Covid-19 : la part de la population souhaitant se vacciner suffira-t-elle à stopper l'épidémie ?

En France, seulement 59 % de la population indiquent vouloir se vacciner contre le Covid-19, selon un sondage Ifop réalisé fin juillet, début août. Sur les 27 pays interrogés, le pourcentage moyen est de 74 %. En France, seulement 22 % des sondés indiquent une intention ferme de vaccination.

Source : Futura Sciences, par Julie Kern
 

Comment trouver la bonne solution (hydroalcoolique)

Il faut se frictionner les mains au moins 20 secondes, sans rincer, avec une solution contenant de 60 % à 70 % d'alcool, à la norme EN1500, selon Hervé Soule, hygiéniste à l’hôpital de Pontivy-Loudéac (Bretagne). L’Agence nationale du médicament recommande également la norme NF EN 14476. Les lingettes sont jugées peu efficaces.

Source : Le Monde, par Marie Charrel
 

15 % des Français se disent végétariens ou véganes

75 % des Français ne font aucune restriction sur leur régime alimentaire ou se disent flexitariens, 15 % sont végétariens ou véganes, selon un sondage Feeleat réalisé sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes. Parmi les produits les plus souvent écartés de l'alimentation : la viande et les produits transformés.

Source : We Demain, par Morgane Russel-Salvan
 

Prendre soin de sa thyroïde

Régulateur central de l'organisme, la thyroïde y joue un rôle essentiel. De nombreux facteurs peuvent perturber son bon fonctionnement et amener à un excès ou à un déficit de production d'hormones thyroïdiennes. Heureusement, il existe différents moyens de revenir à l'équilibre…

Viesaineetzen.com - Prendre soin de sa thyroïde

La thyroïde est située sous la peau, à la base du cou, à l'endroit on l'on boutonne son col de chemise. Elle a la forme d'un papillon.
On a beaucoup parlé d'elle concernant notamment les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl ou du scandale du Lévothyrox (voir : Lévothyrox, l'étude de bioéquivalence mise en cause).

C'est une glande endocrine qui libère dans le sang des messagers (hormones) dont la T3 et la T4. Elle produit cette dernière en plus grande quantité, la T4 étant une forme de réserve capable de se convertir en T3. La T3 est, sous sa forme libre, la seule hormone active.
L'influence de la thyroïde est majeure sur l'organisme car les hormones thyroïdiennes sont les hormones de l'énergie et régulent le métabolisme des cellules (voir encadré).

En savoir plus

Thyroïde : régulateur central de l'organisme

Son nom vient du grec "thyreoeides", bouclier, par analogie de la forme de la glande avec celle des boucliers de l'antiquité.

Les hormones thyroïdiennes interviennent sur l'ensemble des cellules de notre corps dans des fonctions multiples qui vont de la croissance osseuse au fonctionnement du tube digestif et de l'appareil génital en passant par le développement mental, la consommation d'énergie ou le rythme du cœur… Elles "gèrent" l’énergie du corps, c’est-à-dire la capacité à utiliser les nutriments apportés par l’alimentation (glucides, lipides, protides). La thyroïde est le régulateur central de l'organisme.
Son bon fonctionnement, chez la femme enceinte, est essentiel au développement du cerveau du fœtus.

Les deux principales hormones de la thyroïde sont la T3 (triiodothyronine) et la T4 (tétraïodothyronine ou thyroxine). Toutes deux comprennent le terme "iodo", car l’iode est un de leur composant, indispensable à leur production.
Cette production est administrée dans le cerveau par l'hypothalamus qui secrète une hormone, la TRH (thyréotrope), qui stimule l'hypophyse. Cette dernière produit la TSH (thyréostimuline) qui, à son tour, stimule la glande thyroïde. En retour, les hormones thyroïdiennes régulent la production de TSH et de TRH.
La TSH est élevée en cas d'hypothyroïdie.
Elle est basse en cas d'hyperthyroïdie. 

Des troubles courants
Les troubles de la thyroïde sont courants et conduisent à une sous-production d'hormones (hypothyroïdie : 1 à 2 % des Français, selon la HAS) ou une surproduction (hyperthyroïdie).




Coronavirus : une start-up française invente le recyclage des masques

Lavage avec un détergent à 60 ou 95 °C, passage en autoclave à 121°C, irradiation par rayonnements gamma ou bêta, exposition à l’oxyde d’éthylène… Des chercheurs du CNRS ont réfléchi aux meilleures manières de recycler les masques chirurgicaux.

Source : Kaizen, par Lio Viry
 

Comment s’y prendre pour convaincre une personne anti-masque d’en porter un ?

Éviter de laisser transparaître son anxiété voire sa peur, de montrer qu'on se sent outragé, de se mettre en colère, de juger la personne, de lui faire honte… Autant d'attitudes contre-productives qui vont brouiller le message. Comme pour tout nouveau comportement, il faut dans certains cas négocier le port du masque, notamment si l'interlocuteur(trice) est dans le refus.

Source : The Conversation, par Claire Hooker
 

Des super-probiotiques à l’épreuve du Covid

Une rémission plus rapide et un risque 8 fois moindre d'évolution vers une forme grave de la maladie grâce à un complément de traitement à base de bactéries probiotiques à ultra-haute concentration… C'est la conclusion d'une étude italienne randomisée, réalisée en mars et avril dernier sur 70 patients âgés en moyenne de 59 ans, atteints de Covid-19 au stade de pneumonie s

Source : Alternative Santé, par Dimitri Jacques
 

La transplantation fécale pour réduire l'alcoolisme ?

Une consommation d'alcool réduite chez 9 patients sur 10 ayant subi une transplantation fécale… C'est le résultat d'une étude états-unienne réalisée auprès de 20 hommes divisés en deux groupes. Le premier a reçu un lavement placebo et le second un échantillon de matière fécale issu d'un patient sain et contenant des souches de Lachnospiraceae et Ruminococcaceae.

Source : Futura Sciences, par Céline Deluzarche
 

Sucre : les symptômes du sevrage

Maux de tête, manque d'énergie, douleurs musculaires, nausées, constipation et diarrhée, crampes d'estomac, fringales d'aliments sucrés ou riches en calories, irritabilité ou anxiété, sentiment de déprime… Ce sont les symptômes dont on peut souffrir après l'arrêt du sucre.

Source : La Nutrition, par Sarah Amiri
 

Sévérité de la Covid-19 : des réponses immunitaires différentes entre hommes et femmes

Des différences d’ordre immunologique expliqueraient le fait que le SARS-CoV-2 entraîne une maladie plus sévère chez les hommes que chez les femmes. Ces dernières développent une réponse immunitaire cellulaire plus robuste, qui se maintient à un âge avancé. C'est la conclusion d'une étude états-unienne qui vient d'être publiée dans la revue Nature.

Source : Le Monde, par Marc Gozlan
 
Syndiquer le contenu