Bien choisir son frigo

Notre frigo-congélo représente à lui seul à peu près le tiers de nos consommations électriques (20% pour le congélateur et 12% pour le réfrigérateur). Nous avons donc intérêt à bien le choisir. Une fois de plus, contrairement aux apparences, faire des économies et limiter notre impact sur la planète vont de pair…

Vie saine et zen - Bien choisir son frigo

Un appareil électroménager récent consomme beaucoup moins d’électricité qu’un modèle ancien. Mais des équipements de même génération peuvent être plus ou moins gourmands.
L’étiquette énergie, apparue en 1994 à l’initiative de la Commission européenne, renseigne sur les consommations des différents modèles : elle est devenue un outil indispensable pour bien choisir un équipement électroménager.

En savoir plus

Éco-label européen

Le saviez-vous ? Certains réfrigérateurs sont porteurs de l’éco-label européen. Celui-ci vous assure des appareils peu gourmands en énergie, en réduisant votre consommation de 60% par rapport aux appareils les moins efficaces. Ils ont enfin l’avantage d’être bien plus silencieux. N’attendez plus !

 Décryptage de l’étiquette-énergie
- La première ligne renseigne sur les performances énergétiques de l’appareil sur une échelle allant de A à G. A étant réservé aux appareils les plus économes.
- Ensuite on trouve le niveau exact de consommation d’énergie en kWh/an sur la base d’une utilisation normalisée pour 24 heures,
- Puis le volume de stockage de l’appareil,

2

fois par an,
il faut dépoussiérer
l'arrière de nos réfrigérateurs


1/3

de la consommation énergétique
d'un ménage,
c'est l'impact de notre frigo-congelo


62 %

d’économie en électricité
entre un congélateur de classe A++
et de classe E






Le portable est-il dangereux pour la santé ? (suite)

Surveiller l'indice "DAS"
Si vous regardez de plus près la notice de votre mobile, vous trouverez l’indice "DAS", cette valeur permet de mesurer la dangerosité potentielle de votre appareil. Mais le DAS, c’est quoi ? Le DAS (Degré d'Absorption Spécifique ou SAR, Specific Absorption Rate en anglais) est la valeur à ne pas dépasser concernant les ondes émises par les téléphones mobiles sur le corps humain. Le DAS s'exprime en puissance absorbée par kilogramme de tissus (W/kg pour watts par kilogramme).
En dessous de 0,7 W/kg les résultats sont bons, entre 0,7 et 1,3 les résultats sont moyens et au-delà ils sont mauvais.

Selon le CRIIREM (Centre de Recherche et d’Informations Indépendantes sur les Rayonnements ElectroMagnétiques, association fondée en 2005),  le DAS devrait être le premier facteur d’achat d’un mobile si l’on se soucie un tant soi peu de sa santé.




Le portable est-il dangereux pour la santé ?

Nous avons tous vu un reportage à la télévision, lu un article dans un magazine, ou simplement entendu dire que le portable avait des effets néfastes pour la santé. Alors quels sont les dangers, que trouve-t-on de si nocif dans un mobile pour que certaines personnes s’en inquiètent ? Et comment cette interrogation est-elle née ?

Vie saine et zen - Le portable est-il dangereux pour la santé ?

C’est aux Etats-Unis que la question s’est posée pour la première fois en 1991. Une femme, grande consommatrice de téléphone portable, est décédée à la suite d’une tumeur cérébrale. Sa famille s’est retournée contre le constructeur et CNN a fait 15 minutes d’émission à une heure de grande écoute pour relater les faits. Résultat, les constructeurs ont pris conscience qu’il fallait consacrer des crédits à la recherche.

Selon l’origine des consommateurs, des inquiétudes différentes
Les américains ne s’intéressent pratiquement pas aux dangers éventuels du portable, les brésiliens se sentent concernés par les radiations qui pourraient affecter leur rythme cardiaque ou leur virilité, et les britanniques, eux, se soucient des risques de cancer du cerveau.

50 %

des utilisateurs de téléphones portables n’en possédaient pas en 2000


24,3 millions

de téléphones portables devraient être vendus en France sur l'année 2008


50 cm

distance à respecter
par rapport à son portable
lorsqu’on le charge






Nettoyer, oui ! Polluer, non !

Les françaises passent 68 minutes par jour à accomplir des tâches ménagères. Nous sommes 69 % (questionnaire Simm 2006) à vérifier que nos produits ne sont pas nocifs pour l’environnement... Et pour notre santé !

Vie saine et zen - Nettoyer, oui ! Polluer, non !

Premier critère de choix : les produits nettoyants que nous achetons doivent être très efficaces. Hors de question de céder sur la qualité du résultat !
Le deuxième critère s’appuie sur les nouvelles sensibilités, c’est-à-dire tout ce qui touche de près, ou de loin parfois, à l’écologie, au développement durable, au bien-être et à la santé.
Si aujourd’hui la ménagère s’intéresse aux produits d’entretien bio, c’est certes pour protéger la planète, mais aussi et surtout, sa famille.

En savoir plus

Le marc de café

Le marc de café s'utile en général pour dégraisser, nettoyer et désodoriser l'évier de cuisine ou pour nettoyer le cuir.

Attention à la pollution domestique !
Dans les produits dits "classiques", on trouve de nombreuses substances chimiques toxiques, voire cancérogènes. L’augmentation de ces substances fragilise le bon fonctionnement de notre système immunitaire, contraint alors de s’adapter à ces agents étrangers pour les éliminer, ce qui entraîne la multiplication des allergies.

40%

taux d'augmentation
de l'asthme
dû aux désodorisants


10 minutes

temps minimum
nécessaire
à l'aération d'une pièce


31%

des françaises ne vérifient pas
l'impact de leurs produits
sur l'environnement






Le recyclage du verre : pas encore une évidence

Je viens de casser un miroir. En plus des sept ans de malheur, je suis en face d'un dilemme épouvantable : je le jette où, ce tas de verre ? Dans la poubelle de verre, normalement ? Logique ? Et bien, non. Il y a quelques règles à savoir si l'on veut trier le verre correctement. Et quel en est l'intérêt ?…

Vie saine et zen, Le recyclage du verre : pas encore une évidence

Le verre est l’emballage préféré de 56 % des français. C'est le seul matériau d'emballage qui peut être recyclé à 100 %. Avec une bouteille de verre, on peut refaire indéfiniment la même bouteille.
Il y a une seule limite : la couleur. Le verre blanc ne peut être fabriqué à partir d'un verre coloré. À l'avenir, il est envisageable que le tri par couleur s'impose, comme c'est déjà le cas dans certains pays d'Europe.

Un double intérêt environnemental
En dehors du processus de recyclage, la fabrication du verre requiert une grande quantité de matières premières, notamment du sable dont l'extraction provoque des dommages aux zones côtières et aux rivières.

De plus, elle consomme plus d'énergie car ces matières premières fondent à une température beaucoup plus élevée que le verre usagé.

58,7 %

du verre
est recyclé en France


13 %

de nos poubelles
sont remplies de verre


4 000 ans

sont nécessaires pour la dégradation naturelle du verre




                
Syndiquer le contenu