Éliminer les métaux lourds

Par notre alimentation et l'air que nous respirons, nous absorbons de faibles quantités de métaux toxiques qui peuvent avoir des effets délétères sur notre santé. Heureusement, il existe des moyens naturels des les éliminer !

Viesaineetzen.com - Éliminer les métaux lourds

On devrait plutôt les appeler "élément-trace métallique" (ETM)… Ce sont tous les métaux toxiques qui existent dans la nature ou qui y ont été apportés par l'activité humaine : plomb, mercure, arsenic, cadmium, nickel, zinc, manganèse, brome…
"Aujourd'hui, le squelette d'un Européen contient 500 fois plus de métaux lourds que celui d'une personne ayant vécu au Moyen-Âge", affirme dans son dernier livre Jean-Pierre Willem*, médecin et chirurgien.

Publicité

En savoir plus

L'exemple de l'aluminium

Sources
L'aluminium se trouve dans l'eau du robinet, dans les produits alimentaires transformés, les saucisses, les abats, les coquillages, de nombreux additifs alimentaires (E173, E520, E521, E522, E523, E541, E554, E555, E556, E559), les ustensiles de cuisine, les emballages, le papier d'aluminium (100 g de tomates conservées dans du papier-alu pendant une nuit peuvent contenir jusqu'à 6,5 mg d'aluminium, selon Jean-Pierre Willem*).
À cette liste il faut rajouter des cosmétiques (certains dentifrices et déodorants), la plupart des vaccins et certains médicaments comme le Maalox*.

Effets sur la santé
L’aluminium est toxique pour le cerveau (pertes de mémoire, Alzheimer, Parkinson).
Au quotidien, un excès d'aluminium peut provoquer nausées, vomissements, manque d'appétit, gastrite, ulcère à l'estomac.
L'hydroxyde d'aluminium, adjuvant des vaccins, serait la cause d'une pathologie musculaire inflammatoire (myofasciite à macrophages) dont les symptômes sont des douleurs musculaires et de la fatigue avec un peu de fièvre*.

Sources omniprésentes
Pour quelles raisons sommes-nous imprégnés à ce point ? Parce que nous respirons un air qui contient les pollutions industrielles et les gaz d'échappement des automobiles, parce que nous buvons de l'eau et mangeons des aliments contaminés par les substances chimiques de l'agriculture conventionnelle… Et aussi parce qu'on nous fait des vaccins dont les adjuvants contiennent du mercure et/ou de l'aluminium et qu'on obture nos caries avec des amalgames au mercure.




Perturbateurs endocriniens : quels enjeux ?

On en parle de plus en plus, au fur et à mesure que s'accumulent les preuves de leur toxicité… Les perturbateurs endocriniens déjouent les conceptions scientifiques traditionnelles.

Viesaineetzen.com - Perturbateurs endocriniens : quels enjeux ?

Ils sont dans l'alimentation, dans l'air intérieur ou extérieur que nous respirons, dans les produits que nous mettons sur notre peau… On les appelle des perturbateurs endocriniens car ce sont des substances chimiques qui usurpent l'identité de certaines hormones.

Publicité

En savoir plus

Le système hormonal

Les glandes endocrines (pancréas, hypothalamus, hypophyse, thyroïde, parathyroïdes, surrénales, testicules, ovaires…) sécrètent des hormones qui voyagent dans le sang jusqu'au récepteur d'un organe cible pour lui délivrer son message.

Les perturbateurs endocriniens sont capables de leurrer ce système. Ils se positionnent sur les récepteurs des hormones et les perturbent en délivrant à l'organe une information erronée.




Le boom des allergies alimentaires

Elles sont plus fréquentes et plus graves. En cause : l'excès d'hygiène et la multiplication de nouvelles substances dans notre alimentation et notre environnement. Les allergies alimentaires peuvent se déclarer à tout âge et parfois disparaître spontanément. Les plus aiguës doivent être sérieusement prises en charge.

Viesaineetzen.com - Le boom des allergies alimentaires

"Sur la population française, on estime la prévalence des allergies alimentaires, à la hausse, aux alentours de 3-4 %. Sur les enfants, on est à 7-8 %", s'inquiète Habib Chabane, allergologue, vice-président du Syfal*.
Et de plus en plus fréquemment, certaines allergies alimentaires provoquent des chocs anaphylactiques ou des bronchospasmes (contractions brutales des bronches) mortels (voir encadré).

Publicité

En savoir plus

Allergies alimentaires : symptômes**

Ils sont variés, concernent les adultes comme les enfants et se modifient avec l'âge.

Les symptômes peuvent toucher un ou plusieurs organes :
- la peau : urticaire, dermatite atopique ;
- les muqueuses : œdème des lèvres, de la gorge ou du larynx ;
- le tube digestif : régurgitations, vomissements, constipation ou diarrhée ;
- les voies respiratoires : asthme, rhinite.

Le choc anaphylactique (réactions allergiques exacerbées) est, lui, un ensemble de symptômes généralisés.

Il existe des formes graves qui peuvent entraîner le décès :
- le choc anaphylactique ;
- l'œdème du larynx ou œdème de Quincke ;
- l'asthme aigu grave.

Changements dans l'alimentation
Les changements dans notre alimentation depuis les années 1950 seraient pour beaucoup dans cet état de fait. Et quand on introduit des aliments et ingrédients nouveaux, on introduit de nouveaux allergènes.
"Chaque année il sort en Europe 20 000 nouvelles préparations alimentaires. On mange aujourd'hui des aliments qui étaient inconnus autrefois !"




SOS Herpès !

12 millions de gens seraient concernés en France par l'herpès. Il s'agit d'une maladie virale très contagieuse qui peut être prise en charge par un traitement de terrain associé à des soins locaux.

Viesaineetzen.com - SOS Herpès !

L'herpès se manifeste par des éruptions de vésicules brûlantes soit autour de la bouche (herpès buccal) soit autour des muqueuses génitales (herpès génital). Du reste le mot herpès vient du latin qui signifie "petite vésicule". Le bouton s'annonce à l'avance. Sa venue est précédée d'une gêne locale et d'une brûlure plus ou moins importante. Ensuite apparaissent les vésicules, éparpillées ou en bouquet, qui ont tendance à se percer et à se couvrir de croûte brûlante.

Publicité

En savoir plus

Les solutions de l'homéopathie

Elles sont d'autant plus efficaces que le terrain a été traité en amont.

L'herpès buccal indique un terrain qui peut être traité avec : Sulfur, Lycopodium ou Arsenicum album et, en cas d'exposition au soleil, Natrum Muriaticum.
Des médicaments symptomatiques peuvent prendre ensuite le relais si l'herpès se déclare.
Exemples :
- À la lèvre, bouton de fièvre : Cantharis 5CH.
- À la lèvre, en amas de petites vésicules : Rhus vernix 5 CH.

L'herpès génital indique un terrain qui peut être traité avec : Thuya, Medorrhinum ou Sepia et, en cas de stress, Staphysagria ou Ignatia.
Exemples de traitements symptomatiques :
- Chez la femme, en amas avec sensation de brûlure : Croton 5CH.
- Chez l'homme, comme des ulcérations brûlantes : Borax 5 CH.

(Source : Dictionnaire de l'homéopathie, Jacques Bourdet, éditions Privat)




La transplantation de selles

La transplantation de microbiote fécal est devenue depuis deux ou trois ans le traitement recommandé en gastro-entérologie pour certaines infections récidivantes. Son potentiel pourrait concerner la plupart de nos maladies de société…

Viesaineetzen.com - La transplantation de selles

Vous ne rêvez pas en lisant ces lignes. Derrière le terme "transplantation de microbiote fécal", il y a une réalité qui peut surprendre et faire frémir certains. Il est effectivement question pour un malade de recevoir dans son tube digestif les excréments d'un donneur… Ce n'est pas très glamour, certes, mais redoutablement efficace.

Publicité

En savoir plus

Nos amies, les bactéries

Notre corps est habité par de très nombreux micro-organismes : bactéries, virus, champignons, levures, bactériophages, parasites.

"En 2005 on estimait à 1014 le nombre de micro-organismes dans le tube digestif et on dénombrait 500 espèces différentes. Aujourd'hui on en dénombre plus de 3 000, essentiellement anaérobies (qui ne vivent que sans oxygène). Ces bactéries représentent plus de 60 % du poids sec des selles. Nous avons en nous 10 fois plus de bactéries que de cellules humaines. On les répartit aujourd'hui en quatre familles : les bacteroidetes, les actinobactéries, les firmicutes, les protéobactéries", détaille Rui Batista.

Notre microbiote (on disait autrefois "flore") intestinal varie selon les âges de la vie. "Nous sommes stériles dans le ventre de notre mère et c'est à l'accouchement que nous prenons contact avec nos premières bactéries. La diversité bactérienne évolue ensuite tout au long de la vie."




Les causes des maladies chroniques

Ces dernières années, les découvertes de la science ont mis en lumière à la fois les causes externes (bactériennes, virales et environnementales) des maladies de notre époque et les mécanismes cellulaires internes qui les provoquent, autour d'un processus inflammatoire chronique de bas niveau.

Viesaineetzen.com - Les causes des maladies chroniques

Entre ceux qui, à l'instar des médecines traditionnelles, considèrent que les maladies sont le fruit d'un dérèglement de l'organisme et ceux qui, depuis Pasteur et sa théorie des germes, pensent que les pathologies sont dues à des facteurs extérieurs, le débat se poursuit. Mais les découvertes de ces dernières années pourraient bien réconcilier les points de vue…

Publicité

En savoir plus

Prévention et nouvelles thérapies

Prévention, précautions
"La prévention est un maître mot et on peut faire beaucoup avec la prévention. Le patient doit agir et se responsabiliser.", affirme Luc Montagnier.

Pour Dominique Belpomme, les deux risques les plus importants sont...
- Les pesticides 
"C'est simple : il faut manger bio. Il y a maintenant des études épidémiologiques, notamment une étude française, qui montrent qu'on est en meilleure santé quand on mange bio."
- Les champs électromagnétiques 
Pour la femme enceinte, pas d'ordinateur connecté au wi-fi, pas de portable ;
pour les enfants de moins de 12 ans, interdiction d'utiliser un portable ;
pour les adolescents, pas plus de 20 minutes par jour de portable à l'oreille !
- Autres éléments à prendre en compte
Choix du lieu de vie, aménagement de l'habitation, protection sur le lieu de travail et le fait d'utiliser des produits naturels pour la toilette et pour s'habiller.

Serge Rafal insiste, lui, sur les différentes solutions qui existent autour du régime alimentaire : éviction du lait et des laitages, du gluten, régime Seignalet, régime pauvre en sucres qui fermentent (Fodmaps).

De nouveaux médicaments naturels ?
Il met également beaucoup d'espoir dans le développement à venir de protocoles plus précis et plus efficaces avec de nouveaux probiotiques qui seraient susceptibles de réensemencer l'intestin.

De nouvelles pistes très encourageantes sont en train d'apparaître.
"Le grand enjeu d'une centaine de laboratoires dans le monde tournent aujourd'hui autour de ce qu'on appelle l'épigénétique sélective", explique Joël de Rosnay, docteur en Sciences. "Il s'agit de faire en sorte que dans la nouvelle médecine dite "4P", préventive, personnalisée, prédictive, participative, on puisse savoir quel produit va agir sur tel gène plutôt que sur tel autre… L'enjeu des prochaines années est de fabriquer une synergie de produits naturels qui permette de réveiller certains gènes, d'en endormir d'autres ou d'éteindre complètement d'autres encore, transmis par des parents ou des grands-parents."




Reflux gastro-œsophagien : traiter "naturellement"

Brûlures d'estomac, remontées acides et autres symptômes très inconfortables… Le reflux gastrique peut aussi provoquer des complications qui peuvent aller jusqu'à l'ulcère voire au cancer. Heureusement, il existe des solutions naturelles, principalement par l'alimentation !

Viesaineetzen.com - Reflux gastro-œsophagien : traiter "naturellement"

Il arrive que le contenu de l'estomac, riche en sucs gastriques très acides, remonte en partie dans l'œsophage. C'est ce qu'on appelle un reflux gastrique ou gastro-œsophagien (RGO). La paroi de l'œsophage peut résister à l'acidité pendant un certain temps mais, à terme, elle va connaître un phénomène inflammatoire qui peut entraîner des lésions plus graves (voir encadré).

Publicité

En savoir plus

Causes, symptômes et complications

Trouble du sphincter œsophagien
En matière de RGO, le coupable est souvent le sphincter œsophagien inférieur, un anneau musculaire situé à la jonction de l'œsophage et de l'estomac.
"Il connaît une relaxation transitoire favorisée par une relaxation de l'estomac qui se produit par un mécanisme réflexe quand des aliments fermentent en excès dans le côlon", explique Martine Cotinat.
C'est ce qui se produit notamment dans les cas d'intolérance au lactose (fréquente chez les nourrissons), maladie céliaque, hypersensibilité au gluten, surpoids, consommation de graisses, alcool, boissons gazeuses, repas caloriques et/ou rapides, constipation, stress mal géré…

Hernie hiatale
Le reflux peut être lié ou pas à une hernie hiatale (une partie de l’estomac, à la jonction de l’œsophage, "remonte" dans la cage thoracique par l’orifice du diaphragme qui laisse normalement passer l’œsophage). Mais dans tous les cas la hernie hiatale est un facteur aggravant.

Des symptômes pas toujours évidents
Les symptômes courants sont les brûlures d'estomac, les remontées acides… Mais le reflux peut également entraîner des symptômes plus atypiques : "de la toux, des bronchites fréquentes, une angine qui traîne, une voix enrouée et cassée, des douleurs thoraciques angoissantes, des raclements de gorge, des problèmes dentaires…".

Complications parfois graves
Beaucoup de gens choisissent de se traiter eux-mêmes. En réalité il vaudrait mieux consulter et ne pas hésiter à faire une fibroscopie "car il n'y a aucun parallélisme entre l'intensité de la douleur et la gravité de ce qu'on va trouver à l'examen".

Le reflux peut en effet entraîner des complications préoccupantes au niveau de l'œsophage : des lésions graves, des ulcères pouvant provoquer des hémorragies ; un rétrécissement de son diamètre (sténose peptique) ; un remplacement de ses cellules par des cellules de type intestinal qui peut conduire à l'ulcère voire au cancer (endobrachyœsophage ou œsophage de Barrett). 




Se méfier des interactions médicamenteuses

Effets secondaires indésirables des cocktails de médicaments, efficacité diminuée voire annulée de nos pilules sous l'influence de certains aliments ou certaines plantes… Il serait sage de mieux prendre en compte les interactions médicamenteuses. Conseils d'une pharmacienne…

Viesaineetzen.com - Interactions médicamenteuses

La surconsommation de médicaments est très ancrée dans notre culture de santé en France. La plupart des médecins ne lésinent pas sur la longueur des ordonnances, d'autant que de nombreux patients sont très demandeurs.

Publicité

En savoir plus

Trois conseils

Lire les notices
"Aucun médicament n'est anodin", prévient Alina Moyon. "Il faut faire correctement le rapport bénéfice/risque. Quand on intègre un nouveau médicament il faut bien lire la notice. Il vaut mieux prévenir l'apparition des effets secondaires plutôt que d'essayer de les traiter par la suite. Il ne faut introduire de nouveaux médicaments que lorsqu'on n'a pas d'autre choix et qu'on a essayé de faire le maximum par les méthodes naturelles."

Prévenir plutôt que guérir
"On n'a pas fait mieux que la prévention. Aujourd'hui on considère que seulement 15 % de la génétique joue un rôle dans l'apparition des maladies. Le reste c'est notre environnement. Il y a des paramètres comme la pollution sur lesquels nous n'avons pas de prise. Mais nous avons prise sur beaucoup d'autres paramètres."

Être acteur de sa santé
On ne peut plus raisonner aujourd'hui en demandant une pilule magique à son médecin, qu'il soit allopathe ou non.
"On a tendance à penser qu'il y a des remèdes universels, que le même médicament est valable pour tout le monde : ce n'est pas vrai. Ce qui sera bon pour l'un ne sera pas efficace pour l'autre. Chacun réagit avec son propre métabolisme et doit donc se prendre en charge." 

Des médicaments… contre les effets secondaires des médicaments
"Quand il y a des effets secondaires qui apparaissent, au lieu de réévaluer son traitement, le médecin prescrit la plupart du temps un autre médicament. C'est pourquoi les patients, notamment les personnes âgées, se retrouvent avec des pages et des pages d'ordonnances", déplore Alina Moyon*, docteur en pharmacie.

23 %

des plus de 75 ans
prennent plus de 5 médicaments
sur un jour tiré au hasard**


49 %

des plus de 75 ans
prennent plus de 5 médicaments
en cumul sur un trimestre**


39 %

des plus de 75 ans
prennent plus de 5 médicaments
prescrits au moins 3 fois dans l'année**






Alzheimer : prévenir les troubles de la mémoire

Devant l'ampleur de l'épidémie d'Alzheimer, la science est encore désarmée mais progresse petit à petit. Et si c'était nos habitudes, nos modes de vie qu'il fallait remettre en cause ?

Viesaineetzen.com - Alzheimer : prévenir les troubles de la mémoire

Les troubles de la mémoire sont courants, souvent bénins et n'indiquent pas forcément la présence d'une pathologie grave. Ils peuvent être dus à un simple manque de sommeil, au stress ou aux effets secondaires de certains médicaments. Mais les maladies cérébrales concernent un nombre de gens de plus en plus élevé. Elles deviennent un problème majeur de santé publique, notamment du fait de la croissance des maladies neurodégénératives dont la plus emblématique d'entre elles : Alzheimer. Le nombre de personnes atteintes est aujourd'hui de 900 000 en France, de 28 à 33 millions dans le monde. Le coût pour la société représenterait 1 % du PIB mondial*.

Publicité

En savoir plus

Un "trépied" pour nos ressources cérébrales

- L'hygiène de vie : bien manger, bien bouger.
Le régime méditerranéen est le régime de référence. "Les aliments qui sont toujours cités sont les aliments antioxydants notamment les fruits rouges et le soja. Mais il faut savoir que 20 % de la population caucasienne est allergique au soja", précise Catherine Thomas-Antérion.
Parmi les activités physiques conseillées, beaucoup d'études concernent les pratiques méditatives, le Taiji Quan, le Qi Gong.
"De fait, la pratique du Taiji chez le sujet sain améliore l'attention dans certaines maladies neurodégénératives, Alzheimer et surtout Parkinson. Elle va effectivement entraîner des modifications cérébrales et de meilleures stratégies en terme attentionnel."

- Le bien-être. "Créativité, motivation, curiosité, élan vital… Toutes les activités sont positives, y compris le travail, si elles sont effectuées dans le bien-être".

- Le lien social. "Plus on a de liens sociaux, plus on les maintient, plus on les construit, mieux le cerveau fonctionne".

La réserve cérébrale
Pourtant les connaissances scientifiques sur le fonctionnement du cerveau ont fait de gros progrès ces dernières années. On vient notamment d'en comprendre un élément déterminant : la réserve cérébrale (ou réserve cognitive).




Diabète, Parkinson, cancer… Soigner sa flore intestinale

Nos maladies "de société" seraient la conséquence d'un processus inflammatoire de bas niveau qui s'installerait dans l'organisme sur des années. En cause : un déséquilibre des populations bactériennes qui habitent notre intestin…

Viesaineetzen.com - Diabète, Parkinson, cancer… Soigner sa flore intestinale

Les maladies métaboliques et neurodégénératives (diabète, Alzheimer, Parkinson, certains cancers et autres) se déclencheraient après plusieurs années d'inflammation chronique due à un déséquilibre de la flore bactérienne intestinale (microbiote intestinal). C'est la conclusion que tire Réginald Allouche*, diabétologue, médecin et ingénieur, de son expérience dans le domaine du diabète.

Publicité

En savoir plus

Une alimentation respectueuse du microbiote

Quelques règles générales
- prendre plaisir à manger ;
- diversifier l'alimentation ;
- éviter les aliments industriels (toxicité des additifs en association) ;
- consommer des produits bio proches du lieu de production (toxicité de certains champignons) ;
- maintenir un apport calorique suffisant pour garder l'activité physique ;
- consommer des fibres à chaque repas, solubles et insolubles ;
- privilégier les sucres à indices glycémiques bas ;
- éviter les antibiotiques (surtout chez l'enfant avant deux ou trois ans) ;
- respecter l'équilibre acido-basique ;
- équilibrer la balance oméga 3/oméga 6 de 1 à 5 (les premiers sont anti-inflammatoires, les seconds pro-inflammatoires) ;
- assurer un minimum d'heures de sommeil.

La bonne répartition
Glucides : 50 % (privilégier les indices glycémiques bas, donc les faibles cuissons).
Protéines : 20 %.
Lipides : 30 % de lipides (un minimum de graisses saturées, pas de graisses trans).

Attention au gluten !
"La production de gluten en France est passée de 20 000 tonnes à 260 000 tonnes de 1980 à 90, son importation est passée de 596 tonnes en 1973 à 18 503 tonnes en 1985. Je ne vois pas pourquoi ne s'appliquerait pas au gluten ce qui s'applique à l'alcool : boire un ou deux verres de vin rouge tannique, c'est bon pour la santé ; en boire dix, ce n'est pas bon ! L'homme n'est pas fait pour ingérer une telle quantité de gluten." 

85 %

de la sérotonine
(hormone du plaisir de vivre)
secrétée par la flore intestinale*.


10 %

de nos neurones
sont autour
de l'intestin*.


10 fois plus

de bactéries
dans notre tube digestif
que de cellules dans notre corps*.




                
Syndiquer le contenu