Entre impératifs climatiques et tiraillements politiques, la COP23 s’ouvre sous pression

Depuis lundi dernier, à Bonn, la COP23 rassemble près de 200 pays dont les États-Unis qui, selon la volonté affichée de Donald Trump, ne pourront sortir concrètement de l'accord de Paris qu'en 2020. Les derniers rapports scientifiques soulignent l'ampleur inattendue du réchauffement climatique et la disproportion entre les enjeux et les moyens mis en œuvre.

Source : Le Monde
 

Gaspillage alimentaire : chaque Français jette 20 kilos de nourriture par an

12 à 20 milliards €, soit 100 à 160 € par personne, le coût du gaspillage alimentaire en France, selon les derniers chiffres de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)… Rappel : les dates limites de consommation ("à consommer jusqu’au") sont différentes des dates de durabilité minimale ("à consommer de préférence avant le&quo

Source : We Demain, par Sofia Colla
 

La qualité de l’eau se dégrade encore en France

La moitié des rivières françaises et un tiers des nappes phréatiques sont pollués par des pesticides essentiellement d'origine agricole, au-delà de la norme de l’eau potable (0,1 microgramme/litre). Les nitrates dépassent les seuils (25 mg/l) sur 15 % du territoire et 43 % des sous-sols.

Source : Le Monde, par Martine Valo
 

Comment expliquer la présence de pesticides dans des carottes bio ?

Trois pesticides interdits en bio, retrouvés sur des carottes de la marque BioC'Bon par des journalistes de France 3 qui ont testé 8 marques dont 4 certifiées bio... Contamination extérieure ou fraude ? François Veillerette, directeur de l'ONG Générations Futures, privilégie l'hypothèse de la fraude, émanant soit du producteur soit du distributeur.

Source : 20 Minutes, par Fabrice Pouliquen
 

Bio : la mutation en marche

Dans le secteur du bio, les grandes manœuvres ont commencé ! Arrivée en force de la grande distribution, acquisitions stratégiques, orientation vers le e-commerce, émergence de nouveaux acteurs plus bio que bio…

Viesaineetzen.com - Bio : la mutation en marche

Depuis plusieurs années, nous sommes en présence d'un taux de croissance digne des Trente Glorieuses : +21,7 % en 2016 après deux années à +15 %. Même si, globalement, le bio ne représente qu'une part modeste (3,5 % de la consommation alimentaire à domicile), il n'en reste pas moins vrai que les ventes de produits bio progressent de manière spectaculaire pour atteindre un total de 7,1 milliards €* en 2016.

En savoir plus

Bio : 7 sur 10

71 % de produits français
Le mouvement de la consommation est suivi par le développement de la production. Depuis début 2017, 19 fermes bio se créent chaque jour et la surface agricole cultivée en bio atteint au 30 juin les 6,5 %*.
"C'est moins la conséquence des aides économiques que des prises de conscience individuelles des agriculteurs qui développent des surfaces en bio. À l'avenir, le recours à l'importation qui est de l'ordre de 29 % sera sans doute revu à la baisse ", se réjouit Benoît Soury.

70 % des Français
Côté consommateur, la population concernée se généralise avec environ 7 Français sur 10 qui consomment bio régulièrement. Il existe toujours parmi elle une surreprésentation des foyers aisés, parisiens, sans enfant et plutôt âgés. Mais depuis deux ans la progression la plus rapide concerne les jeunes, les familles avec enfant et les foyers modestes**.

2e marché européen en terme de consommation
"C’est l’équivalent du marché du champagne", précise Benoît Soury, président de Natexbio (Fédération des professionnels de la filière bio). "Nous sommes le deuxième marché européen derrière l’Allemagne."

45 %

la part de marché
de la grande distribution
dans le bio en 2016***


+22,5 %

la croissance du bio
en grande distribution
en France en 2016***


+24 %

la croissance du bio
en magasins spécialisés
en France en 2016***






Mourir écolo

Si l'on se préoccupe de la trace qu'on laissera derrière soi ou si l'on veut rester fidèle aux engagements de ses proches, on opte pour des modes de funérailles plus simples, plus sobres et respectueuses de l'environnement. Car aujourd'hui, même la mort peut être écolo…

Viesaineetzen.com - Mourir écolo

C'est sans doute le sujet dont il est le plus difficile de parler dans notre société. Pourtant assumer la mort est gage de liberté. Comme le disait Montaigne : "Il est incertain où la mort nous attende, attendons-la partout. La préméditation de la mort est préméditation de la liberté… Le savoir-mourir nous affranchit de toute subjection et contrainte."

En savoir plus

Pompes funèbres "écolo" ?

De plus en plus d'entrepreneurs de pompes funèbres acceptent de travailler sur des formules adaptées aux volontés de leur client.

Parmi les sociétés ayant une démarche dans le domaine écologique, Brigitte Lapouge-Déjean et Laetitia Royant citent dans leur livre* :
- AB Crémation, pionnière dans les cercueils en carton ;
- La Coopérative funéraire de Nantes, défendant un principe de funérailles "plus écoresponsables" (exemple de devis pour une crémation "minimaliste" à 2 700 €) ;
- L'Autre Rive qui propose des obsèques "sur mesure" (exemple de devis pour une crémation "minimaliste" à 2 040 €).

 

33 %

des obsèques en France
sous forme de crémation**


3 350 €

le coût moyen
des inhumations en 2014**


3 609 €

le coût moyen
des crémations en 2014**






La génération "no pilule" revendique une contraception sans souffrance, non polluante et égalitaire

Effets secondaires pénibles, envie d'une meilleure santé, refus d'ingérer des hormones de synthèse... Ce sont les trois raisons évoquées pour l'arrêt de la pilule contraceptive dans l'enquête de Sabrina Debusquat réalisée auprès de 3 600 femmes.

Source : Huffington Post, par Sabrina Debusquat
 

Perturbateurs endocriniens : des gestes simples pour limiter son exposition

Notamment pour protéger les enfants et les femmes enceintes, quelques mesures simples contre les perturbateurs endocriniens :
- manger bio et limiter la consommation des poissons les plus pollués par les métaux lourds ;
- préférer les produits frais stockés dans le carton ou le verre, ou les surgelés ;
- ne pas réchauffer les aliments dans des contenants en plastique ;

Source : Le Figaro, par Aude Rambaud
 

Total se lance sur le marché de l’électricité et du gaz pour les particuliers

Des prix 10 % inférieurs aux tarifs réglementés et une électricité "verte"… C'est l'offre Total Spring que vient de rendre publique le groupe Total qui vise rapidement les 3 millions de clients et qui s'appuie sur les 400 000 clients de Lampiris, entreprise belge rachetée en 2016.

Source : Le Monde, par Nabil Wakim
 

Paris, Lyon, Nantes, Caen et Metz en tête des villes où espaces verts et santé font bon ménage

Entre 11 000 et 30 000 vies gagnées pour 3,6 € par habitant et par an investis dans la plantation d'arbres, du fait de la réduction de la pollution de l'air… L'enquête menée par l'Observatoire des Villes Vertes s'est posée cette année la question des bienfaits du végétal sur la santé des citadins.

Source : Blog Le Monde, par Anne-Sophie Novel
 
Syndiquer le contenu