Mon meilleur ami… C'est moi

Viesaineetzen.com - Mon meilleur ami… C'est moi
Pierre Portevin, éditions Eyrolles

Je m'aime, moi non plus… Les relations que nous entretenons avec notre propre personne sont compliquées et souvent peu courtoises. Quel ami serait celui ou celle qui nous traiterait tous les quatre matins d'imbécile, de cinglé ou de nul ? Est-ce qu'on ne pourrait pas espérer trouver auprès de soi le réconfort qu'on attend d'un ou d'une amie sincère et véritable ? C'est précisément le chemin que propose l'auteur, coach de son état, afin de se faire du bien, de renouer avec sa puissance intérieure, de prendre les commandes de sa vie voire d'y donner du sens. Le livre explique la démarche pas à pas, exemples à l'appui, propose des conseils et des exercices pratiques. Tout ce qu'il faut pour arrêter d'être toxique avec soi-même !

Devenir ami avec soi-même

Critiques, auto-sabotage, injures diverses… Nous sommes capables de bien des mauvais traitements à l'encontre de nous-mêmes. Or nous avons tout à gagner à pacifier cette relation et à devenir notre meilleur ami…

Viesaineetzen.com - Devenir ami avec soi-même

La psychologie positive nous enseigne que nous avons la faculté de nous faire beaucoup de bien (voir : Contre le stress, la psychologie positive). Il existe de nombreuses méthodes qui peuvent nous y aider. Pierre Portevin*, coach, formateur et conférencier, nous invite à prendre conscience de l'attitude d'hostilité que nous avons couramment envers nous-mêmes et à entreprendre une nouvelle démarche visant à nous auto-apprivoiser.

Publicité

En savoir plus

L'exercice de la chaise vide

Il s'agit d'une technique de thérapie cognitive et comportementale que Pierre Portevin* pratique avec ses patients.

"Imaginez que je suis votre coach. Vous venez me consulter pour un problème, une situation difficile à propos de laquelle vous ne voyez pas clair sur ce que vous devez faire. Je vais vous inviter à réfléchir à l'un de vos amis proches, réel, en qui vous avez confiance et qui vous semble être de bon conseil pour vous. Appelons-le Marc. Je vais vous poser quelques questions sur Marc pour bien comprendre le profil de la personne. Puis je vais vous demander de vous lever, de faire un tour de quelques mètres et de revenir vous asseoir sur la chaise vide. Quand vous allez vous rasseoir sur cette chaise, vous serez Marc. Je vais m'adresser à vous en tant que Marc, grâce aux questions que je vous aurai posées avant et qui m'auront également permis de vérifier que vous connaissez les réponses à ces questions. Cette introduction permet de vous faire bien rentrer dans le personnage. Je vais vous dire ensuite : "Marc, vous avez entendu toutes les difficultés auxquelles fait face votre ami. Qu'est-ce que vous lui conseilleriez de faire ?" Et vous, sous les traits de Marc, vous allez sortir les cinq actions clés que vous devriez faire. Neuf fois sur dix ça marche. Je vais ensuite vous remercier, vous allez repartir, refaire le tour de quelques mètres, vous rasseoir en tant que vous-même et je vous demanderai alors si vous avez entendu ce que Marc a dit…"

Cet exercice permet de cultiver l'amitié avec soi-même et d'apprendre petit à petit à prendre du recul sans avoir besoin d'un coach.




Maladies mentales : tous concernés ?

Elles sont si communes que presque tout le monde en développe au moins une à une période de sa vie, avec des relations sociales ou familiales perturbées, sans pour autant recevoir de traitement.

Source : Pour la Science, par Aaron Reuben et Jonathan Schaefer
 

Sexualité : Les machos seraient plus touchés par des problèmes d'érection selon une étude

Il y aurait concordance entre les propos machistes sur la virilité et la survenue de pannes sexuelles. C'est ce que vient de montrer une étude portugaise qui vient d'être publiée et qui a été réalisée auprès de 300 hommes hétérosexuels et 300 hommes homosexuels.

Source : 20 Minutes
 

Sexualité : sortir de la tyrannie du genre ?

Les unes se doivent d'être dociles et accueillantes, les autres virils et conquérants. Il serait encore difficile aujourd'hui d'échapper aux stéréotypes hommes/femmes mais le mouvement est en marche…

Viesaineetzen.com - Sexualité : sortir de la tyrannie du genre ?

Peut-être avait-on sous-estimé le problème… Beaucoup de choses ont changé dans la société en matière de parité et le regard porté sur les femmes n'est plus le même qu'il y a 50 ans. Mais dans le domaine de la sexualité, il serait toujours malaisé d'échapper à la tyrannie du genre, selon Philippe Arlin*, psychologue et sexologue, qui constate par exemple la difficulté d'affirmer son désir chez les femmes et le verrouillage émotionnel chez les hommes.

Publicité

En savoir plus

Genre et orientation sexuelle

"Le genre est la manière dont je me présente aux autres. Ce n'est pas la manière dont je couche", explique Philippe Arlin.

"Nous avons une identité biologique. Pour ma part j'ai des organes génitaux reconnus comme des organes masculins. Sur cette identité biologique je peux construire une identité sociale autour du masculin. Pour autant, je peux ne pas être en accord avec mes organes biologiques et affirmer à l'extérieur une personnalité plus féminine voire aller jusqu'à la trans-identité. Voilà pour la définition du genre.

Mais ce que je viens de vous dire ne dit rien de mes orientations sexuelles. Je peux très bien être un homme, avec des organes masculins, me développer dans le genre masculin et faire le choix d'avoir une sexualité avec des hommes. Être totalement en accord avec ma biologie sur le plan masculin mais être dans une orientation homosexuelle pour ma sexualité. À l'inverse je peux être un homme sur le plan biologique, développer des qualités plutôt féminines et être attiré par les femmes.

Le film de Guillaume Gallienne, "Guillaume et les garçons à table", est très intéressant à cet égard… Cela semblait tellement évident qu'affirmer une personnalité féminine allait faire de lui un homosexuel qu'il s'en est persuadé lui-même ! Jusqu'au jour où, écoutant ses organes et non ce que son genre semblait définir, il s'est rendu compte qu'il était hétérosexuel. On voit bien que le genre n'a rien à voir avec l'orientation sexuelle."




Seniors, le sexe est bon pour votre cerveau

De meilleures performances cognitives chez les hommes et les femmes actifs sexuellement… C'est la conclusion d'une récente étude britannique réalisée auprès d'environ 70 volontaires âgés de 50 à 83 ans à qui les chercheurs ont fait passer une batterie de tests d'attention, de mémoire, de langage, de facilité verbale, de capacités visuo-spatiales.

Source : Le Figaro, par Damien Mascret
 

L'optiréalisme : cessons de croire que tout va mal

Le monde irait de mieux en mieux, d'après plusieurs experts qui examinent les faits chiffres en main.

Source : Pour la science, par Christophe André
 

Hypnose, méditation, yoga… Faites le plein de bien-être avant le bac !

Des méthodes pour améliorer sa concentration, doper sa mémoire, atténuer son stress…
- L'hypnose ou l'autohypnose : une bonne alternative pour apprendre à déconnecter et à adopter des pensées positives. Il existe une application, Zenfie, basée sur l'autohypnose.

Source : 20 Minutes, par Océane Marache
 

Science décalée : il ne sert (souvent) à rien de simuler l’orgasme

Les partenaires sont capables de déceler la feinte, selon une récente étude canadienne réalisée auprès de 84 couples hétérosexuels à partir de tests et d'interviews. Au sein du couple les hommes et les femmes se parleraient plus qu'on le croit et seraient très à même de percevoir le degré de satisfaction de l'autre.

Source : Futura Sciences, par Janlou Chaput
 

Les médecins invités à prendre le burn-out plus au sérieux

Le syndrome d'épuisement professionnel ou burn-out fait aujourd'hui l'objet d'une fiche-mémo destinée aux médecins que la HAS (Haute Autorité de Santé) vient de publier. Manque d’énergie et de "disponibilité" au travail, problèmes de concentration, irritabilité… Toutes ces caractéristiques peuvent permettre de repérer un travailleur en burn-out.

Source : Le Figaro, par Damien Mascret
 
Syndiquer le contenu