Sexualité : sortir de la tyrannie du genre ?

Les unes se doivent d'être dociles et accueillantes, les autres virils et conquérants. Il serait encore difficile aujourd'hui d'échapper aux stéréotypes hommes/femmes mais le mouvement est en marche…

Viesaineetzen.com - Sexualité : sortir de la tyrannie du genre ?

Peut-être avait-on sous-estimé le problème… Beaucoup de choses ont changé dans la société en matière de parité et le regard porté sur les femmes n'est plus le même qu'il y a 50 ans. Mais dans le domaine de la sexualité, il serait toujours malaisé d'échapper à la tyrannie du genre, selon Philippe Arlin*, psychologue et sexologue, qui constate par exemple la difficulté d'affirmer son désir chez les femmes et le verrouillage émotionnel chez les hommes.

Publicité

En savoir plus

Genre et orientation sexuelle

"Le genre est la manière dont je me présente aux autres. Ce n'est pas la manière dont je couche", explique Philippe Arlin.

"Nous avons une identité biologique. Pour ma part j'ai des organes génitaux reconnus comme des organes masculins. Sur cette identité biologique je peux construire une identité sociale autour du masculin. Pour autant, je peux ne pas être en accord avec mes organes biologiques et affirmer à l'extérieur une personnalité plus féminine voire aller jusqu'à la trans-identité. Voilà pour la définition du genre.

Mais ce que je viens de vous dire ne dit rien de mes orientations sexuelles. Je peux très bien être un homme, avec des organes masculins, me développer dans le genre masculin et faire le choix d'avoir une sexualité avec des hommes. Être totalement en accord avec ma biologie sur le plan masculin mais être dans une orientation homosexuelle pour ma sexualité. À l'inverse je peux être un homme sur le plan biologique, développer des qualités plutôt féminines et être attiré par les femmes.

Le film de Guillaume Gallienne, "Guillaume et les garçons à table", est très intéressant à cet égard… Cela semblait tellement évident qu'affirmer une personnalité féminine allait faire de lui un homosexuel qu'il s'en est persuadé lui-même ! Jusqu'au jour où, écoutant ses organes et non ce que son genre semblait définir, il s'est rendu compte qu'il était hétérosexuel. On voit bien que le genre n'a rien à voir avec l'orientation sexuelle."




Seniors, le sexe est bon pour votre cerveau

De meilleures performances cognitives chez les hommes et les femmes actifs sexuellement… C'est la conclusion d'une récente étude britannique réalisée auprès d'environ 70 volontaires âgés de 50 à 83 ans à qui les chercheurs ont fait passer une batterie de tests d'attention, de mémoire, de langage, de facilité verbale, de capacités visuo-spatiales.

Source : Le Figaro, par Damien Mascret
 

L'optiréalisme : cessons de croire que tout va mal

Le monde irait de mieux en mieux, d'après plusieurs experts qui examinent les faits chiffres en main.

Source : Pour la science, par Christophe André
 

Hypnose, méditation, yoga… Faites le plein de bien-être avant le bac !

Des méthodes pour améliorer sa concentration, doper sa mémoire, atténuer son stress…
- L'hypnose ou l'autohypnose : une bonne alternative pour apprendre à déconnecter et à adopter des pensées positives. Il existe une application, Zenfie, basée sur l'autohypnose.

Source : 20 Minutes, par Océane Marache
 

Science décalée : il ne sert (souvent) à rien de simuler l’orgasme

Les partenaires sont capables de déceler la feinte, selon une récente étude canadienne réalisée auprès de 84 couples hétérosexuels à partir de tests et d'interviews. Au sein du couple les hommes et les femmes se parleraient plus qu'on le croit et seraient très à même de percevoir le degré de satisfaction de l'autre.

Source : Futura Sciences, par Janlou Chaput
 

Les médecins invités à prendre le burn-out plus au sérieux

Le syndrome d'épuisement professionnel ou burn-out fait aujourd'hui l'objet d'une fiche-mémo destinée aux médecins que la HAS (Haute Autorité de Santé) vient de publier. Manque d’énergie et de "disponibilité" au travail, problèmes de concentration, irritabilité… Toutes ces caractéristiques peuvent permettre de repérer un travailleur en burn-out.

Source : Le Figaro, par Damien Mascret
 

La sophrologie dynamique : mieux se connaître

Version récente de la sophrologie qui inclue notamment une pratique d'automassage, la sophrologie dynamique propose d'explorer ses cinq intelligences…

Viesaineetzen.com - La sophrologie dynamique : mieux se connaître

La sophrologie dynamique est "un ensemble d'exercices pratiques qui permettent de découvrir ses propres ressources en développant cinq formes d'intelligence", explique Martine Dupuy*, médecin et praticienne en sophrologie dynamique.

Publicité

En savoir plus

La séance de sophrologie dynamique

Le sophrologue commence par expliquer le déroulé de la séance. "Après une brève présentation de la sophrologie nous proposons le menu de la séance et répondons aux questions éventuelles", explique Martine Dupuy. "Puis sophrologue et participants effectuent la séance tous ensemble, les yeux fermés ou baissés pour mieux sentir l'intériorité."

Le protocole commence avec une mise en disponibilité : "par exemple, s’assoir et prendre acte des points d'appui, s'étirer pour décontracter le corps, s'intéresser à sa respiration…".

Il se poursuit avec un automassage de tout le corps (voir : Automassages : se faire du bien), selon le principe du Do-in. "Il s'agit de créer de la sensation et d'aider les gens à s'intérioriser. La seule indication est de se faire du bien. Le type de toucher, doux ou plus appuyé, se fait selon ce qui convient sur le moment."

Le sophrologue propose enfin un exercice de contraction et d'étirement musculaires sur des gestes très simples, assis ou debout selon les possibilités de chacun. Il peut même se faire dans un lit d'hôpital. "En général on va mobiliser une partie du corps ou une autre : une fois les membres supérieurs, une autre fois la tête et le cou, d'autres fois le ventre ou l'ensemble de la colonne vertébrale et du buste. C'est un prétexte pour réveiller de la sensation."

Ce schéma de séance peut se répéter une dizaine de fois "pour que les gens s'habituent à vivre dans leur corps". Puis viennent de nouveaux exercices mettant en œuvre la respiration ou les cinq sens. "Toujours dans l'idée de se faire plaisir, on peut explorer l'ensemble des couleurs, des sons, des sensations tactiles, des parfums ou des saveurs qu'on aime bien. C'est tout un apprentissage de l'écoute intérieure."

Quand cet apprentissage est suffisamment solide s’ajoutent à la séance de base des modules émotionnels puis intuitifs. 

Cinq intelligences
Elles sont présentes dans chacun de nous :
- L'intelligence du corps, "quel que soit son état de santé".
- L'intelligence des émotions, "trop souvent vécues comme gênantes".
- L'intelligence de l'intuition qui existe "même pour ceux qui pensent ne pas en avoir".




Mode : la maigreur ne fera plus la loi

La mention "photo retouchée" devra apparaître obligatoirement sur toute image modifiée pour affiner ou épaissir la silhouette d’un modèle, à partir d'octobre 2017. Par ailleurs, tous les mannequins travaillant en France doivent dès maintenant fournir un certificat médical précisant leur indice de masse corporelle (IMC = le poids divisé par la taille au carré).

Source : Le Figaro , par Aurélie Franc
 

Les 6 raisons de simuler l’orgasme

56 % des femmes et 25 % des hommes auraient déjà simulé un orgasme, selon un sondage Ifop de 2015. Des psychologues étatsuniens viennent de recenser et classer les raisons de simuler. Elles se regroupent en 6 grandes catégories :
- Plaisir de se laisser prendre par l’excitation du moment.
- Volonté de rendre heureux son (sa) partenaire.

Source : Le Figaro, par Damien Mascret
 

Les ados et la méditation

Gérer son stress, être plus d'efficace dans ses apprentissages, savoir décrocher des écrans, améliorer ses relations avec ses parents et son entourage… Avec quelques adaptations, la méditation de pleine conscience apporte aussi ses bienfaits aux ados.

Viesaineetzen.com - Les ados et la méditation

Pas toujours facile de gérer un contrôle de maths, une dispute avec ses parents ou une rupture amoureuse ! David Dewulf*, médecin et fondateur en Belgique de "l'Institute for Attention and Mindfulness", a pu vérifier sur le terrain l'efficacité de l'aide apportée aux adolescents par la pratique de la méditation de pleine conscience. (Voir : La méditation de pleine conscience, réduire le stress)

Publicité

En savoir plus

La pleine conscience, c'est tendance

David Dewulf* remarque que ce sont souvent les parents qui informent les ados de l’existence de la méthode. Ce sont également des médecins généralistes ou des psy. Certains jeunes se sont renseignés par internet ou par le biais d'un livre. Il existe aussi des écoles qui proposent la pratique dans un cadre scolaire.

Heureusement, par les temps qui courent, la méditation est tendance. Elle considérée par les jeunes comme quelque chose de plutôt "cool".
"Dans mon travail avec les écoles j'ai été surpris par le nombre de jeunes intéressés. Dans une classe de 20 personnes il y en a généralement au moins 16 qui souhaitent franchir le pas. Les réactions sont variées : certains sont curieux d’apprendre quelque chose de nouveau ou heureux de retrouver plus de paix intérieure. D’autres ont besoin de plus de temps pour être convaincus avant de commencer à pratiquer. Il faut être patient car ce moment de découverte est vécu différemment par chacun."

Quand ils décident de s’y mettre, David Dewulf trouve qu'ils sont assez ouverts. "La douceur et l’approche non-jugeant de cette méthode correspondent bien à la demande des ados d’être entendu, de devenir indépendants et responsables d’eux-mêmes. La méditation les aide à mieux comprendre leur propre fonctionnement intérieur pour pouvoir construire cette indépendance."


                
Syndiquer le contenu