Entreprise : l'ère des nouveaux sages ?

Optimisme, créativité, simplicité, respect des personnes et de la planète… Nombreux sont les "nouveaux sages" aujourd'hui, qui mettent du cœur et du sens dans leur activité professionnelle.

Viesaineetzen.com - Entreprise : l'ère des nouveaux sages ?

À travers son expérience de coach et de formateur, Arnaud Riou* a rencontré en France de nombreux acteurs de l'entreprise qu'il appelle des "nouveaux sages" et qui ont été à l'origine de changements organisationnels importants.

Publicité

En savoir plus

Perles de sagesses

Arnaud Riou propose dans son livre Les nouveaux sages ou comment nous réenchantons le monde (éditions Solar) ces 30 perles de sagesse pour se transformer soi-même et contribuer à la guérison du monde…

Soyez présent à votre corps.
Soyez présent à votre cœur.
Soyez présent à votre esprit.
Passez un peu de temps seul chaque jour.
Méditez chaque jour comme si c'était le dernier.
Méditez sur la planète.
Soyez authentiques.
Cultivez la joie.
Intégrez l'élégance.
Développez la qualité du lien.
Cultivez la lenteur.
Voyez le meilleur en chacun.
Prenez le risque de vous tromper.
Développez la gratitude.
Demandez de l'aide.
Offrez.
Remerciez.
Sentez-vous utile.
Prenez le temps d'écouter.
Posez vos limites avec élégance.
Rêvez.
Ne laissez pas une petite blessure affecter une relation.
Incarnez la sobriété heureuse.
Faites toujours de votre mieux.
Reprenez le pouvoir sur votre vie.
Attirez à vous l'abondance.
Incarnez l'équanimité.
Assumez vos responsabilités.
Assumez vos émotions.
Débranchez.




Le Feng Shui au bureau

Lorsqu'on décide de poser un regard neuf sur son environnement de travail, on découvre souvent des dysfonctionnements auxquels on s'est habitué et qui ont un impact sur notre bien-être voire notre santé… Le Feng Shui est un bon outil pour nous aider à les identifier et à les résoudre.

Viesaineetzen.com - Le Feng Shui au bureau

Ce sont souvent des chefs d'entreprise qui rencontrent des difficultés et qui, pour remotiver leurs équipes, cherchent à améliorer l'environnement de travail. Ce sont aussi des individus, quel que soit leur niveau de poste, qui ont envie d'améliorer leur bien-être au boulot et qui réaménagent leur espace pour être au mieux de leur forme… Tous se tournent de plus en plus souvent vers le Feng Shui.

Publicité

En savoir plus

La bonne orientation pour chaque service

- Au sud, on localisera ce qui concerne la célébrité : par exemple l'accueil.
"Le hall d'entrée est la première perception que les gens ont de l'entreprise", affirme Caroline Gleizes-Chevallier. "Il doit être clair, avenant, expliquer visuellement son activité, ses points forts, ce qu'elle veut montrer d'elle-même."
Mais on pourra également loger au sud le service de presse ou le bureau des dirigeants.

- Le sud-est est un secteur favorable à la richesse, la prospérité.
"On va y placer de préférence les services financiers".

- Le marketing ou le développement commercial sera installé de préférence dans le secteur sud-ouest, celui des relations et des partenariats.

- Au nord-est, l'orientation favorise le savoir, l'éducation.
"Cela peut concerner les chefs de projets, les développeurs."

- Les patrons, eux, ont intérêt à s'octroyer le secteur nord-ouest, ce qui correspond au mentor, à l'homme de pouvoir, au chef de famille.

- À l'ouest : les services créatifs et ce qui est en lien avec l'avenir, le développement de soi, la joie.

Bien répartir les différents services
"Le Feng shui permet de faire un diagnostic énergétique, c'est à dire observer ce qui, dans l'environnement, nous nourrit au quotidien", explique Caroline Gleizes-Chevallier*, expert en Feng Sui.
Son approche permet notamment de déterminer, en fonction de leur orientation, les espaces favorables pour les différents services de l'entreprise (voir encadré).




Trouver sa place

Mieux se connaître, mieux communiquer avec les autres, être positif, identifier les différents types de personnalités qui composent une bonne équipe… Tout cela peut nous aider à trouver notre place au travail et d'une manière générale dans la société.

Viesaineetzen.com - Trouver sa place

Ce sentiment de ne pas être au bon endroit… Cette impression parfois d'avoir réussi un peu par hasard, de ne pas mériter son succès… Comment trouver sa place ? Barbara Mattison*, coach et psychanalyste, a exploré différentes solutions.

Publicité

En savoir plus

Des outils simples et efficaces

Le MBTI (Myers-Briggs Type Indicator)
C'est un indicateur de personnalité "assez facile d'accès" qui prend en compte quatre dimensions de la personnalité :
- d'où l'on tire son énergie : introverti ou extraverti,
- comment l'on recueille l'information : perception par les cinq sens, par l'intuition ou par une vision globale,
- comment l'on prend une décision : analyse rigoureuse et structurée ou feeling,
- comment l'on aborde le monde extérieur : planification séquentielle, par étapes ou improvisation.

Le DIE (description, interprétation, évaluation)
Il s'agit d'un exercice efficace pour structurer sa manière de communiquer avec les autres : être attentif à la différence entre ce qui est descriptif et ce qui est de l'ordre de l'interprétation ou de l'évaluation.

Le DESC (description, expression, solution, conséquence)
C'est une manière de savoir dire les choses sans être blessant ; il s'agit, selon Barbara Mattison, d'une version simple et légère de la communication non violente (CNV).

S'émanciper de l'histoire familiale
Tout commence bien sûr dans la famille, avec l'importance que les parents donnent aux enfants : strapontin accessoire ou trône central, les deux posent problème.




Changer de boulot avec un coach

Nombreuses sont celles et ceux qui rêvent de changer de job ! Mais le passage à l'acte n'est pas toujours facile… Alors pourquoi pas se faire aider par un coach ?

Viesaineetzen.com - Changer de boulot avec un coach

Pression des cadences, quête de la rentabilité à tout prix, difficulté du relationnel avec les collègues ou la hiérarchie, salaire insuffisant, ennui, absence de sens… Les bonnes raisons de vouloir changer de boulot sont malheureusement monnaie courante aujourd'hui dans la sphère professionnelle.

Publicité

En savoir plus

Infos pratiques

Contacter un coach
Il vaut mieux s'assurer que le coach fait partie d'un annuaire validé par une fédération. "Cela permet de s'assurer d'un certain nombre de critères de déontologie, de formation et de pratique professionnelle. Le marché du coaching n'étant pas réglementé, on a une bonne proportion de gens qui se disent professionnels mais qui ne sont ni formés ni supervisés et qui peuvent représenter un danger en terme de manque de protection pour le client", avertit Caroline Carlicchi.

En France on peut trouver un coach certifié notamment sur le site de l'ICF (International Coach Federation), la SFCoach (Société Française de Coaching) ou l'EMCC (Association Européenne de Coaching)

Mais cette démarche ne suffit pas : il faut que le courant passe entre le coach et son client. On peut faire confiance à son intuition et se fier à l'impression qu'on retire du premier entretien.

Combien ça coûte ?
Le coût est lié à la région, au niveau de formation et de pratique professionnelle.
Le tarif de Caroline Carlicchi est de 110 € par séance pour les particuliers. "Certains font du coaching en ligne pour 30-50 €. D'autres, plus pointus peuvent aller jusqu'à 200 € ou plus."

Élodie a dû débourser au total 2 000 €. "J'ai eu la chance qu'ils m'aient été offerts par ma famille."




La "Tao-entreprise" : l'harmonie au boulot

Imiter la nature pour traiter les dysfonctionnements de l'entreprise… Une belle ambition qui nécessite de réintroduire du sens dans l'activité, puis d'utiliser des outils innovants pour motiver les salariés, manager par l'harmonie, améliorer la performance globale… Et au final œuvrer à la fabrication d'un monde meilleur !

Viesaineetzen.com - La "Tao-entreprise" : l'harmonie au boulot

C'est le rêve de chacun d'entre nous : se lever le matin le cœur léger pour aller gagner sa vie dans un job intéressant, enrichissant, qui respecte la planète et où les relations sont harmonieuses avec la hiérarchie et les collègues.
Laurent Château*, conseil en entreprise et enseignant de Qi Gong, constate que dans la réalité, on en est malheureusement très loin.

Publicité

En savoir plus

Soigner l'entreprise avec la médecine chinoise

Pour traiter les dysfonctionnements de l'entreprise, Laurent Château préconise de raisonner comme pour un corps humain et d'utiliser la grille d'analyse de la médecine traditionnelle chinoise (MTC).

"Dans la Chine ancienne, l'empereur était assimilé au cœur, les diplomates à la rate et on essayait de soigner les dysfonctionnements de l'Empire en utilisant les méthodes traditionnelles de médecine. C'est l'idée de la Tao-entreprise."

Étude de cas : une entreprise en "vide de rein"
Problème : une équipe marketing est devenue beaucoup moins réactive et créative. Pour Laurent Château, le marketing, dans une entreprise, peut être assimilé au méridien du rein en MTC.
"Faiblesse du rein, ça peut entraîner des vertiges, troubles de l'oreille interne, on peut trébucher et tomber. Si le marketing est démotivé, on n'aura plus la vision, on sera moins innovant, on ne pourra pas éclairer le décideur. Pourquoi l'organe est si faible ? En MTC c'est la rate qui contrôle le rein et le poumon qui l'alimente."
Dans le corps de la Tao-entreprise, le management et la DRH sont assimilés au méridien de la rate, la finance à celui du poumon.
"Effectivement, il y avait un gros souci de DRH dans cette société et on s'est rendu compte que la finance avait réduit les budgets d'où la démotivation du service marketing. En mettant en relation les organes de l'entreprise les uns par rapport aux autres, on a commencé à comprendre pourquoi le rein était vide."




Le télétravail : pour améliorer la qualité de vie

Travailler depuis son domicile, beaucoup en rêvent ! Certains sautent le pas et se retrouvent toute la journée chez eux. Un choix professionnel qui revêt de nombreux avantages… Et des pièges à éviter !

Viesaineetzen.com - Le télétravail : pour améliorer la qualité de vie

Un salarié peut exercer son activité professionnelle en dehors des locaux de son employeur, depuis son domicile. Cela s’appelle du télétravail, depuis longtemps pratiqué par les travailleurs indépendants et récemment défini dans le code du travail par la loi "Warsmann II" adoptée en 2012.

Publicité

En savoir plus

Attention à l'isolement !

Évidemment, avec le télétravail, fini les pauses café entre collègues, les discussions informelles sur l’entreprise, le contact régulier avec son supérieur !

"Pour me sentir moins seule, je travaille dans mon salon et je mets la télé pour avoir un bruit de fond", raconte Marie. "Au départ je m’étais installée dans un bureau à part, mais le cadre fermé ne me convenait pas."

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication permettent de réduire la solitude professionnelle, avec des échanges téléphoniques ou par internet (mails, skype, etc.).

Il existe aussi des télécentres (espaces publics où l’on peut avoir accès notamment à des ordinateurs et à internet), des "coworking space" (espaces de travail partagés où l’on peut disposer d’un bureau, d'internet, du téléphone, d'espaces de réunion…), mais aussi des lieux non professionnels où l’on peut accéder à internet et croiser du monde, comme des cafés disposant d’un réseau wifi.

Choisir ses horaires
Qu’est-ce qui les a séduits ? "Quand on les interroge, le premier avantage qu’ils citent est le sentiment de liberté dans le choix des horaires, même si dans la réalité la plupart suivent les horaires classiques des entreprises", constate Yves Lasfargue, directeur de l’Obergo, l’Observatoire du télétravail, des conditions de travail et de l’ergostressie.

12,4 %

des salariés français
pratiquent le télétravail
au moins 8h par mois en 2012*


+ 22 %

le gain
en productivité
avec le télétravail*


37 minutes

le temps moyen gagné
au profit
de la vie familiale*






Stress au travail : les réponses de Serge Hefez

En France, il y aurait un suicide par jour imputable au stress dans le monde du travail (300 à 400 suicides par an). C'est ce qu'a révélé en juin 2008 Christian Larose, le vice-président du Conseil économique et social.
Où commence le stress au travail et comment peut-on le gérer ? Nous avons posé la question à Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste.

Vie saine et zen, Stress au travail

L’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail définit le stress "lorsqu’un déséquilibre est perçu entre ce qui est exigé de la personne et les ressources dont elle dispose pour répondre à ces exigences".
Serge Hefez considère que la définition est partielle et donc inexacte. Le stress serait pour lui : "l’effet d’une force, d’une pression intériorisée réelle ou imaginaire exercée de l'extérieur par un groupe ou un individu et qui pèse sur un autre groupe ou individu."

Publicité

En savoir plus

Un problème de santé qui coûte cher

- Le stress professionnel est le troisième problème de santé au travail, après le mal de dos (29 %) et les troubles musculo-squelettiques (28 %).

- Le stress au travail aurait provoqué en 2002 plus de 50 % de l’absentéisme.

- Le coût du stress professionnel en France est compris entre 900 millions et 1,6 milliards d’euros (INRS).

"C'est presque une donnée mécanique physique, un peu comme une force thermodynamique. Cette pression en arrive à altérer ou modifier la conscience que l’on a de soi, ce Surmoi, cette réalité psychique qui pèse sur le Moi. On en vient à se juger soi-même comme inapte ou incapable d’exercer son métier, de se projeter dans un avenir. Ça peut être le début de la dégringolade, de l'installation dans une dépression."


Serge Hefez
Serge Hefez


27 %

des salariés français
se plaignent du stress professionnel
et de problèmes
liés à un travail stressant.


(Enquête 2005 de la Fondation
européenne pour l’amélioration
des conditions de vie au travail)


Antimanuel de psychologie

Antimanuel de psychologie

 





Être heureux au travail (suite)

Qu’est ce qui fait que l’on est heureux au travail ?
JPG : Pour être heureux au travail, il faut, comme je viens de vous le dire, bien se connaître soi-même, mais aussi prendre des risques en osant des choses. Oser se tester sur de nouvelles compétences ou responsabilités, oser dire ce que l’on aime et veut faire.

Publicité

Cela semble compliqué car les salariés ont peur d’apparaître comme incompétents s’ils remettent en cause leurs fonctions, alors que cela peut être perçu plutôt comme une preuve d’implication pour le patron. Très souvent, les gens qui se plaignent savent que ça ne va pas, mais ils sont incapables de dire ce qu’ils veulent.

33 %

des français
se disent heureux au travail


45 ans

est l'âge moyen auquel les français
changent de voie professionnelle


70 %

des français
disent s’ennuyer au travail






Être heureux au travail

En 2005, 40 % des salariés se disaient souvent heureux dans leur travail. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 33 %.
Dans un monde où la rentabilité et le plaisir sont rois, il est souvent très difficile de trouver son propre équilibre. Face à toutes ces contraintes et à la nécessité de travailler, Jean-Paul Guedj propose à travers son livre, "Vive le lundi ! Connaître le bonheur au travail", des perspectives d’épanouissement et de réalisation de soi.

Vie saine et zen - Être heureux au travail

Triste constat que ces chiffres, comment explique-t-on cette baisse de satisfaction ?
Jean-Paul GUEDJ : La première raison est socio-économique. Dans un contexte de mondialisation, avec une exigence de qualité et de concurrence permanente, la pression exercée sur les salariés est de plus en plus constante.

Publicité

En savoir plus

La semaine pour la qualité de vie au travail

Depuis 2004, l’ANACT (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) organise la semaine pour la qualité de vie au travail : http://www.qualitedevieautravail.org/.

Mais aussi car travailler n’est plus la priorité des Français. La valeur travail n’a plus la cote, elle est en baisse. Il y a actuellement un rééquilibrage entre le champ privé et le champ professionnel. Les loisirs, la famille, les enfants, les sorties, etc. ont une place prioritaire dans la vie des Français qui relativisent de plus en plus le travail.


                
Syndiquer le contenu