Santé, sécurité, contrefaçon : attention danger !

Mercredi 4 mai 2011 de 20h35 à 22h05

Pour découvrir le vrai visage des organisations criminelles qui s'immiscent sur ces marchés, une équipe de reporters a remonté les filières de la contrefaçon. Plusieurs mois d'enquête ont été nécessaires pour démasquer les faux pesticides, les fausses pièces détachées, les faux produits alimentaires et les faux cosmétiques. D'où viennent ces produits ? Quelles sont les routes de la contrefaçon ? Comment lutte-t-on contre ce phénomène de masse ?

Rendez-vous en terre inconnue

Dimanche 26 décembre de 15h40 à 17h30

Frédéric Lopez emmène Charlotte de Turckheim à la rencontre des Nenets, un peuple d'éleveurs nomades qui vit au-delà du cercle polaire arctique. Au nombre de 10 000, les Nenets perpétuent encore aujourd'hui leur mode de vie ancestral. Ils se déplacent près de 70 fois par an sur plus de 1000 kilomètres, à la recherche des pâturages de lichen blanc, principale source de nourriture des troupeaux.

Prendre soin de sa thyroïde

Régulateur central de l'organisme, la thyroïde y joue un rôle essentiel. De nombreux facteurs peuvent perturber son bon fonctionnement et amener à un excès ou à un déficit de production d'hormones thyroïdiennes. Heureusement, il existe différents moyens de revenir à l'équilibre…

Viesaineetzen.com - Prendre soin de sa thyroïde

La thyroïde est située sous la peau, à la base du cou, à l'endroit on l'on boutonne son col de chemise. Elle a la forme d'un papillon.
On a beaucoup parlé d'elle concernant notamment les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl ou du scandale du Lévothyrox (voir : Lévothyrox, l'étude de bioéquivalence mise en cause).

C'est une glande endocrine qui libère dans le sang des messagers (hormones) dont la T3 et la T4. Elle produit cette dernière en plus grande quantité, la T4 étant une forme de réserve capable de se convertir en T3. La T3 est, sous sa forme libre, la seule hormone active.
L'influence de la thyroïde est majeure sur l'organisme car les hormones thyroïdiennes sont les hormones de l'énergie et régulent le métabolisme des cellules (voir encadré).

En savoir plus

Thyroïde : régulateur central de l'organisme

Son nom vient du grec "thyreoeides", bouclier, par analogie de la forme de la glande avec celle des boucliers de l'antiquité.

Les hormones thyroïdiennes interviennent sur l'ensemble des cellules de notre corps dans des fonctions multiples qui vont de la croissance osseuse au fonctionnement du tube digestif et de l'appareil génital en passant par le développement mental, la consommation d'énergie ou le rythme du cœur… Elles "gèrent" l’énergie du corps, c’est-à-dire la capacité à utiliser les nutriments apportés par l’alimentation (glucides, lipides, protides). La thyroïde est le régulateur central de l'organisme.
Son bon fonctionnement, chez la femme enceinte, est essentiel au développement du cerveau du fœtus.

Les deux principales hormones de la thyroïde sont la T3 (triiodothyronine) et la T4 (tétraïodothyronine ou thyroxine). Toutes deux comprennent le terme "iodo", car l’iode est un de leur composant, indispensable à leur production.
Cette production est administrée dans le cerveau par l'hypothalamus qui secrète une hormone, la TRH (thyréotrope), qui stimule l'hypophyse. Cette dernière produit la TSH (thyréostimuline) qui, à son tour, stimule la glande thyroïde. En retour, les hormones thyroïdiennes régulent la production de TSH et de TRH.
La TSH est élevée en cas d'hypothyroïdie.
Elle est basse en cas d'hyperthyroïdie. 

Des troubles courants
Les troubles de la thyroïde sont courants et conduisent à une sous-production d'hormones (hypothyroïdie : 1 à 2 % des Français, selon la HAS) ou une surproduction (hyperthyroïdie).




Accompagner la fin de vie

Prendre soin d'un parent, d'un conjoint ou d'un proche en fin de vie est une période difficile à traverser. D'autant qu'elle nous renvoie à notre propre fragilité. Quelques repères pour éviter les écueils les plus courants…

Viesaineetzen.com - Accompagner la fin de vie

L'arrivée du grand âge et/ou le diagnostic d'une maladie grave chez un parent, un conjoint ou un(e) ami(e), peuvent nous transformer en accompagnant, parfois du jour au lendemain. Nous ne sommes généralement pas préparés à cette situation et la confrontation à la maladie et à la mort est une épreuve qui n'est pas facile à surmonter.

"Comment naviguer, éviter les icebergs, surfer parfois sur nos impossibles, sans jugements, dans ce non-savoir qui peut nous faire si peur et où, si l'on tente de reprendre la barre du contrôle, on se heurte aux récifs. La passage vers le lâcher prise sera indispensable", affirme Annick Danielle Bruyneel, psychologue, qui propose quelques repères pour baliser cette période où règne l'inconnu.

En savoir plus

Personne de confiance

"La loi prévoit que chacun puisse désigner une personne de confiance pour l'accompagner dans son parcours de santé."*

Conjoint, parent, enfant, ami proche… La personne de confiance accompagnera le patient dans son parcours médical et, le cas échéant, se fera son porte-parole quand celui-ci ne pourra plus s'exprimer.

Il n'est pas question que la personne de confiance prenne une quelconque décision pour le patient.
"Concrètement, les décisions d'ordre médical sont par essence sous la responsabilité du médecin", affirme Annick Danielle Bruyneel. "Famille et proches, comme la personne de confiance, sont rencontrés et consultés pour recueillir des informations sur la volonté du patient."*

Penser à soi
Lorsqu'on devient accompagnant, il est tout d'abord impératif de ne pas hésiter à… penser à soi-même ! Faire un point sur sa propre situation personnelle et professionnelle, ainsi que sur ses besoins…




Travailler les muscles du bonheur

Se débarrasser des vieux mythes et cultiver certaines qualités permettraient de devenir un "diffuseur de positif", de muscler son bonheur intérieur, pour soi et ses proches…

Viesaineetzen.com - Travailler les muscles du bonheur

Dans le sillon de la psychologie positive, on considère que le bonheur relève largement de la décision personnelle (voir : Une boîte à outils pour être heureux). Ce serait même une question d'entraînement.
"Tout est affaire d'apprentissage. Le bonheur s'acquiert de la même façon que la force musculaire"*, affirme Will Jelbert, consultant, conférencier et coach bien-être.

En d'autres termes, nous pourrions donc apprendre à devenir un "diffuseur de positif", comme l'explique Lirone Samoun** (voir encadré).

En savoir plus

Devenir "diffuseur de positif"

Lirone Samoun propose de devenir un diffuseur de positif, c'est à dire "une personne rayonnante qui inspire et impacte directement ou indirectement son entourage. Elle rayonne par sa joie de vivre, son authenticité, sa capacité à aimer et apprécier, son dynamisme et sa volonté à toujours aller de l'avant."**

Il y aurait 9 étapes pour devenir un diffuseur de positif accompli :
1) Apprendre à s'accepter tel qu'on est
2) Développer la pleine conscience
3) Développer l'art de voir les choses autrement
4) Développer l'art de la reconnaissance
5) Développer un entourage de qualité
6) Développer sa curiosité
7) Agir en fonction des ses objectifs
8) Prendre soin de son corps
9) Impacter son entourage. 

Chasse aux mythes
On peut d'abord démolir tranquillement quelques mythes sur le bonheur. Premier exemple : l'argent, les biens matériels, le luxe ou le confort rendraient heureux. Ce n'est pas plus vrai que le fait de bénéficier d'un physique avantageux, d'un job intéressant ou d'une situation sociale enviable. Pas plus vrai que d'avoir du temps pour soi ou de déménager dans un lieu paradisiaque.




Prendre les commandes de son périnée

Nombreux sont les troubles qui proviennent d'un périnée fragilisé par un accouchement, une surcharge pondérale, des postures ou des exercices sportifs délétères…
Heureusement rien n'est inéluctable et, à tout âge, on peut le reprendre en main !

Viesaineetzen.com - Prendre les commandes de son périnée

Il s'agit d'une région délicate dont on parle peu car elle est protégée par un double tabou : sexuel d'une part et d'autre part en rapport avec l'urine et les matières fécales. Le périnée supporte le poids des viscères, lutte contre les pressions abdominales, se contracte pour maintenir les organes. Au centre de l'édifice corporel, il joue un rôle important dans la statique et la mobilité de la colonne vertébrale. Il a également une fonction de vidange, de continence urinaire et anale. Il influe sur la qualité du plaisir sexuel…

"Ensemble musculaire invisible mais pas superflu, aucune partie du corps ne comprend autant de fonctions vitales que le périnée !", affirment Aude et Anne-Florence Louzé*.
Et cela est vrai autant pour les hommes que pour les femmes. Voilà pourquoi il est si important d'en prendre les commandes !
"Rencontrer son périnée est une aventure essentielle."*

En savoir plus

"Autour du temple"

Le mot vient du grec "peri", autour et "naos", le temple. "Autour du temple" : c'est dire l'importance centrale voire "sacrée" du périnée.

Le périnée est composé d'organes érectiles et de muscles entourés de fascias (membranes fibro-élastiques).

Il contient l'extrémité inférieure des voies digestives urinaires et génitales et comprend :
- le plan cutané (la partie externe des organes génitaux : vulve ou verge),
- le plan superficiel (dont le sphincter de l'anus et le clitoris chez la femme),
- le plan moyen et profond (dont le sphincter de l'urètre et les muscles releveurs de l'anus).

Fuites, incontinence, vaginite, prolapsus…
Il y a un moyen simple pour ressentir son périnée : il suffit de faire comme si l'on se retenait d'aller à la selle (zone anale) ou de faire pipi (zone urinaire). La zone concernée, en forme de losange, s'étend du pubis, à l'avant, jusqu'au coccyx, la base de la colonne vertébrale, à l'arrière (voir encadré).




La pistache : une émeraude voilée de soie

Délicieuse à l'heure de l'apéro, c'est aussi un ingrédient essentiel à la confection de nombreux plats, salés ou sucrés, avec des effets bénéfiques pour la santé.

Viesaineetzen.com - La pistache : une émeraude voilée de soie

Originaire d'Asie Centrale, principalement d'Iran, elle est consommée au Moyen-Orient depuis plus de 9000 ans. Elle n'arrive en France qu'au 17e siècle, sous le roi Louis XIV, où on la surnomme "amande de Persie".

En savoir plus

Les pistaches d'Alep

À la fin du Livre de la Genèse dans l’Histoire de Joseph, Jacob vante les mérites de la pistache, la citant parmi les meilleurs produits de Canaan, avec l’amande et la gomme arabique.

En l'an 37 après J.C., c'est de Syrie que la pistache d'Alep voyage jusqu'à Rome. Sa renommée arrive à cette époque, jusqu'à Dioscorides, médecin et botaniste grec, qui considère que les pistaches syriennes sont les plus délicates.

Cousine de la noix de cajou
C'est une cousine de la noix de cajou et de la mangue, toutes de la famille des anacardiacées.

Elle est le fruit du pistachier et se présente sous la forme d’une petite graine de couleur vert pâle enveloppée dans une membrane brun-rougeâtre, logée dans une coque qui s’ouvre quand le fruit est mûr.

1,21 mg

de cuivre
pour 100 g de pistache rôtie**


0,255 mg

de vitamine B6
pour 100 g de pistache rôtie**


3 mg

de fer
pour 100 g de pistache rôtie**






Couple : la divergence des désirs

Difficile à accepter, la divergence des désirs peut amener à des entorses plus ou moins graves au consentement mutuel en matière de sexualité. Cela est mortifère à terme pour le couple. Heureusement il y a des solutions dont les meilleures sont basées sur le respect et le dialogue !

Viesaineetzen.com - Couple : la divergence des désirs

Que faire, dans un couple, quand l'un a envie de faire l'amour et l'autre pas ? La divergence des désirs est devenue d'autant plus difficile à accepter aujourd'hui qu'elle vient contredire l'idée d'égalité entre hommes et femmes et l'aspiration au bien-être individuel.
Pourtant c'est un fait réel qui, s’il n’est pas pris en compte, peut générer angoisses, mensonges et crises. Jean-Claude Kaufmann, sociologue, a mené l'enquête depuis 2017, après l’affaire Weinstein et le mouvement #MeToo. Il s'est rendu compte que la question du consentement dans le couple hétérosexuel est encore largement tabou*.

En savoir plus

La "libération" des années 1970 : nouvelle injonction collective

Les années 1970 ont été marquées par la revendication des femmes pour l’appropriation de leur corps et l’affirmation de leur autonomie.

Les différentes étapes en ont été rapides :
- séparation de la sexualité et de la fécondité (pilule contraceptive) ;
- libération des mœurs et accès à une dimension érotique des couples ;
- revendication du plaisir féminin et de l'orgasme.

"En 1974, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement proclamé l’importance de la sexualité comme source de bien-être, et même de bonne santé. Un avis paré des meilleures intentions, mais qui ne pouvait que se transformer en injonction collective et en nouvelle norme sociale. Le plaisir partagé devenait en quelque sorte obligatoire, sous peine de payer le prix dont doivent s’acquitter tous ceux qui s’éloignent d’une morale dominante et du confort mental qu’elle procure (doute, incompréhension, culpabilité, angoisse). (…) Le principe émancipateur trouve ses limites quand, par un retournement insidieux, il se convertit en norme hégémonique produisant à son tour un système de contraintes, des injonctions, des souffrances."*

(Voir : Le diktat de l'orgasme et Hommes-femmes à l'aube du 21e siècle)

Ligne rouge
Il existe dans l'espace conjugal des situations au-delà de la ligne rouge qui relèvent de la justice lorsque la violence voire le viol est caractérisé. Elles sont minoritaires mais elles ont cette particularité, cette complexité qui vient du fait que le cadre est celui de la relation amoureuse.




Se passer d'avion ?

Voyager moins pour voyager mieux… Face aux enjeux environnementaux, il existe des solutions collectives et individuelles : prendre conscience de ses véritables besoins, choisir des modes de transports alternatifs, réduire la fréquence de ses vols…

Viesaineetzen.com - Se passer d'avion ?

Face à l'impact environnemental du transport aérien, on voit qu'il n'existe aucune solution technique à la hauteur du boom attendu dans les prochaines années (voir : Transport aérien : l'impact sur l'environnement). Il faut donc réinterroger notre rapport à l’espace, à l’exotisme, à la vitesse. Il n'est pas question de "désapprendre" le voyage mais de lui redonner du sens, selon Sébastien Porte, journaliste indépendant, spécialiste de l'environnement*. Et ce sens doit être réinjecté à la fois au niveau collectif et individuel.

En savoir plus

Le principe 
pollueur-compensateur 
: une fausse bonne idée

Certaines compagnies proposent de compenser l'impact carbone d'un vol en plantant des arbres à l'autre bout du monde.
Si ce n'est pas le cas, le consommateur a la possibilité de le faire lui-même en se tournant vers un organisme spécialisé : greentripper.org, myclimate.org ou goodplanet.org.

Le souci est que ces projets peuvent avoir des effets plus délétères que positifs : déposséder les paysans de leurs terres, faire reculer les cultures vivrières et la souveraineté alimentaire, générer conflits, déplacements forcés de populations ou violations des droits de l’homme.

"Chaque jour, des millions d’euros sont ainsi injectés dans des projets douteux partout sur la planète au titre des crédits carbone", affirme Sébastien Porte. "Or non seulement ils ne réduisent en rien les émissions polluantes, mais en plus ils nuisent aux populations locales, tout en procurant de juteux bénéfices à leurs investisseurs."*

 

Encourager le train
De nombreuses solutions appartiennent au législateur. L'un d'entre elles, notamment, consiste à encourager le train : fermer les liaisons aériennes intérieures superflues et, partout où cela est possible, appliquer le principe de substitution train-avion, remettre sur rail les trains de nuit, renforcer la desserte ferroviaire des aéroports…




Transport aérien : l'impact sur l'environnement

Émission de gaz à effet de serre, pollution de l'air, production de déchets, détérioration des milieux par le tourisme de masse, l'impact du transport aérien sur l'environnement est tel qu'il devient urgent de trouver des solutions…

Viesaineetzen.com - Transport aérien : l'impact sur l'environnement

Connaissez-vous le flygskam ? Le mot est suédois et désigne littéralement, la honte de prendre l’avion. Lancée en 2018 sur les réseaux sociaux, l'expression a été popularisée notamment par la jeune militante écologiste Greta Thunberg. Elle reflète le renversement qui est à l'œuvre dans notre société. Après avoir été le symbole de l'aventure et du progrès, de la liberté et du glamour, de la modernité et du luxe, le vol en avion devient difficile à assumer par le consommateur, du fait de son fort impact sur l'environnement.
"Voyager en avion, c’est aujourd’hui prendre le risque d’être taxé de pollueur", affirme Sébastien Porte, journaliste indépendant, spécialiste de l'environnement, qui ajoute que c'est "l’exemple même du moyen de transport à bannir"*.

En savoir plus

Des avions plus propres ?

- Des machines moins gourmandes
Depuis les années 1960, la consommation de kérosène dans les avions a été divisée par 5.
Les appareils d'aujourd'hui consomment 15 % à 20 % de moins que ceux de la génération précédente.
"Leur dépense en kérosène oscille entre 2 et 3 litres par passager pour 100 km, ce qui équivaut à la performance d’une bonne voiture hybride"*, explique Sébastien Porte.

- Du kérosène bio : intéressant si tant est qu'il soit de 2e ou 3e génération. La piste n'est pas à négliger mais aujourd'hui les biocarburants ne représentent que 0,04 % de la consommation mondiale de kérosène. D’ici à 2030 ou 2045, ils pourraient représenter de 30 et 50 % de la consommation totale.

- Des avions électriques ?
Exclu pour les longs courriers, en raison d'impossibilités techniques (poids des batteries).
Pour les moyens courriers, l'avion hybride est possible avec un apport en électricité de 10 à 15 % (ce qui ne changera pas grand chose à la donne environnementale).
Les essais de pile à hydrogène, par Airbus et Siemens en 2016, sont restés sans lendemain.

En résumé, pour Sébastien Porte, aucune option technologique n'apporte de solution à assez court terme et à une échelle d’ampleur suffisante. Ce qui n'empêche pas de les explorer, même si leurs bénéfices ne s'exercent qu'à la marge.

Le transport des riches
L’injonction à la mobilité est, selon lui, l’essence même de notre civilisation. "Le monde d’aujourd’hui ne vit que dans l’urgence et le zapping, l’obsession de l’action, du mouvement."*
Aujourd'hui, dans notre pays, la moitié des déplacements en avion est le fait des 2 % de Français les plus riches. Les trois quarts ne concernent que 20 % de la population.

95 %

des habitants de la planète
n’ont jamais pris l’avion.*


2 à 3 %

de la population mondiale
sur les vols internationaux.* 


16 milliards

de passagers
prévus en 2050.*




                
Syndiquer le contenu