADEME, la pollution atmosphérique génère vers l'âge de 78 ans des décès prématurés. L'exposition sur le long terme à la pollution entraînerait différentes affections. Les résultats parlent d’eux-mêmes, 316 000 décès par an.

L’amiante
Si elle est inhalée, elle peut provoquer des fibroses pulmonaires, et des cancers pulmonaires ou de la plèvre. On en trouve dans les dalles de vinyl-amiante et certains matériaux en fibro-ciment.




Je veux un sapin…

De quoi aurait l’air Noël et la période des fêtes sans un sapin couvert de boules et de guirlandes ? Moi je vous le dis : d’un vulgaire anniversaire !
Alors oui, j’aime la nature, mais non, je ne me priverai pas du plaisir partagé en famille autour de cet arbre de fête...

Vie saine et zen - Je veux un sapin…

Un sapin artificiel est-il plus écolo ?
En plus de ne pas avoir d’odeur, le sapin en plastique est issu du pétrole, matière première non renouvelable. Autre problème, ces sapins sont très souvent fabriqués en Asie, je vous laisse imaginer le coût écologique du transport et les conditions sociales dans lesquelles ils sont fabriqués.

Les vrais sapins sont principalement cultivés pour la période des fêtes
Les sapins coupés pour les fêtes n’abîment pas la forêt car ils sont cultivés pour être vendus à cette période de l’année. 80 % des sapins vendus en France poussent en France.

80 %

des épicéas vendus en France
durant les fêtes viennent du Morvan


5 €

le prix du sac à sapin
100 % biodégradable et compostable


15 %

des sapins vendus en France
durant les fêtes sont artificiels






Bien choisir son frigo

Notre frigo-congélo représente à lui seul à peu près le tiers de nos consommations électriques (20% pour le congélateur et 12% pour le réfrigérateur). Nous avons donc intérêt à bien le choisir. Une fois de plus, contrairement aux apparences, faire des économies et limiter notre impact sur la planète vont de pair…

Vie saine et zen - Bien choisir son frigo

Un appareil électroménager récent consomme beaucoup moins d’électricité qu’un modèle ancien. Mais des équipements de même génération peuvent être plus ou moins gourmands.
L’étiquette énergie, apparue en 1994 à l’initiative de la Commission européenne, renseigne sur les consommations des différents modèles : elle est devenue un outil indispensable pour bien choisir un équipement électroménager.

En savoir plus

Éco-label européen

Le saviez-vous ? Certains réfrigérateurs sont porteurs de l’éco-label européen. Celui-ci vous assure des appareils peu gourmands en énergie, en réduisant votre consommation de 60% par rapport aux appareils les moins efficaces. Ils ont enfin l’avantage d’être bien plus silencieux. N’attendez plus !

 Décryptage de l’étiquette-énergie
- La première ligne renseigne sur les performances énergétiques de l’appareil sur une échelle allant de A à G. A étant réservé aux appareils les plus économes.
- Ensuite on trouve le niveau exact de consommation d’énergie en kWh/an sur la base d’une utilisation normalisée pour 24 heures,
- Puis le volume de stockage de l’appareil,

2

fois par an,
il faut dépoussiérer
l'arrière de nos réfrigérateurs


1/3

de la consommation énergétique
d'un ménage,
c'est l'impact de notre frigo-congelo


62 %

d’économie en électricité
entre un congélateur de classe A++
et de classe E






Le recyclage du verre : pas encore une évidence

Je viens de casser un miroir. En plus des sept ans de malheur, je suis en face d'un dilemme épouvantable : je le jette où, ce tas de verre ? Dans la poubelle de verre, normalement ? Logique ? Et bien, non. Il y a quelques règles à savoir si l'on veut trier le verre correctement. Et quel en est l'intérêt ?…

Vie saine et zen, Le recyclage du verre : pas encore une évidence

Le verre est l’emballage préféré de 56 % des français. C'est le seul matériau d'emballage qui peut être recyclé à 100 %. Avec une bouteille de verre, on peut refaire indéfiniment la même bouteille.
Il y a une seule limite : la couleur. Le verre blanc ne peut être fabriqué à partir d'un verre coloré. À l'avenir, il est envisageable que le tri par couleur s'impose, comme c'est déjà le cas dans certains pays d'Europe.

Un double intérêt environnemental
En dehors du processus de recyclage, la fabrication du verre requiert une grande quantité de matières premières, notamment du sable dont l'extraction provoque des dommages aux zones côtières et aux rivières.

De plus, elle consomme plus d'énergie car ces matières premières fondent à une température beaucoup plus élevée que le verre usagé.

58,7 %

du verre
est recyclé en France


13 %

de nos poubelles
sont remplies de verre


4 000 ans

sont nécessaires pour la dégradation naturelle du verre




                
Syndiquer le contenu