n/a
n/a

L'apprentissage de la paresse

Prendre son temps est devenu une nécessité en matière de bien-être, de santé, de respect de l'environnement… On peut choisir d'apprendre à être paresseux.

Viesaineetzen.com - L'apprentissage de la paresse

Nous vivons dans une société où tout le monde court à droite et à gauche, se déplace sur des engins à roulettes, où des rappels électroniques sur nos smartphones nous suggèrent de respirer profondément, où l'on trouve dans des boutiques des fruits tout épluchés, des plats tout préparés… Il est devenu urgent d'apprendre à ralentir, à prendre notre temps…

En savoir plus

Slow food

S'il est un domaine ou la lenteur exerce ses bienfaits, c'est bien celui de l'alimentation.

"Les paresseux ont beaucoup en commun avec le Slow Food Movement, né en Italie dans les années 1980 comme un antidote à la fast-food", précise Jennifer McCartney*.

Il s'agirait de manger une nourriture fraîche, à dominante végétale, de préférence bio et produite localement, plutôt autour d'une table avec des amis.
Mais dans tous les cas, le plus important est de déguster, de savourer, d'apprécier ce qu'on a choisi de manger… Et de s'éloigner de son ordinateur.

 

Des animaux au poil hirsute
Jennifer McCartney* conseille de prendre exemple sur les paresseux, ces mignons animaux à longues jambes, au poil hirsute et aux grands yeux ronds, dotés de seulement deux ou trois orteils, qu'on trouve en Amérique centrale et en Amérique du sud…




Comprendre les expériences de mort imminente (EMI)

4 % d'entre nous en auraient vécu une. Aussi fascinantes que dérangeantes, les EMI font (encore trop rarement) l'objet d'une approche scientifique…

Viesaineetzen.com - Comprendre les expériences de mort imminente (EMI)

Les EMI (expériences de mort imminente) sont des expériences subjectives vécues et racontées majoritairement par des personnes au seuil de la mort. Le sujet est controversé car il pose indirectement la question de la vie après la mort et entre en résonance avec certaines croyances religieuses. C'est la raison pour laquelle l'approche scientifique la plus rigoureuse s'impose.

En savoir plus

EMI : l'échelle de Greyson

"Les EMI (Expériences de Mort Imminente) sont des événements psychologiques profonds comportant des éléments transcendantaux et mystiques et survenant généralement chez des individus proches de la mort ou dans des situations de danger physique ou émotionnel intense"*, définit Bruce Greyson, psychiatre américain.

Il établit ainsi une échelle de 16 éléments (cotés de 0 à 2). L'EMI est caractérisé en cas de score supérieur ou égal à 7/32.
- Perception du temps altérée : absence totale de perception du temps ou perception accélérée.
- Pensées accélérées : sensation d'avoir l'esprit libéré, plus performant.
- Revue de vie : comme sur un écran de cinéma, vision de l'ensemble de sa vie ou des quelques évènements.
- Sensation de tout comprendre : sentiment de grande lucidité voire de connaissance étendue du monde.
- Sensation de paix, de bien-être : commune à presque toutes les EMI
- Sensation de joie : prolongement de la précédente mais moins fréquente.
- Sensation de communion, d'harmonie avec le monde extérieur.
- Sensations plus intenses que d'habitude.
- Vision d'une lumière brillante : fréquemment décrite, provenant soit d'un endroit précis soit de partout, souvent ressentie comme attirante.
- Sensation de détachement du corps : absence de perception du corps physique ou vision de ce corps depuis un point de vue extérieur.
- Vision d'éléments réels se déroulant à distance : peu fréquente.
- Vision de son propre avenir ou de celui de ses proches : peu fréquente également.
- Entrée dans un monde inconnu : pouvant prendre la forme de paysages existants ou non et décrit souvent comme magnifique.
- Perception d'une présence, d'une voix, d'un être mystique établissant une communication par télépathie.
- Rencontre avec des religieux et/ou des personnes décédées.
- Perception d'une barrière à ne pas franchir, d'un point de non retour : concerne près d'une personne sur deux et ces personnes n'éprouvent généralement pas l'envie de revenir. 

Une thèse de médecine
C'est dans cet esprit que François Lallier, aujourd'hui médecin généraliste et chef de clinique universitaire, après avoir étudié le dossier de près de 300 patients, a interrogé et analysé le cas de 27 personnes ayant vécu une EMI. Il en a fait sa thèse à la faculté de Reims en 2014 puis un livre publié en septembre 2018*.




Ne plus subir son passé

On est souvent surpris de découvrir que notre histoire familiale est le lieu de répétitions surprenantes. En prendre conscience permet de s'affranchir de schémas préétablis et de gagner en liberté…

Viesaineetzen.com - Ne plus subir son passé

Notre histoire familiale permettrait d'expliquer beaucoup de nos comportements et certains évènements difficiles de notre existence. La psychogénéalogie se propose de la décrypter et d'en tirer un éclairage utile pour comprendre nos comportements présents (voir : Chronogénéalogie, la généalogie comme support thérapeutique).

En savoir plus

Un exemple de répétitions surprenantes

"L'une de mes clientes peinait à se relever d'une leucémie contractée 12 ans auparavant", raconte Céline Tadiotto. "Elle avait 26 ans à l'époque et était la mère d'un jeune garçon de 2 ans. Sa grand-mère paternelle était morte à 26 ans d'une leucémie foudroyante lorsque son fils avait 2 ans. Elles ne s'étaient jamais connues. Le fils en question, le père de ma cliente, était devenu père à 26 ans et s'était marié quand sa fille avait 2 ans."

(Extrait de J'arrête de subir mon passé, Céline Tadiotto, éditions Eyrolles)




Trouver sa propre façon de bien manger

Il n'existe pas une alimentation qui soit bénéfique pour tout le monde. Chaque être humain a son propre régime idéal. Mais encore faut-il parvenir à l'identifier…

Viesaineetzen.com - Trouver sa propre façon de bien manger

Les derniers développements de la recherche scientifique sont formels : il n'y a pas une bonne façon de manger, valable pour tout le monde. Pourquoi ? Parce que nous avons tous dans nos intestins un microbiote dont la composition est différente (voir : L'intestin, un rôle stratégique dans notre santé et Surpoids et obésité, le rôle du microbiote intestinal). C'est ce microbiote qui envoie des messages au cerveau et régule le métabolisme de chaque individu. En clair, les petites bestioles qui habitent dans notre intestin conditionnent largement nos besoins et nos envies en matière d'alimentation.

En savoir plus

L'échelle de la faim

5. Je me sens malade, j'ai mal au cœur tellement j'ai mangé.
4. je me sens mal, j'ai trop mangé, je suis ballonné, je déboutonne mes vêtements.
3. J'ai l'estomac agréablement plein, j'ai bien mangé.
2. J'ai encore faim, je pourrais encore manger.
1. J'ai commencé à manger, il me reste plein de place.
0. Je suis bien, je suis heureux, en harmonie.
-1. Ai-je faim ? Ou non ? Je ne sais pas trop si j'ai faim.
-2. Je commence à avoir faim.
-3. J'ai un peu faim, je sens qu'il faudrait que je mange pour avoir plus d'énergie.
-4. J'ai très faim, je suis irrité, j'ai mal au ventre, à la tête…
-5. Je meurs de faim, je mangerais n'importe quoi, je me sens faible.

(Extrait de Quand l'alimentation nous bouffe la vie, Chine Lanzmann et Gabriella Tamas, éditions Eyrolles) 

Un "feu métabolique" différent
"Comme il n'y a pas un habit qui va à tous les corps humains, il n'y a pas une façon de manger qui soit bonne pour tout le monde", explique Chine Lanzmann, coach professionnelle*. "Chacun va digérer et métaboliser d'une façon différente. L'ail peut être très bon pour moi et très mauvais pour mon voisin. Le chou cru sera repoussant pour les uns, délicieux pour les autres…"




Se libérer du regard de l'autre

Il n'est pas toujours facile de s'affranchir du regard normatif et parfois destructeur que les autres portent sur nous. C'est pourtant une nécessité si l'on veut gagner en liberté et être au plus proche de soi…

Viesaineetzen.com - Se libérer du regard de l'autre

Nous sommes des êtres sociaux et le regard des autres, parents, conjoint, amis, collègues ou voisins, peut nous construire autant que nous abîmer.

En savoir plus

Des rôles imposés aux enfants

Quelques exemples de statuts que les parents imposent inconsciemment aux enfants…

L'enfant modèle : un "mini-adulte" qui satisfait le désir des parents, obéit à leurs règles, tacites ou non, et qui finit par s'oublier lui-même.

L'enfant fragile : toujours atteint d'un souci de santé, il focalise sur lui attention et compassion pour répondre au désir d'une mère trop attentionnée ou pour empêcher ses parents de se séparer.

L'éternel enfant : celui qui ne grandit pas, qui ne va jamais jusqu'au bout des choses, qui a besoin d'être assisté, qui rend les autres responsables de ses échecs, pour répondre au désir inconscient des parents qu'il reste leur "tout-petit".

L'enfant rebelle : turbulent, téméraire, hypersensible, curieux, qui s'oppose sans cesse aux règles familiales pour faire face à l'autoritarisme et au manque d'écoute de l'entourage.

L'enfant réparateur : le thérapeute de ses parents, censé sauver les siens du chagrin, d'un deuil, d'une situation de couple malheureuse, qui prend l'habitude de prendre soin des autres à défaut de lui-même. 

Regard bienfaisant ou pas
Après la naissance, les échanges de regard avec les parents, notamment la mère, jouent un rôle fondamental dans la stabilité de la construction psychique de l'individu, rappelle Muriel Mazet, psychologue clinicienne et psychothérapeute*.




Mieux vivre en consommant moins

Alléger son impact sur l'environnement, gagner en liberté et en indépendance, s'émanciper du confort matériel et du consumérisme… Les raisons sont nombreuses pour apprendre à consommer moins !

Viesaineetzen.com - Mieux vivre en consommant moins

Qu'on le veuille ou non, la crise écologique que nous vivons nous amène à changer nos manières de consommer. Ce changement sera-t-il subi ou choisi ? C'est toute la question. Et c'est la raison pour laquelle il n'est pas inutile de se questionner dès maintenant sur notre relation à l'argent et sur une meilleure façon d'utiliser nos ressources.

En savoir plus

La "fièvre acheteuse"

En quoi consiste la "fièvre acheteuse" ?
Un sentiment de manque
entraîne une envie irrépressible
qui mène au passage à l'acte ("craquage"),
suivi d'une courte période de jubilation
puis d'un sentiment de honte, de dévalorisation de soi, de culpabilité
qui va déboucher de nouveau sur un manque
et recommencer le cercle vicieux.




Un potager bio chez soi

Pourquoi pas créer un potager bio dans son intérieur ? Il suffit de choisir des plantes qui s'adaptent aux températures de nos logements. Conseils et tours de main…

Viesaineetzen.com - Un potager bio chez soi

Il est tout à fait possible de cultiver des plantes alimentaires à l'intérieur de son logement. Léon-Hugo Bonte, jardinier urbain, propose un choix de solutions assez large*. On peut opter pour un microjardin design qu'on trouve clés en main dans certains magasins d'ameublement. Mais on peut aussi le réaliser soi-même à moindre coût avec quelques pots ou jardinières. L'idéal est de l'intégrer dans la décoration du logement.
"La présence de plantes apporte une respiration supplémentaire, au propre comme au figuré."* 
(Voir : Dépolluer son intérieur avec des plantes)

En savoir plus

L'entretien au jour le jour

Quotidiennement :
- vérifier qu’aucune plante ne manque d’eau,
- contrôler l’état des plantes et vérifier l’absence de parasites,
- enlever les feuilles et fleurs mortes, sèches ou malades des plantes ou de la surface des pots.

Une fois par semaine :
- vérifier que les plantes ne présentent pas de signes de carences et appliquer un ajout d’engrais si c’est le cas,
- retirer les plantes des soucoupes, plateaux et nettoyer ces derniers.

Une fois par mois :
- rempoter les plantes qui en ont besoin,
- récolter et planter de nouvelles plantes selon la disponibilité et les besoins.*

Choisir ses plantes
Les herbes aromatiques sont les plantes reines du jardin d’intérieur : peu encombrantes, de croissance rapide, quelques feuilles suffisent à embaumer un plat, sublimer une recette, égayer une salade. Parfaites également : la tomate cerise, le piment…




Inventer une famille recomposée

C'est une nouvelle réalité qui s'impose dans un nombre de cas de plus en plus grand. La famille recomposée peut être une réussite à condition d'éviter un certains nombre d'écueils…

Viesaineetzen.com - Inventer une famille recomposée

La famille recomposée n'est plus une exception dans le paysage. C'est une situation qui s'est banalisée (voir encadré). Il est possible d'arriver à une cohabitation harmonieuse, selon Béatrice Copper-Royer, psychologue clinicienne, cofondatrice de l'association e-enfance*. Mais il ne faut pas croire que c'est une tache facile. Rien ne va de soi, il n'y a pas de modèle préétabli. Réussir une famille recomposée demande de la réflexion, de l'écoute et une certaine créativité de la part de tous ses membres.

En savoir plus

11 % des enfants

44 % des mariages finissent par un divorce (INED 2014) et environ 11 % des enfants vivent dans une famille recomposée (INSEE 2017)*.

"Une famille recomposée comprend un couple d'adultes, mariés ou non, et au moins un enfant né d'une union précédente de l'un des conjoints. Les enfants qui vivent avec leurs parents et des demi-frères ou demi-sœurs font aussi partie d'une famille recomposée", définit l'INSEE.

L'amour ne peut pas tout
Il ne faut pas croire que l'amour retrouvé au sein du nouveau couple peut aplanir toutes les difficultés. Ce n'est pas parce qu'on aime follement un homme ou une femme qu'on va aimer ses enfants. Ces derniers ont leur personnalité, leur histoire et ils éprouvent encore souvent la souffrance de vivre une situation imposée par leurs parents… Il est illusoire de penser que tout va se dérouler forcément comme un long fleuve tranquille !


                
Syndiquer le contenu