5G, dangers et inconvénients

Incertitudes et inquiétudes sanitaires, écologiques et sécuritaires… Faut-il accepter d’avancer en aveugle sur la 5G ou inviter la démocratie à la table des décideurs ?

Source : Kaizen, par Fanny Costes
 

Alzheimer : modifier le microbiote avec l’alimentation pourrait aider à améliorer les symptômes

Un régime méditerranéen pauvre en glucides pourrait améliorer la signature microbienne intestinale particulière des patients atteints de déficience cognitive légère. C'est la conclusion d'un essai randomisé en double aveugle paru dans la revue The Lancet et réalisé auprès de 17 participants.

Source : La Nutrition, par Sarah Amiri
 

Faut-il porter des lunettes pour se protéger du coronavirus ?

Une moindre probabilité d'infection chez les porteurs de lunettes ou de visières… C'est la conclusion d'une étude chinoise observant que seulement 5,8 % des patients atteints de Covid-19 portaient des lunettes contre 31,5 % dans la population totale de la région concernée. C'est aussi la conclusion d'une étude états-unienne qui estime à 16 % la probabilité d'infection sans protection des yeux contre 6 % avec.

Source : Futura Sciences, par Céline Deluzarche
 

Coronavirus en Afrique : l’OMS encourage la recherche sur les médecines naturelles

Un protocole pour des essais cliniques de phase 3 de phytothérapie pour le Covid-19 vient d'être approuvé par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Est concerné notamment le breuvage à base d’artémisia, une plante à l’effet thérapeutique reconnu contre le paludisme et présenté par le président de Madagascar, Andry Rajoelina, comme efficace contre le Covid-19.

Source : Le Monde
 

Que sait-on des mutations du SARS-CoV-2 et de leurs effets ?

En circulant chez l'être humain, le SARS-CoV-2 évolue et la surveillance de ces évolutions est un élément primordial pour la connaissance de la pandémie. Problème : nous connaissons peu des choses sur ce coronavirus et des moyens insuffisants sont mis en œuvre.

Source : The Conversation, par Anne Goffard
 

Covid-19 : la part de la population souhaitant se vacciner suffira-t-elle à stopper l'épidémie ?

En France, seulement 59 % de la population indiquent vouloir se vacciner contre le Covid-19, selon un sondage Ifop réalisé fin juillet, début août. Sur les 27 pays interrogés, le pourcentage moyen est de 74 %. En France, seulement 22 % des sondés indiquent une intention ferme de vaccination.

Source : Futura Sciences, par Julie Kern
 

Comment trouver la bonne solution (hydroalcoolique)

Il faut se frictionner les mains au moins 20 secondes, sans rincer, avec une solution contenant de 60 % à 70 % d'alcool, à la norme EN1500, selon Hervé Soule, hygiéniste à l’hôpital de Pontivy-Loudéac (Bretagne). L’Agence nationale du médicament recommande également la norme NF EN 14476. Les lingettes sont jugées peu efficaces.

Source : Le Monde, par Marie Charrel
 

15 % des Français se disent végétariens ou véganes

75 % des Français ne font aucune restriction sur leur régime alimentaire ou se disent flexitariens, 15 % sont végétariens ou véganes, selon un sondage Feeleat réalisé sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes. Parmi les produits les plus souvent écartés de l'alimentation : la viande et les produits transformés.

Source : We Demain, par Morgane Russel-Salvan
 

Prendre soin de sa thyroïde

Régulateur central de l'organisme, la thyroïde y joue un rôle essentiel. De nombreux facteurs peuvent perturber son bon fonctionnement et amener à un excès ou à un déficit de production d'hormones thyroïdiennes. Heureusement, il existe différents moyens de revenir à l'équilibre…

Viesaineetzen.com - Prendre soin de sa thyroïde

La thyroïde est située sous la peau, à la base du cou, à l'endroit on l'on boutonne son col de chemise. Elle a la forme d'un papillon.
On a beaucoup parlé d'elle concernant notamment les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl ou du scandale du Lévothyrox (voir : Lévothyrox, l'étude de bioéquivalence mise en cause).

C'est une glande endocrine qui libère dans le sang des messagers (hormones) dont la T3 et la T4. Elle produit cette dernière en plus grande quantité, la T4 étant une forme de réserve capable de se convertir en T3. La T3 est, sous sa forme libre, la seule hormone active.
L'influence de la thyroïde est majeure sur l'organisme car les hormones thyroïdiennes sont les hormones de l'énergie et régulent le métabolisme des cellules (voir encadré).

En savoir plus

Thyroïde : régulateur central de l'organisme

Son nom vient du grec "thyreoeides", bouclier, par analogie de la forme de la glande avec celle des boucliers de l'antiquité.

Les hormones thyroïdiennes interviennent sur l'ensemble des cellules de notre corps dans des fonctions multiples qui vont de la croissance osseuse au fonctionnement du tube digestif et de l'appareil génital en passant par le développement mental, la consommation d'énergie ou le rythme du cœur… Elles "gèrent" l’énergie du corps, c’est-à-dire la capacité à utiliser les nutriments apportés par l’alimentation (glucides, lipides, protides). La thyroïde est le régulateur central de l'organisme.
Son bon fonctionnement, chez la femme enceinte, est essentiel au développement du cerveau du fœtus.

Les deux principales hormones de la thyroïde sont la T3 (triiodothyronine) et la T4 (tétraïodothyronine ou thyroxine). Toutes deux comprennent le terme "iodo", car l’iode est un de leur composant, indispensable à leur production.
Cette production est administrée dans le cerveau par l'hypothalamus qui secrète une hormone, la TRH (thyréotrope), qui stimule l'hypophyse. Cette dernière produit la TSH (thyréostimuline) qui, à son tour, stimule la glande thyroïde. En retour, les hormones thyroïdiennes régulent la production de TSH et de TRH.
La TSH est élevée en cas d'hypothyroïdie.
Elle est basse en cas d'hyperthyroïdie. 

Des troubles courants
Les troubles de la thyroïde sont courants et conduisent à une sous-production d'hormones (hypothyroïdie : 1 à 2 % des Français, selon la HAS) ou une surproduction (hyperthyroïdie).




Coronavirus : une start-up française invente le recyclage des masques

Lavage avec un détergent à 60 ou 95 °C, passage en autoclave à 121°C, irradiation par rayonnements gamma ou bêta, exposition à l’oxyde d’éthylène… Des chercheurs du CNRS ont réfléchi aux meilleures manières de recycler les masques chirurgicaux.

Source : Kaizen, par Lio Viry
 
Syndiquer le contenu