Coronavirus : l’épidémie provoque une baisse temporaire des émissions de CO2

Une réduction de 100 millions de tonnes des émissions mondiales de CO2 aurait été provoquée par l’épidémie de Covid-19. Les mesures des autorités chinoises contre le coronavirus ont entraîné une réduction de 15 % à 40 % de la production dans les principaux secteurs industriels.

Source : Le Monde, par Louisa Benchabane
 

La pollution de l'air tue plus que le tabac, les guerres ou le Sida, selon cette étude

Elle serait responsable de 8,8 millions de morts par an (chiffres de 2015). C'est le résultat d'une étude qui vient d'être publiée dans la revue Cardiovascular Research : la pollution aux particules fines et à l’ozone aurait un impact deux fois plus important que ce qu'on pensait jusqu'à aujourd'hui.

Source : HuffPost, par Grégory Rozières
 

Lyme : deux plantes qui tuent la bactérie Borrelia

La renouée du Japon et la quinine du Ghana (Polygonum cuspidatum et Cryptolepis sanguinolenta), même à faibles concentrations, ont de meilleurs résultats en laboratoire sur la bactérie Borrellia que les antibiotiques doxycycline et céfuroxime.

Source : La Nutrition, par Marie-Céline Ray
 

"Il y a un lien entre votre alimentation et vos émotions"

Notre intestin serait notre premier cerveau et non le deuxième comme on l'a longtemps pensé, selon Valérie Espinasse, pionnière de la micronutrition. C'est lui qui secrète le plus de neuromédiateurs en quantité et qualité et ces neuromédiateurs régissent l’équilibre émotionnel.

Source : We Demain, par Gilles Luneau
 

La 5G se déploie alors que ses effets sur la santé ne sont pas évalués

Face à l’absence d’évaluations sanitaires sur la 5G, les experts sont divisés.

Source : Reporterre, par Laury-Anne Cholez
 

Pesticides dans l’air : Générations Futures tire la sonnette d’alarme

52 substances toxiques ont été retrouvées dans l'atmosphère en 2017 au moins une fois dans 8 régions : près de 30 % étaient des pesticides classés CMR (cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques) et près de 62 % étaient des pesticides suspectés PE (perturbateurs endocriniens).

Source : 20 Minutes, par F.P.
 

Les concessions que sont prêts à faire les Français dans leur assiette

83 % des Français se disent prêts à faire des efforts pour diminuer l’impact environnemental de leur assiette. Un tiers se dit “tout à fait prêt” et seuls 2 % des sondés ne se disent pas prêts du tout. C'est le résultat d'un sondage réalisé à l'occasion du salon de l'agriculture par l'institut YouGov pour l'HuffPost.

Source : HuffPost, par Grégory Rozières
 

Une raison pour laquelle trop de viande augmente le risque de maladies

Une alimentation riche en acides aminés soufrés, notamment cystéine et méthionine, est associée à une résistance à l’insuline, à une glycémie et un taux de cholestérol élevés. C'est le résultat d'une étude états-unienne réalisée auprès de plus de 11 000 personnes sur une période de six ans.

Source : Psychomédia
 

L'importance du microbiote pour le contrôle et la prévention du diabète

Le 4-cresol aurait des effets protecteurs contre le diabète de type 1 et 2, notamment en stimulant la croissance des cellules bêta du pancréas qui produisent l’insuline. C'est la conclusion d'une étude franco-nippo-canadienne qui vient d'être publiée dans la revue Cell Reports.

Source : Psychomédia
 

Vaincre le diabète de type 2 ?

Régimes pauvres en sucre adaptés aux besoins, jeûne intermittent, exercices physiques… Il existerait des solutions naturelles pour vaincre le diabète de type 2.

Viesaineetzen.com - Vaincre le diabète de type 2 ?

On assiste à une épidémie de diabète de type 2 en Occident. Elle concernerait 4 millions de personnes en France.
"En réalité il y en a beaucoup plus, car un nombre important d'individus en sont victimes et l'ignore"*, affirme Jacques Staehle, acupuncteur, kinésithérapeute et naturopathe.

En savoir plus

Diabète de type 2 : les mécanismes

"Nos cellules musculaires, hépatique et adipeuses, entre autres, possède des récepteurs-capteurs d'insuline. Quand celles-ci sont saturées, le glucose reste dans le sang et la glycémie augmente, ce qui déclenche à nouveau un réflexe de production d'insuline. À la longue, ce surcroît d'insuline devient inefficace car les cellules saturées de glucose n'ouvrent plus leur porte, elles deviennent plus ou moins sourdes au message et résistantes à l'action insulinique ; on dit qu'elles sont insulino-résistantes. Le diabète de type 2 est amorcé. Si les apports glucidiques continuent à être en excès par rapport aux besoins, alors l'insulino-résistance s'installe, faisant le lit du diabète de type 2."

(Extrait de Vaincre son diabète de type 2, Tout ce que vous devez savoir pour le guérir ou y échapper, Jacques Staehle, éditions Dangles)

Des tests de glycémie permettent de détecter la maladie, soit par une prise de sang soit grâce à un glucomètre qui permet d’analyser la glycémie sur une goutte de sang prélevée au bout du doigt.

Trop de sucre dans le sang
Ce qui caractérise le diabète de type 2, c'est un taux trop élevé de sucre (glucose) dans le sang. Normalement le contrôle de ce taux (glycémie) se fait par l’insuline, une hormone sécrétée par le pancréas. Chez une personne atteinte de diabète de type 2, cette régulation ne se fait plus, ce qui augment la glycémie (hyperglycémie). (Voir encadré)


                
Syndiquer le contenu