Épidémie : les effets psychologiques sévères de la mise en quarantaine

Stress post-traumatique, dépression, sentiment de colère et de peur, abus de substances… Ce sont les impacts psychologiques consécutifs à la mise en isolement qu'une équipe britannique vient de mettre en lumière après analyse de 24 études réalisées dans 10 pays.

Source : Psychomédia
 

Épidémies virales : quelques astuces pour mieux leur résister au naturel

Tisane de thym, ravintsara, origan… Des astuces naturelles pour mieux résister en amont aux maladies à virus et renforcer son système immunitaire.

Source : Kaizen, par Sylvie Hampikia
 

Mieux lutter contre la grippe grâce au microbiote

La perturbation du microbiote intestinal due à la grippe et à la réduction de la consommation alimentaire qu'elle entraîne, joue un rôle dans les complications liées aux surinfections bactériennes secondaires qui touchent les personnes âgées ou vulnérables.

Source : Futura-Sciences, par Inserm
 

Le pain au levain est-il une source de probiotiques ?

La réponse est non. Pourtant le levain contient bien des probiotiques : il s’obtient par fermentation de la farine et il est constitué de bactéries lactiques. Mais ces bactéries sont détruites par la chaleur lors de la cuisson du pain. Néanmoins elles ont une fonction importante.

Source : La Nutrition
 

Améliorer naturellement sa fertilité

Dès le début du projet de conception, on peut mettre toutes les chances de son côté et revoir son hygiène de vie pour stimuler sa fertilité.

Viesaineetzen.com - Améliorer naturellement sa fertilité

Les couples sont confrontés de plus en plus souvent à des problèmes de fertilité. Lorsqu'on a un projet d'enfant et qu'au bout d'un an de rapports réguliers non protégés on n'arrive pas au stade de la conception, on est exposé à entendre le monde médical prononcer le mot "infertilité".
"Cette étape signe le début d'un parcours éprouvant, de consultation en examen, dans le but d'identifier la où les causes de l'infertilité"*, explique Isabelle Doumenc, naturopathe et journaliste.

En savoir plus

Les causes de l'infertilité

Chez la femme
L'une des causes principales est le recul de l'âge du premier enfant. Ce dernier se situe à 30,5 ans alors qu'il était autour de 24 ans il y a quinze ou vingt ans. Or "la période la plus fertile pour une femme se situe entre 16 et 25 à 30 ans"*, explique Isabelle Doumenc. Il peut s'agir aussi d'un dysfonctionnement de la thyroïde, d'un problème d'endométriose, d'hyperprolactinémie, de syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), d'obstruction des trompes de Fallope ou de pathologies infectieuses, principalement des infections sexuellement transmissibles…

Chez l'homme
En cause : des troubles sécrétoires (altération de la production de sperme et de sa qualité) ou excrétoires (anomalie des voies génitales empêchant les spermatozoïdes de migrer correctement).
La chaleur n'est pas favorable au bon fonctionnement des testicules qui doivent être maintenus dans une température de 35 à 36°C. C'est la raison pour laquelle il est déconseillé de garder un téléphone portable dans sa poche, de poser un ordinateur sur ses cuisses, d'avoir des pantalons et des caleçons trop serrés ou en matière synthétique…

Chez l'homme et la femme
Les principales causes communes sont : le surpoids, la diabète, l'alimentation, la consommation de tabac, d'alcool ou de cannabis…

Des causes masculines et féminines
Ces causes sont multiples, aussi bien masculines que féminines. Elles peuvent être dues à certaines pathologies ou au surpoids. Elles peuvent être liées à des facteurs environnementaux, à l'alimentation, à la consommation de tabac, d'alcool ou de cannabis (voir encadré)…




Coronavirus, pas de panique !

On est bien loin du bilan de la grippe saisonnière : 3 000 morts dans le monde pour le Covid-19 dont 2 912 en Chine et 3 en France, contre 290 000 à 650 000 décès pour la grippe dont 10 000 en moyenne en France (chiffres OMS).
Pour évaluer la dangerosité d'une épidémie, il faut examiner trois taux :
- taux de morbidité = nombre de malades / population totale ;

Source : Reporterre, par Émilie Massemin
 

Coronavirus : l’épidémie provoque une baisse temporaire des émissions de CO2

Une réduction de 100 millions de tonnes des émissions mondiales de CO2 aurait été provoquée par l’épidémie de Covid-19. Les mesures des autorités chinoises contre le coronavirus ont entraîné une réduction de 15 % à 40 % de la production dans les principaux secteurs industriels.

Source : Le Monde, par Louisa Benchabane
 

La pollution de l'air tue plus que le tabac, les guerres ou le Sida, selon cette étude

Elle serait responsable de 8,8 millions de morts par an (chiffres de 2015). C'est le résultat d'une étude qui vient d'être publiée dans la revue Cardiovascular Research : la pollution aux particules fines et à l’ozone aurait un impact deux fois plus important que ce qu'on pensait jusqu'à aujourd'hui.

Source : HuffPost, par Grégory Rozières
 

Lyme : deux plantes qui tuent la bactérie Borrelia

La renouée du Japon et la quinine du Ghana (Polygonum cuspidatum et Cryptolepis sanguinolenta), même à faibles concentrations, ont de meilleurs résultats en laboratoire sur la bactérie Borrellia que les antibiotiques doxycycline et céfuroxime.

Source : La Nutrition, par Marie-Céline Ray
 

"Il y a un lien entre votre alimentation et vos émotions"

Notre intestin serait notre premier cerveau et non le deuxième comme on l'a longtemps pensé, selon Valérie Espinasse, pionnière de la micronutrition. C'est lui qui secrète le plus de neuromédiateurs en quantité et qualité et ces neuromédiateurs régissent l’équilibre émotionnel.

Source : We Demain, par Gilles Luneau
 
Syndiquer le contenu