Santé, sécurité, contrefaçon : attention danger !

Mercredi 4 mai 2011 de 20h35 à 22h05

Pour découvrir le vrai visage des organisations criminelles qui s'immiscent sur ces marchés, une équipe de reporters a remonté les filières de la contrefaçon. Plusieurs mois d'enquête ont été nécessaires pour démasquer les faux pesticides, les fausses pièces détachées, les faux produits alimentaires et les faux cosmétiques. D'où viennent ces produits ? Quelles sont les routes de la contrefaçon ? Comment lutte-t-on contre ce phénomène de masse ?

Rendez-vous en terre inconnue

Dimanche 26 décembre de 15h40 à 17h30

Frédéric Lopez emmène Charlotte de Turckheim à la rencontre des Nenets, un peuple d'éleveurs nomades qui vit au-delà du cercle polaire arctique. Au nombre de 10 000, les Nenets perpétuent encore aujourd'hui leur mode de vie ancestral. Ils se déplacent près de 70 fois par an sur plus de 1000 kilomètres, à la recherche des pâturages de lichen blanc, principale source de nourriture des troupeaux.

La prévention contre le Covid-19

Tout ce qui fait baisser le niveau de stress oxydant est bon pour prévenir le Covid-19 : nutrition, activité physique, gestion du stress. On peut aussi envisager une complémentation en zinc, vitamines C et D, quercétine…

Viesaineetzen.com - La prévention contre le Covid-19

Tout au long de la crise du Covid-19, les grands médias ont expliqué en long et en large les essais cliniques, les études randomisées en double aveugle contre placebo, l'efficacité comparée de tel ou tel traitement, les trois phases de tests pour l'élaboration d'un vaccin… La prévention, en revanche, en dehors des gestes barrières, est la grande absente de cette foisonnante communication sanitaire. Michel Brack, médecin spécialiste dans le domaine du stress oxydatif et du vieillissement*, répond à nos questions.

En savoir plus

Un futur vaccin anti-Covid ?

"Je suis pour des vaccins qui sauvent des vies", affirme Michel Brack*.
"Il existe aujourd'hui au niveau planétaire une réflexion de toutes les structures de recherche qui travaillent sur la vaccinologie. Globalement, on n'est pas très satisfait des vaccins dont on dispose, à part les grands classiques qu'on utilise depuis des dizaines d'années comme diphtérie, tétanos, polio. Pour certaines maladies, comme par exemple le sida, on n'en a pas et ça fait 30 ans qu'on cherche. Pour la grippe, au mieux on est à 30 % d'efficacité. Plus les gens sont âgés, moins il est efficace, ce qui est l'inverse de ce qu'on cherche. À partir de ce constat, on a développé des programmes de recherche passionnants mais encore balbutiants. Les plus innovants et prometteurs sont les vaccins à ADN ou ARN. L'idée est d'injecter un virus dont on aura modifié le génome de manière à provoquer une réaction immunitaire spécifique sans déclencher la maladie. Le problème est qu'on n'a pas de recul sur cette nouvelle méthode. Pour certains spécialistes, il faudra une dizaine d'année pour être vraiment sûr des effets. Un vaccin ne donne de résultat qu'après deux ou trois ans de commercialisation."

Quelle est la place actuelle de la prévention dans la médecine conventionnelle ?
Michel Brack : Notre médecine est traditionnellement centrée sur le diagnostic et le traitement des maladies. Mais elle commence à comprendre que la prévention est essentielle. Aujourd'hui on a une assise scientifique solide qui nous permet de proposer des stratégies de prévention active très intéressantes.




Transports : choisir le vélo

Écologique, économique, rapide en ville et nécessitant un exercice physique excellent pour la santé… Le vélo a tout pour plaire et son usage en France est en train de décoller.

Viesaineetzen.com - Transports : choisir le vélo

Un sondage de 2018 donne 81 % de Français favorables au fait de faciliter la circulation à vélo. Pourtant seulement 1,9 % l'utilisaient pour aller travailler*. Aujourd'hui les chiffres augmentent sensiblement. Le trafic sur les pistes cyclables a augmenté depuis six mois d’environ 29 % en France, de 67 % à Paris et de 26 % à Lille**. La crise sanitaire qui a succédé aux grèves de transport a eu pour effet de remplir les pistes cyclables de nos villes.

En savoir plus

Respecter le code de la route

Respecter les panneaux de signalisation notamment les stops et les feux de circulation (sauf aménagements spécifiques).

Céder le passage aux véhicules et autres cyclistes qui ont la priorité à une intersection.

Céder le passage aux piétons qui s'engagent dans un passage protégé.

Circuler du côté droit de la chaussée (sauf avant un virage à gauche ou en cas de nécessité).

Signaler ses intentions de manière claire et sur une distance suffisante.

Il est autorisé de circuler à deux de front mais l'on devra passer en file indienne la nuit et quand les conditions de circulation l'exigent.

Il est interdit de :
- rouler sur les trottoirs,
- porter des écouteurs ou manipuler un téléphone sur son vélo,
- se faufiler entre deux rangées de véhicules,
- transporter un passager (sauf s'il y a un siège prévu à cet effet),
- consommer des boissons alcoolisées en circulant.

Il est fortement conseillé de porter un casque et, quand on circule de nuit, des vêtements clairs. 

Le plus écologique
Il faut dire que le vélo est le mode de transport le plus écolo qui soit.
"Cette alternative aux transports issus des énergies fossiles, dont on connaît le tarissement des ressources, permet de circuler à un faible coût sans générer de pollution"*, explique Olivier Dulaurent, ancien coureur cycliste.

2,7 millions

le nombre de vélos
vendus en France en 2018


338 000

le nombre de VAE
vendus en France en 2018


1 million

le nombre prévu de VAE
vendus en France en 2025






Mon corps en équilibre

Viesaineetzen.com - Mon corps en équilibre
Caroline Florentin, Géraldine Pezet, Tana éditions

Oui, on peut être sérieux sans se prendre au sérieux. Oui, on peut expliquer des choses compliquées de manière simple, avec les mots de tous les jours et des images qui parlent à tous : le système endocrinien est "un orchestre symphonique", l'immunité est "un quartier de haute sécurité" et l'on peut avoir "les couilles de parler clito". Le stress, "parfois on gère, parfois c'est la galère". Et quand on dort, c'est le corps qui "travaille les yeux fermés". Le livre est copieux et couvre un champ étendu : les principes de base du fonctionnement de notre corps et de sa relation à notre environnement, le B.A. BA d'une hygiène alimentaire et d'une hygiène de vie (respirer, dormir, bouger, ressentir…), les bienfaits des plantes, les principaux troubles de santé et les premiers soins à apporter. "Guide de naturopathie pour renouer avec son corps et la planète", dit le sous-titre… Les auteures sont donc naturopathes. L'une est "cartésienne avec des étoiles dans la tête", l'autre est "une rêveuse avec des racines dans les pieds". Elles signent un bel ouvrage joliment illustré, ludique, clair et facile d'accès. Idéal quand on veut commencer à approfondir la question…

Covid-19 : confinement et santé mentale

Les effets négatifs du confinement décrété en mars et avril 2020 auraient largement dépassé ses effets positifs. Les conséquences pour la santé mentale des Français, notamment, risquent de s'inscrire dans la durée.

Viesaineetzen.com - Covid-19 : confinement et santé mentale

Les mesures anti-Covid peuvent être évaluées à l'aune du rapport entre leur efficacité sur la circulation du virus et les effets délétères induits. À l'image des médicaments, on peut parler d'une balance bénéfice-risque. Avec un peu de recul et au vu d'une enquête approfondie, la balance bénéfice-risque du confinement décrété en mars-avril dernier s'avère largement défavorable, selon Nicolas Franck, psychiatre*.
"On peut s'attendre au développement d'un très grand nombre de troubles anxieux généralisés et de dépressions. Les structures de psychiatrie et de santé mentale risquent donc d'être très sollicitées dans les mois et les années à venir."**

En savoir plus

Stress et troubles mentaux

Les effets du stress ne sont pas les mêmes selon sa durée.
On distingue trois étapes :
- la phase d'alarme qui peut entraîner une sidération,
- la phase d'adaptation et de résistance qui se traduit par une réduction des difficultés initiales, 
- la phase d'épuisement où peuvent apparaître des complications (si le stress se prolonge trop et que les capacités d'adaptation de l'organisme sont dépassées).

Le stress a été reconnu comme pouvant causer ou favoriser :
- troubles de l'humeur,
- troubles anxieux,
- maladies cardiovasculaires,
- désordres métaboliques,
- pathologies auto-immunes et inflammatoires,
- troubles musculo-squelettiques…

Certains troubles mentaux sont associés au stress :
- troubles anxieux et dépressions,
- troubles mentaux sévères (troubles du spectre de la schizophrénie, troubles bipolaires, formes sévères de troubles de la personnalité),
- troubles de la personnalité (notamment la personnalité borderline),
- troubles du spectre de l'autisme.

Le stress se manifeste dans la vie affective, sociale et professionnelle. Chacun peut être concerné par ses effets.

Des effets positifs
Nicolas Franck ne nie pas les effets positifs de ce confinement. Ce dernier a contribué avant tout à la réduction de la transmission du virus. Il a pu contribuer également à remettre en cause un esprit de compétition stérile, décider certains à prendre soin d'eux-mêmes et à se tourner vers les autres. On peut aussi espérer qu'il nous rendra à l'avenir plus respectueux de notre environnement.




Psychothérapie en téléconsultation

Des thérapies brèves avec des indications particulièrement adaptées… La visio-consultation avec un psychothérapeute est complémentaire de ce qui se fait en présentiel.

Viesaineetzen.com - Psychothérapie en téléconsultation

Depuis le confinement du printemps 2020, la consultation à distance, en visioconférence, s'est largement développée, notamment avec des psychothérapeutes. Ce type d'accompagnement est, dans certains cas, plus intéressant qu'en présentiel.

En savoir plus

Des profils de patients différents

Des patients jeunes…
52 % des patients psy sur Livi ont entre 25 et 39 ans, sans enfant.
"Ils n'auraient jamais pu consulter en libéral où les psychiatres sont pour la plupart en secteur 2", explique Joëlle Boyer.
En effet, la plateforme n'accueille que des médecins conventionnés en secteur 1 avec une prise en charge à 100 % au niveau de la Sécurité Sociale.

Habitant dans des déserts médicaux
55 % des consultations sur Livi sont le fait de patients résidant en désert médical.
"Nous avons des patients dans toute la France. Beaucoup n'auraient pas pu consulter parce qu'ils vivent dans des régions éloignées de tout."




Microbiote intestinal et immunité

Au cœur de notre immunité, le microbiote intestinal joue un rôle essentiel. Le renforcer permettrait de lutter efficacement contre les infections virales et bactériennes.

Viesaineetzen.com - Microbiote intestinal et immunité
Depuis une petite vingtaine d'années, nous savons que nous avons dans notre corps plus de cellules microbiennes que de cellules humaines (voir : L'intestin, un rôle stratégique pour notre santé).
"Nous sommes des êtres mosaïques avec des cellules humaines mais aussi des cellules microbiennes", explique Harry Sokol, professeur en gastroentérologie à l’Hôpital Saint-Antoine AP-HP (Paris), spécialisé dans les maladies inflammatoires de l’intestin. "On pense aujourd'hui qu'il y a autant de bactéries dans l'intestin que de cellules dans notre corps. Il y a aussi d'autres types de micro-organismes : des champignons, des virus, des parasites et encore bien d'autres choses à découvrir."*

En savoir plus

Microbiote intestinal et Covid-19

Les scientifiques ont fait un certain nombre de constats :
- le microbiote s'altère quand une personne est atteinte de la maladie ;
- certaines comorbidités qui augmentent les risques de formes graves, comme l'obésité ou le diabète, s'accompagnent d'un déséquilibre du microbiote.

Une étude française très récente montre que, dans 10 à 15 % des cas d'infections très sévères voire fatales, on retrouve un défaut génétique de l'immunité qui empêche de fonctionner certaines molécules très importantes pour la réponse contre les virus (voir : Formes graves de la Covid-19, 15 % s'expliquent par ces deux anomalies).

"Quelques travaux préliminaires suggèrent que l'état du microbiote avant l'infection pourrait conditionner la gravité de la maladie. Mais on est encore au conditionnel sur cette question"*, explique Harry Sokol.

Un essai clinique appelé "Covibiome", financé en grande partie par la fondation de l'AP-HP, a été lancé en 2020.
Il consiste à récolter des échantillons de selles chez des patients à différents stades de l'infection du Covid-19 et avec différents types de gravité d'infection.
Objectif : caractériser les modifications du microbiote au cours de l'infection mais aussi déterminer si, en fonction du microbiote, on peut prédire si un patient va faire une forme grave ou bénigne.
"On espère que les résultats vont nous guider vers des interventions sur le microbiote pour améliorer la prise en charge des patients."*

Un organe à part entière
Ces micro-organismes sont adaptés à l'homme et se sont développés avec lui depuis la nuit des temps. Dans l'écrasante majorité des cas, ils jouent un rôle bénéfique.




L'amour sans masque

Prendre conscience des rôles que nous jouons dans nos histoires d'amour permettrait de se rapprocher de soi et de considérer l'autre dans sa vraie nature. Une compréhension et un amour vrai, sans masque.

Viesaineetzen.com - L'amour sans masque

Nous transportons dans nos histoires d'amour des comportements inspirés des souffrances de notre enfance et des générations qui nous ont précédés. Nous en portons la cicatrice mais aussi le potentiel pour en guérir.
"Seul le refus de grandir fait barrage au processus amoureux"*, affirme Sarah Sarievic, psychothérapeute et créatrice du Théâtre Authentique.

En savoir plus

Les grands rôles de l'amour

Ils se déclinent au masculin comme au féminin.

Le sauveur :
- est incapable de gérer ses propres besoins ;
- prend soin des besoins supposés de son partenaire amoureux et exerce ainsi son emprise ;
- croit maintenir le lien en se rendant indispensable, enferme ainsi l'aimé(e) dans une bulle fusionnelle ;
- investit toute son énergie à l'extérieur de lui-même, dans une recherche de l'amour de l'autre ;
- a besoin d'être rassuré en permanence du fait d'un manque d'estime de soi.

Le romantique :
- floute la réalité qui le dérange, la remplace par du rêve ;
- se reproche de ne pas être à la hauteur de ses défis ; 
- ne vit pas au présent, se complaît dans le passé ou le futur ;
- abrite une colère dont il n'a pas conscience.

Le chevalier servant :
- est dans le déni de sa valeur et de lui-même ; 
- est totalement dévoué à l'aimé(e) ;
- se sent coupable d'avoir des besoins propres ;
- achète l'amour qu'il ne croit pas mériter ;
- ravale ses rancœurs et sa fierté par peur d'être abandonné.

La puritaine :
- méprise ses émotions pour ne pas avoir à sentir sa détresse ;
- assume difficilement son identité sexuelle ;
- ne peut remettre en cause l'image parentale et les croyances familiales ;
- angoisse à l'idée de s'abandonner à la relation amoureuse ;
- cherche à réparer la part obscure d'un membre de sa famille par un comportement irréprochable.

Le prédateur :
- achète l'amour avec prestance dans l'espoir d'être gratifié en retour ; 
- accorde de l'importance à l'image sociale, supporte mal d'être descendu du piédestal où il s'est installé pour cacher son désarroi ; 
- colmate sa fragilité de fond par son orgueil et le fait d'afficher son pouvoir ;
- garde l'emprise sur sa proie par la culpabilisation, le chantage affectif, l'ironie ou la domination.

L'amazone :
- a pour principal objectif de garder le contrôle, de se protéger ; 
- défend son point de vue avec force, persuadée d'avoir raison ;
- veut prouver sa valeur et gagner à tout prix ; 
- se construit dans le déni de ses perceptions douloureuses ; 
- ne sait pas demander et encore moins recevoir ;
- remplace le manque d'amour par des systèmes compensatoires (alcool, sexe, fête, besoin compulsif d'acheter ou d'occuper son esprit…).




Zen et en forme

Viesaineetzen.com - Zen et en forme
Catherine Borie, éditions Vuibert

10 séances d'autocoaching pour réconcilier sérénité et efficacité, devenir acteur de sa santé, écouter ses besoins physiologiques. Des conseils pour régler son alimentation, choisir le bon rythme pour optimiser son énergie, prendre soin de ses nuits, apprendre à respirer, faire des pauses, bouger, adopter de bonnes postures, savoir poser des limites. Et savez-vous ce qu'est la sérendipité ? Savoir faire de la place à l'inattendu. Utile en période de crise sanitaire… L'auteure est naturopathe et intervient couramment en milieu professionnel, notamment auprès des personnes en reconstruction après un burn-out. Elle signe un manuel pratique, simple, ludique, parfait pour les débutant(e)s !

Syndiquer le contenu