Phobie scolaire : comment en sortir ?

De plus en plus d’enfants et adolescents ne parviennent plus à se rendre à l’école. En cause : la "phobie scolaire", un mal-être pouvant mener à de graves dépressions et à un décrochage scolaire. Pour accompagner ces élèves vers la guérison, médecins, parents et enseignants travaillent de concert.

Viesaineetzen.com - Phobie scolaire : comment en sortir ?

Ne s’accordant pas sur les termes, les experts parlent aussi bien de "phobie scolaire", "anxiété scolaire" ou "refus scolaire anxieux". Derrière ces mots, une même souffrance : malgré leur désir d’apprendre, les enfants ne parviennent plus à aller à l’école à cause d’une angoisse qui les submerge.
"Ce phénomène d’anxiété recouvre différentes situations, souligne Marie-France Le Heuzey*, psychiatre pour enfants et adolescents. Il peut s’agir d’une peur de la séparation avec le cercle familial, d’une peur d’effectuer le trajet qui mène à l’établissement, d’une peur concernant une matière scolaire… Chaque enfant est un cas particulier."

En savoir plus

Des solutions de réintégration scolaire

Les cours à domicile peuvent être un premier pas vers la réintégration scolaire. Le Service assistance pédagogique à domicile a pour mission de permettre à un enfant de recevoir un enseignant chez lui, si possible provenant de son établissement d’origine, pour quelques heures de cours par semaine. L’association Votre école chez vous permet également d’accéder à des cours à domicile.

Lorsque le jeune est déscolarisé depuis plusieurs mois, le thérapeute peut envisager une hospitalisation dans une structure proposant une scolarisation accompagnée. C’est le cas à l’hôpital Robert Debré à Paris, où 38 enseignants s’occupent des enfants.
"Ils commencent par donner des cours à l’hôpital, dans des classes généralement composées de 2 ou 3 élèves. On leur redonne le goût d’apprendre et une confiance dans l’école", explique Catherine Coupé, directrice spécialisée du centre scolaire hôpital Robert Debré. "Progressivement, nous intégrons l’enfant dans une école aux alentours : on commence par effectuer seulement le trajet, puis l’élève assiste à une heure de cours, puis 2 heures… Enfin, on le réintègre dans son établissement d’origine."

Des symptômes plus ou moins visibles
L’un des premiers signaux d’alarme est l’absentéisme répété 2 ou 3 fois minimum. L’élève nécessite alors un suivi psychologique pour déterminer les causes de son trouble, car comme le répète le médecin, "un enfant qui ne va pas à l’école est un enfant qui ne va pas bien".




Rentrée scolaire : nouvelle école, nouveaux amis

Qu’ils changent de cycle scolaire ou déménagent, de nombreux enfants font leur rentrée dans une nouvelle école. Entre la tristesse de quitter leurs amis, la perte de leurs repères, et l’appréhension face à l’inconnu, la présence des parents est primordiale.

Viesaineetzen.com - Rentrée scolaire : nouvelle école, nouveaux amis

L’école n’est pas simplement une institution où l’on acquiert de la connaissance : c’est aussi un lieu où se créent des interactions entre les enfants, des liens sociaux qui permettent de se construire. En changeant d'établissement scolaire, la rupture avec un groupe d’amis peut perturber ces jeunes pour qui l’amitié est un repère.

En savoir plus

Le rôle de l’école

Face au mal-être des élèves effectuant leur rentrée scolaire dans une nouvelle école, les professeurs ont un rôle à jouer.

Dès la rentrée, on peut les rencontrer pour évoquer l’angoisse de l’enfant et s’assurer qu'ils seront attentifs à son intégration.

"Souvent, lors de la constitution des classes de sixième et seconde, on s'arrange pour que plusieurs élèves issus du même établissement soient réunis. Dans certains collèges, il est même possible à l'élève de choisir avec qui il veut être !", témoigne Sami, professeur d’histoire-géographie dans le sud de la France. Pour ceux qui ont davantage de difficultés à s’intégrer, "des professeurs organisent des stages ou des activités sportives. Les sorties culturelles sont un moyen pour eux de mieux se connaître", souligne Sami. "Je ne cherche pas à ce que mes élèves se fassent des amis mais à ce que le groupe fonctionne en communauté de vie."

Les parents ne doivent pas hésiter à dialoguer avec le professeur principal ou se rapprocher d’une association de parents d’élèves pour échanger et être soutenus.

Changer d’école après un déménagement
Plusieurs raisons peuvent entraîner un changement d’école. Lorsqu’il s’agit d’un déménagement, mieux vaut privilégier la rentrée de septembre : l’enfant a ainsi plus de chance de ne pas être le seul "nouveau" et de se rapprocher des personnes dans sa situation sans trop attirer l’attention.




Difficultés scolaires : comment l’aider ?

Mathématiques, français, anglais… certaines matières le laissent perplexe. Il faut agir vite avant que ces petites lacunes se transforment en réelles difficultés. Comment lui apporter une aide efficace qu'il accepte sans faire la grimace ?

Vie saine et zen - Difficultés scolaires : comment l’aider ?

Aide à domicile, sites internet, ou séjours linguistiques studieux…
Le marché du soutien scolaire est très diversifié mais est-ce la seule solution ?

En savoir plus

Dyslexie

L’échec scolaire peut aussi avoir une explication médicale. La dyslexie, trouble de l’apprentissage de la lecture, peut en être une des causes.
Entre 8 et 12 % de la population est atteinte de dyslexie.
Ce trouble de l’apprentissage de la lecture est lié à la difficulté de l’enfant à identifier les lettres, les syllabes ou les mots.
Il ralentit considérablement l’enfant à l’école.

Après diagnostic, des rendez-vous en orthophonie et différents exercices permettent de gommer les effets du trouble. L’apprentissage des leçons se fait plus facilement.

Ne pas dramatiser
Daniel Calin, psycho-pédagogue, nous rassure : "la réussite professionnelle demande une hyperspécialisation alors que l’école est elle très généraliste. Il ne faut donc pas trop dramatiser la situation : les enfants ayant des difficultés scolaires réussissent aussi très bien à l’âge adulte."

52 %

des parents sont stressés
par la réussite scolaire
de leur enfant


130 000

élèves du secondaire
quittent chaque année
le système scolaire


25 %

des lycéens
prenant des cours particuliers payants
sont de "bons" élèves






Parents d'élèves : à quoi servent les associations ?

Chaque année, parmi les tonnes de papiers distribués à la rentrée par l'administration des établissements scolaires, à côté de l'enveloppe de l'aumônerie il y a celle des associations de parents d'élève… Alors cette année, on adhère ou pas ?

Vie saine et zen - Parents d'élèves : à quoi servent les associations ?

L'année dernière, les taux de participation aux élections des représentants de parents d'élèves, avec 43,55 % dans le primaire et seulement 25,4 % dans le secondaire, ont atteint les niveaux les plus bas depuis le début des années 90.

En savoir plus

Quelle association choisir ?

L'UNAPEL concerne uniquement l'enseignement privé.
Entre la FCPE, la PEEP ou l'UNAAPE, il est bien difficile à la simple lecture des professions de foi de se faire une idée d'un quelconque "programme". Elles sont toutes pour la laïcité et la gratuité de l'enseignement public et affichent une neutralité politique de bon aloi.
En filigrane la priorité appuyée dans certains cas sur les valeurs morales, le rôle de la famille dans l'éducation ou l'égalité des chances laisse affleurer une sémantique qui peut laisser transparaître une certaine orientation politique.
La rumeur dit que l'UNAAPE serait très marquée à droite, la PEEP au centre droit et la FCPE à gauche.
Sur le terrain la réalité est beaucoup plus contrastée et dépend étroitement des personnalités qui animent les différents conseils locaux.

Mon conseil : rencontrer les membres des différentes associations, faire jouer ses antennes intuitives et aller vers celles et ceux avec lesquels on a le plus d'affinités personnelles.

FCPE, PEEP et autres UNAPEL ou UNAAPE… Le parent d'élève inondé par les papiers de la rentrée considère que de toute façon il a trop de travail, qu'il n'a pas le temps… Et pour toute une série de raisons, hop ! Il expédie le formulaire d'adhésion dans la poubelle du recyclable.

Être mieux informé

12 millions

d'enfants environ en 2009
étaient scolarisés
dans une école, un collège, un lycée
(dont 83 % dans le secteur public)


66 288

établissements
accueillent
les élèves
en France


25,4 %

seulement des parents
ont participé aux élections
de leurs représentants
dans le secondaire en 2009-10






Le cartable : les enfants en ont plein le dos !

Depuis des années, les parents dénoncent ce fardeau lourd à porter. Alors qu’il ne devrait pas dépasser 10 % du poids d’un enfant, le cartable pèse en moyenne 7,5 kg. Résultat : des douleurs dorsales de plus en plus fréquentes. Heureusement, des écoles et des médecins se mobilisent.

Vie saine et zen - Le cartable : les enfants en ont plein le dos !

Parmi les achats de la rentrée, le cartable de nos enfants est un véritable casse-tête. Pour eux, il doit être esthétique, pour nous il doit être léger (voir : Les cartables écolos de la rentrée). Et quand nous parvenons à les convaincre du bien fondé de ce choix, les écoles ne suivent pas toujours la tendance, imposant des fournitures scolaires bien trop lourdes.

Premiers touchés : les collégiens
Lors d’une opération de pesée menée en 2007, la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves) a constaté que nos enfants portaient de 3 à 4,5 kg de manuels et 2 kg de fournitures.

10 %

du poids d'un enfant,
c'est ce que devrait peser
au maximum
un cartable


1 sur 4

enfants risque de souffrir du dos
à cause du poids d'un cartable
et/ou de la durée de la position assise à l'école


90 %

des parents
sont préoccupés
par le poids excessif
du cartable de leur enfant




                
Syndiquer le contenu