Burn out parental : comment l'éviter ?

Être parent n'est pas un long fleuve tranquille. Quand le rêve rencontre la réalité, il arrive que le burn out menace. Il vaut mieux être attentif aux signes avant-coureurs et prendre les mesures nécessaires…

Viesaineetzen.com - Burn out parental : comment l'éviter ?

Avec les progrès des études psychologiques sur le développement de l'enfant, le statut de ce dernier s'est modifié progressivement depuis la 2de Guerre Mondiale. L'enfant "objet" est ainsi devenu peu à peu "enfant roi" puis, souvent aujourd'hui, "enfant tyran". 
Parallèlement, la barre est devenue de plus en plus haute afin de répondre aux injonctions sociales et d'atteindre l'exigence d'une parentalité positive idéalisée. 

Il arrive donc que le rêve d'être parent se heurte à la dure réalité des nuits sans sommeil, des pleurs interminables, des repas à préparer et des couches à changer… Dès lors, le burn out parental n'est pas loin et, comme il est mal considéré par l'entourage, il peut être vécu difficilement.
"Si l'arrivée d'un enfant peut être la source d'un grand bonheur, il n'en demeure pas moins qu'être parents modifie le cours de la vie"*, expliquent Elise Lecornet, psychologue, et Corinne Melot, sophrologue.

En savoir plus

Nous ne sommes pas multitâches

L'imagerie médicale l'a montré : homme ou femme, nous ne savons pas faire deux choses en même temps. Lorsque nous menons deux taches simultanément notre cerveau y consacre à chacune quelques microsecondes successivement. À la clé : baisse de concentration et risque d'erreur voire d'accident.
Pour éviter le burn out, sachons donc nous organiser et sanctuariser nos activités personnelles !

Épuisement physique, émotionnel et mental
Il s'agit d'un "épuisement physique, émotionnel et mental, généré par une situation des stress prolongée en milieu familial"*.
Le burn out parental est caractérisé par au moins deux des trois éléments suivants :
- un épuisement physique et émotionnel lié à l'état de parent,
- une distanciation affective progressive avec l'enfant,




Agir contre le sentiment d'abandon

Réel ou imaginé, le sentiment d'abandon peut avoir des répercussions néfastes s'il n'est pas identifié et dûment réparé.

Viesaineetzen.com - Agir contre le sentiment d'abandon

C'est un sentiment plus répandu qu'il y paraît. Il peut avoir des conséquences importantes pendant toute la vie, sous des formes très variables : sentiment de vide intérieur, d'hyper-vigilance, quête effrénée de survie, d'amour, de reconnaissance, de sécurité pouvant conduire à la dépendance affective ou à la fuite (évitement, séparation, rupture, isolement).

"L'abandon n'a rien à voir avec une émotion qu'il convient de gérer ou laisser passer. C'est un sentiment, un mal profond qui, mal supporté, amène à la dévalorisation de soi, au manque de confiance, à la peur de perdre, à la perte de points de repères, au repli de soi, au sacrifice, à l'incapacité de voir au loin ou de savoir quelle direction prendre", explique Geneviève Krebs, psychopraticienne et coach*.

En savoir plus

Dépendance affective

Exemple d'un schéma de dépendance affective en trois temps :
1) "Lorsque j'ai quitté la maison, mes parents m'en ont beaucoup voulu. Ils voulaient que je reste et m'occupe d'eux comme ils se sont occupés de moi."
2) "On me propose un meilleur poste ailleurs, dans un autre service ou entreprise. J'ai du mal à accepter car je me sens coupable d'abandonner celui qui m'a donné ma chance initialement."
3) "Je pense qu'on ne peut pas compter sur moi. Je pense que je ne suis pas fiable ni stable. Je pense que je ne suis pas reconnaissant."*




Faire croire au Père Noël : mensonge ou magie ?

Raconter l'histoire magique du Père Noël, au même titre que celle du Petit Chaperon rouge ou de tout autre conte, peut s'inscrire sereinement dans la culture familiale, selon Dana Castro, psychologue-clinicienne et psychothérapeute. Est-il pour autant nécessaire de déployer des trésors de mise en scène pour faire croire que le Père Noël est vraiment passé le soir du 24 décembre ?

Source : Kaizen, par Maëlys Vésir
 

La Gestalt-thérapie : vivre l'ici et maintenant

Thérapie, développement personnel ou coaching, la Gestalt cherche à réconcilier le corps et l'esprit, à vivre l'ici et maintenant, à être présent à soi et aux autres.

Viesaineetzen.com - La Gestalt-thérapie : vivre l'ici et maintenant

La Gestalt-thérapie est une approche de la psychologie humaniste et existentielle. Gestalt veut dire en allemand la "forme", "ce qui apparaît", la "figure". Il est fait référence à ce qui prend forme entre le patient et le thérapeute à l'instant T, dans le champ relationnel et organisationnel.

En savoir plus

Formation du Gestalt thérapeute

Il existe une petite dizaine d'instituts qui proposent une formation autour de séminaires (20 ou 30 jours par an).
Exemples :
- EPG (École Parisienne de Gestalt) à Paris,
- IFGT (Institut Français de Gestalt Thérapie) à Bordeaux,
- Gestalt+ à Rennes,
- IFAS (École humaniste de Gestalt) à Paris,
- IFGAP (Formation en Gestalt et Accompagnement Professionnel) à Grenoble.
Époké (La Gestalt pour l'entreprise)

Selon Gonzague Masquelier*, il y aurait parmi les divers courants un consensus autour des exigences suivantes :
- en prérequis, une thérapie personnelle régulière ;
- un premier cycle d'une ou deux années permettant un travail personnel en Gestalt-thérapie est une première sensibilisation théorique ;
- un deuxième cycle de deux ans pour l'acquisition des repères théoriques et méthodologiques ;
- un troisième cycle permettant une orientation professionnelle ;
- tout au long de la vie professionnelle : une supervision individuelle ou en groupe ainsi qu'une formation continue.

Thérapie holistique
La Gestalt-thérapie, souvent appelée simplement "Gestalt", fait partie des thérapies "holistiques", selon lesquelles le tout est supérieur à l’ensemble des parties (du grec holos, le "tout"). Ou comment découvrir sa propre unité, comment avoir une vision d'ensemble de soi-même…




Cinq étapes pour cultiver son adulte intérieur

Comment devenir responsable, trouver du sens à sa vie et en accepter le terme ? Il suffirait de comprendre et accepter les cinq limites de notre existence : finitude, solitude, responsabilité, imperfection, quête de sens…

Viesaineetzen.com - Cinq étapes pour cultiver son adulte intérieur

Sortir de l'enfance veut dire abandonner l'illusion de la toute puissance et le déni des cinq grandes contraintes de notre existence : la finitude, la solitude, la responsabilité, l'imperfection, la quête de sens. Ces cinq contraintes seraient des marqueurs psychiques du passage à l'âge adulte, selon Ariane Calvo, psychologue et psychothérapeute, qui fait référence à cet égard à Irvin Yalom, un psychiatre états-unien à l'origine de la psychothérapie existentielle.*
"Notre adulte intérieur pourrait être la partie de nous qui a compris et intégré ses limites existentielles et qui en fait une force de vie."*

En savoir plus

Quatre formes d'amour

Ariane Calvo cite Abraham Maslow, un psychologue états-unien qui différencie quatre formes d'amour possibles* :
- l'amour infantile : 
"je t'aime parce que tu m'aimes" ;
- l'amour inachevé : 
"je t'aime parce que j'ai besoin de toi" ;
- l'amour inaccompli : 
"j'ai besoin de toi parce que je t'aime" ;
- l'amour mature : 
"je t'aime et j'aime plus que tout ta présence mais je ne te demande rien et mon amour ne se base sur aucun besoin chez moi que tu devrais combler, toi".

La finitude
La peur de mourir est une préoccupation existentielle de l'être humain depuis toujours. La mort est une réalité pour laquelle l'homme excelle à trouver des stratégies de contournement : déni, résistance au changement, création de mythes d'immortalité, surinvestissement du soin porté au corps, culte de l'action, tentative de laisser une trace sur terre, efforts pour tout contrôler…




Dépression : la luminothérapie comparée aux antidépresseurs

La luminothérapie est aussi efficace que les antidépresseurs pour lutter contre la dépression, qu'elle soit saisonnière ou pas. Et l'association des deux est encore plus efficace ! C'est la conclusion d'une analyse réalisée auprès d'environ 400 participants ayant un diagnostic d'épisode dépressif majeur.

Source : Psychomédia
 

10 conseils pour prévenir l'addiction aux écrans de votre enfant

4h11 par jour, c'est le temps que les enfants passent en moyenne en France devant un écran (5h07 pour les adultes), selon l'Agence de santé publique. Cette utilisation excessive a un impact sur les enfants : capacité de concentration, langage et agressivité, qualité de sommeil et réussite scolaire.

Source : We Demain, par Pauline Vallée
 

La musicothérapie : se soigner avec la musique

Les vertus thérapeutiques de la musique sont connues depuis toujours. La musicothérapie est devenue à partir du 18e siècle une branche reconnue de la psychothérapie.

Viesaineetzen.com - La musicothérapie : se soigner avec la musique

De tout temps, on a constaté que la musique pouvait être un moyen de se soigner et d'ouvrir des canaux de communication chez l'être humain.
Depuis des millénaires, on l'utilise dans toutes les cultures pour décharger les tensions physiques, sexuelles, émotionnelles, pour se défouler ou atteindre un état de transe ou d'extase. On s'en sert également à des fins sédatives ou pour exorciser les mauvais esprits.

En savoir plus

La musicothérapie en France

La première association de musicothérapie voit le jour aux États-Unis dans les années 1950.
En France, le premier centre de recherche et d'application ouvre à la fin des années 1960 et la première association en 1972.
Le premier congrès mondial est organisé à Paris en 1974 à l'hôpital de la Salpêtrière.

Différentes associations regroupent et structurent les différents courants, notamment :
Fédération française de musicothérapie
Association française de musicothérapie
Institut de musicothérapie de Nantes
Société française de musicothérapie

Dès le 18e siècle
En France, la musicothérapie fait son entrée dès le 18e siècle dans le milieu de la psychiatrie. Elle connaît ensuite un certain déclin pendant près d'un siècle avant son retour en force.




Méditer en chantant

Utilisé depuis toujours dans les pratiques traditionnelles, en yoga, en Qi Gong ou dans les disciplines plus récentes de "pleine conscience", le chant est un support qui peut rendre la méditation plus facile d'accès. Il ouvre à de vastes états de plénitude intérieure et de détente.

Viesaineetzen.com - Méditer en chantant

La méditation gagne du terrain, encore et encore. Il y a bien sûr toutes les formes de méditation traditionnelle : les méditations transcendantale et vipassana, toutes deux d'origine indienne, le zazen, d'inspiration japonaise… Mais la méditation de pleine conscience, du fait de son caractère laïc, rencontre un écho particulier dans notre pays (voir : La méditation de pleine conscience, réduire le stress et Méditation de pleine conscience, comment approfondir). 

En savoir plus

Liu Zi Jue : les six sons

En Qi Gong, dans l'enchaînement "Liu Zi Jue" (six sons d'approche des exercices respiratoires) chaque son, par la vibration induite, est censé rééquilibrer un méridien.

Sur une longue expiration, prononcer les sons "Xu", "He", "Hu", "Si", "Chui" et "Xi" servirait à éliminer les "énergies perverses" situées sur le méridien respectivement du Foie, du Cœur, de la Rate/Estomac, du Poumon, du Rein, du Triple Réchauffeur. À chaque fois, le son est accompagné du mouvement corporel adéquat (voir vidéo).

En médecine traditionnelle chinoise (voir : La médecine chinoise en France), Liu Zi Jue permet de dissiper le rhume, d'améliorer la circulation de l'énergie, de balayer le vent, de réduire le stress, de chasser la chaleur et d'éliminer l'anxiété.




Aller voir un psy, une preuve de courage pour 73 % des Français

30 % des Français pensent qu'une thérapie doit rester secrète mais 73 % considèrent qu'elle est une preuve de courage, selon un récent sondage de l'institut YouGov. C'est probablement la raison pour laquelle on dit plutôt qu'on va "voir quelqu’un" et non qu'on va chez un psy ou qu'on suit une thérapie.

Source : Huffington Post, par Sandra Lorenzo
 
Syndiquer le contenu