Le syndrome prémenstruel n’est pas une fatalité !

Chaque mois, le syndrome prémenstruel mène la vie dure à environ 20 % des femmes. Aussi pénibles que bénins, ces désagréments associés à la période précédant les règles vont de la petite irritabilité pour certaines, à des crampes abdominales insupportables pour d'autres. Heureusement il y a des solutions pour être plus sereine à l’approche de notre fin de cycle…

Viesaineetzen.com - Le syndrome prémenstruel n’est pas une fatalité !

Le syndrome prémenstruel (SPM) apparaît chez la femme à la même période du cycle menstruel, entre le 14e et le 2e jour précédant ses règles. Les troubles physiques et psychologiques sont d'intensité variable et s'interrompent au déclenchement des menstruations (écoulement sanguin périodique).

En savoir plus

Un taux de progestérone irrégulier, pour quelles raisons ?

- Une dysharmonie des cycles (trop court ou très long), surtout dans le cas des jeunes filles qui commencent à être réglées ou chez les femmes en préménopause.
"Le syndrome prémenstruel est quasi systématique dans les années qui précèdent la ménopause. Certaines femmes qui n'avaient jamais eu de soucis à ce niveau là, se découvrent des seins douloureux ou une humeur changeante", explique Isabelle Michelon-Lorain.


- Un déséquilibre entre certaines molécules fabriquées à partir des acides gras polyinsaturés oméga 6 (les prostaglandines) qui provoque une diminution de sécrétion de progestérone par l'ovaire, à l'origine des tensions mammaires et autres gonflements.

Des sensations physiques et psychologiques désagréables
Les femmes ne sont pas égales devant le SPM : certaines y sont à peine sensibles, d'autres présentent une forme sévère.




Comment traiter nos insomnies (suite)

Homéopathie : le mal par le mal
Normalement, on déconseille à un insomniaque de prendre du café avant de se coucher. Pourtant, un homéopathe va en prescrire à son patient. Bien évidemment, la caféine absorbée le sera à dose infime. Samuel Hahnemann, le fondateur de l'homéopathie, disait : "pour guérir une maladie, il faut administrer un remède qui donnerait au malade, s'il était bien portant, la maladie dont il souffre."

En savoir plus

Valériane

Les Grecs soignaient leurs insomnies avec de la valériane. Les Romains l'employaient pour combattre les palpitations et les arythmies.
Au Moyen-Age, Hildegarde de Bingen (herboriste allemande) utilisa les racines de cette plante comme un puissant somnifère.

Dans le cas de l'insomnie chronique, on peut essayer Coffea cruda 9CH (4 granules sous la langue, tous les soirs). Pour une insomnie passagère liée à un stress ou à un événement traumatisant, il est conseillé d'utiliser Ignatia Amara 9CH.

L'usage de la chiropractie et de l'acupuncture




Comment traiter nos insomnies

Nous passons environ un tiers de notre vie à dormir. À 60 ans, nous aurons dormi 20 ans ! Bien que le sommeil soit un acte naturel, les insomnies touchent plus d'une personne sur dix. À quoi sont dus ces désagréments ? Comment améliorer notre sommeil ?

Vie saine et zen - Comment traiter nos insomnies

Dormir, c'est essentiel ! Le sommeil permet d'être efficace tout au long de la journée, il facilite les mécanismes d'apprentissage et de mémorisation.

Le sommeil, c'est vital
Le sommeil nous offre repos et récupération, tant au niveau physique que psychique.

18°C

c'est la température idéale
pour s'endormir


50 millions

de boîtes de somnifères environ
sont achetées chaque année en France


1 sur 3

Français est atteint
de troubles du sommeil






Lutter contre la gastro

Elle a des causes diverses mais sa forme virale revient chaque année en période d'hiver et connaît des vagues d'épidémie qui sont de véritables enjeux de santé publique… Bénigne parfois, désagréable souvent, grave quelquefois, que faire contre la gastro ?

Vie saine et zen - Lutter contre la gastro

Dans la majorité des cas, elle est de courte durée. Elle survient brutalement et disparaît généralement au bout de 1 à 3 jours.
Ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas la prendre au sérieux. Le plus souvent anodine dans nos pays, la gastro peut être mortelle pour les personnes de constitution fragile (bébés, personnes malades ou âgées) en raison de la déshydratation qu'elle entraîne.

En savoir plus

La gastro, c'est quoi ?

La gastroentérite est une infection inflammatoire du système digestif au niveau des parois de l’estomac et de l’intestin.

Les symptômes sont : nausées, vomissements, crampes abdominales et diarrhée. Ils peuvent varier d'intensité selon la cause et les individus. Certains n'ont aucun symptôme, d'autres ne font que vomir, d'autres n'ont que la diarrhée.
Elle provient d'une contamination par un virus (la plupart des cas), une bactérie ou d'autres micro-organismes.

Exemples :
- La fameuse tourista ou diarrhée du voyageur peut être d'origine bactérienne, virale, ou simplement causée par le changement de nourriture et donc des flores intestinales sollicitées.
- Le choléra provient d'une contamination par une bactérie : la bacille virgule.
- L'amibiase est due aux amibes, un parasite qui se trouve généralement dans des installations sanitaires insuffisantes.
- Les toxines de certaines plantes (champignons, plantes ou bactéries) sont des poisons qui peuvent aussi provoquer très rapidement des gastroentérites.

Virus ou bactérie ?
La gastroentérite bactérienne qu'on appelle communément "intoxication alimentaire" vient de la consommation d'eau ou d'aliments contaminés par certaines bactéries : salmonelles ou colibacilles, en général, sous nos latitudes.




L’acné : comment y faire face ?

Si à beaucoup d'entre nous le soleil de l'été a donné "bonne mine", il est un réel ennemi pour les épidermes acnéiques. De retour de vacances, la peau desséchée se met à sécréter encore plus de sébum, et l'acné s'aggrave. Alors prenons les choses en main et réglons leur compte à tous ces vilains boutons !...

Vie saine et zen - L’acné : comment y faire face ?

L’acné est une maladie de peau caractérisée par l’éruption de boutons superficiels ou par des lésions plus profondes : points noirs, kystes, nodules… Trouble principalement adolescent, 80 % des jeunes de 11 à 20 ans sont touchés.

En savoir plus

Le lait : facteur aggravant

Concernant les points noirs et les boutons, l’alimentation a souvent été montrée du doigt.
S’il est certain qu’elle n’en est pas la cause, il semblerait que certains aliments tel que le lait aient des propriétés aggravantes.
Des études récentes ont montré une forte corrélation entre sa consommation et les poussées acnéiques. Ce sont les hormones et les molécules bioactives présentes dans le lait qui seraient à l’origine de la réaction.

(Milk consumption and acne in teenaged boys, Journal of the American Academy of Dermatology 2008 vol. 58, n°5)

Qu’est ce que c’est ?
Les glandes sébacées situées sous la peau produisent en temps normal de petites quantités de sébum. Suite à un désordre hormonal, elles se mettent à trop produire cette substance grasse qui normalement évite le dessèchement de la peau et des cheveux.

20 %

des consultations dermatologiques
sont motivées
par des problèmes d'acné


48 %

des jeunes touchés par l’acné
estiment que leur vie sociale
en subit des conséquences


41 %

des femmes
entre 25 et 40 ans
souffrent d’épisodes acnéiques






L’acné : comment y faire face ? (suite)

Les plantes contre les cicatrices
Finalement, le problème le plus gênant avec l’acné, c’est les cicatrices car si les boutons sont appelés à disparaître, elles non.
Les plantes proposent ici aussi des solutions. "L’hélichryse aussi appelée immortelle a un grand pouvoir cicatrisant. Il faut la prendre en aromathérapie lorsqu’une plaie apparaît", confie Jacques Fleurentin.
L’hydrocotyle de Madagascar en pommade et le gel extrait de l’aloe vera sont d’autres possibilités.

"Mais les plantes sont efficaces sur des cicatrices plutôt récentes. Pour des marques anciennes, il vaut mieux utiliser des polymères médicaux prescrits par un médecin."

L’arbre à thé
L’arbre à thé ou Melaleuca alternifolia, plante médicinale australienne de la même famille que l’eucalyptus a de grandes propriétés anti-bactériennes et anti-fongiques. Les aborigènes l’ont d’ailleurs toujours utilisé sur leurs plaies et problèmes cutanés. Pour nos boutons disgracieux, on ne prend pas l’huile essentielle pure mais une crème avec une concentration de 5 à 15 %.




Allergies aux pollens, sortez vos mouchoirs !

Le printemps n’est pas forcément signe de joie et d’allégresse pour tous. En effet, plus de 25% de la population française présentent des signes d’allergies aux plantes anémophiles, ces plantes qui disséminent des grains de pollen par le vent.

Allergies aux pollens, sortez vos mouchoirs !

Les allergies au pollen concernent 1 personne sur 5 dans le monde. La prévalence de ces affections s’est aggravée aux cours des 15 dernières années à tel point qu’on parle déjà  de "boom allergique".

L'allergie au pollen, une maladie environnementale
On ne nait pas allergique au pollen, mais on le devient, sans le savoir, et bien souvent sans développer de symptômes. C'est une maladie typiquement environnementale liée à nos cadres de vie et non à un agent infectieux spécifique. 


Le rhume des foins

Tout commence par une rencontre inopiné entre notre corps et un allergène (substance, particule, corps organique). Nos cellules commencent alors à fabriquer des anticorps de type allergique. Quand le taux de ces anticorps devient suffisamment élevé, l’allergie se déclenche et se manifeste sous forme de rhinites, conjonctivites ou crises d’asthme.

3,8 % en 1968

c'est le pourcentage de Français souffrant de rhinite allergique.


30 % en 2006

c'est le pourcentage de Français souffrant de rhinite allergique.


20

type d'arbres en France sont potentiellement allergènes.






L'intestin : un rôle stratégique dans notre santé (suite)

Deuxième chose à faire : supprimer les facteurs de stress
Concernant les intolérances alimentaires, une fois qu'on a détecté les aliments en cause (par un dosage d'immunoglobuline G ou IgG), Jean-Robert Rapin conseille de les supprimer de son alimentation pendant une durée d'environ six mois. Dans la plupart des cas, passé ce délai, on peut reprendre progressivement la consommation de ces aliments.

Si le diagnostic a repéré que l'origine du trouble vient de situations de stress, il faut apprendre à gérer ce dernier, en pratiquant une discipline adaptée à ses goûts et ses aptitudes : relaxation, sophrologie, yoga, qi gong…

Le traitement micronutritionnel : probiotiques et L-glutamine
L'équilibre de la flore intestinale peut être rétabli grâce aux probiotiques, des bactéries ou des levures généralement administrées en compléments alimentaires.
La L-glutamine, protéine reconstituante des cellules de la muqueuse intestinale, est nécessaire en complément.




L'intestin : un rôle stratégique dans notre santé

Du mal au ventre chronique à des pathologies lourdes comme l'autisme, il y aurait un point commun ? L'intestin, répondent en cœur de nombreux spécialistes. Les dernières recherches tendent à montrer en effet que l'hyper-perméabilité intestinale serait en jeu aussi bien dans les troubles fonctionnels que dans les maladies neuro-immunitaires…
Dans les deux cas, les Médecines Alternatives et Complémentaires (MAC) ont des réponses adaptées…

Vie saine et zen L'intestin : un rôle stratégique dans notre santé

"Comment allez-vous ?" La formule est ancienne et était autrefois formulée dans sa version complète : "comment allez-vous à la selle ?" C'est dire si la fonction intestinale joue un rôle primordial dans notre être et notre bien-être.

Nous sommes plus d'un sur trois à souffrir de colopathie fonctionnelle (syndrome du colon irritable). Et plus encore si nous sommes des femmes ou si nous sommes anxieux. Douleurs abdominales chroniques, diffuses ou localisées, ballonnements surtout après les repas, troubles du transit et de la motricité intestinale…

En savoir plus

100 000 milliards de bactéries !

L'intestin : de la sortie de l'estomac jusqu'à l'anus, il comprend l'intestin grêle et le gros intestin (côlon).

Son rôle dans le système digestif :
- filtrer les nutriments provenant de notre alimentation,
- laisser passer dans l'organisme les acides aminés, les acides gras, les glucides, les vitamines, les minéraux, les oligo-éléments,
- faire barrière aux autres substances potentiellement chargées d'agents infectieux.

100 000 milliards de bactéries dans notre intestin : c'est la flore intestinale ou microbiote. Nous avons chacun notre propre microbiote personnel, défini selon notre code génétique et nos habitudes alimentaires.

Deux terrains de tennis : c'est la surface de la muqueuse intestinale
1/10e de papier à cigarettes : son épaisseur.
Cette muqueuse est donc très fragile.

Au carrefour de nombreuses maladies
Mais pour de nombreux spécialistes, réunis récemment à l'hôpital Tenon aux 27e rencontres des Médecines Alternatives et Complémentaires (MAC) et s'intéressant à la structure et au fonctionnement de cet organe, l'intestin se situe au carrefour de bien d'autres pathologies : intolérances alimentaires, fibromyalgie, syndrome de fatigue chronique, allergies diverses, psoriasis, eczéma, asthme…




Trouble Affectif Saisonnier : la réponse de la luminothérapie

Notre humeur et notre forme varient avec le temps. Dès l’automne déjà, nous ressentons une baisse d’énergie, un manque de volonté pour aller travailler et une diminution du désir. Rassurons nous cette saisonnalité est un phénomène banal appelé par les spécialistes "trouble affectif saisonnier" (TAS).

Trouble Affectif Saisonnier : la réponse de la luminothérapie

Plusieurs enquêtes montrent que près de 90% de la population souffre de TAS (Troubles Affectifs Saisonniers). Pour la plupart d’entre nous, il ne s’agit que d’une petite baisse de forme, mais quelques personnes vont jusqu’à être en dépression sévère.

Le trouble affectif saisonnier, c’est quoi ?
Le TAS est une forme de dépression qui apparaît à l’automne, disparaît sans aucun traitement au début du printemps, et qui revient tous les ans.


                
Syndiquer le contenu