Salon bio des Alpes

À Gap, le 17 juin 17

80 exposants sur les thèmes de l'alimentation bio, des énergies renouvelables, de l'habitat sain, de l'artisanat durable, de la mobilité douce… Conférences et expositions.

Soupe fraîche de petits pois à la menthe

Préparation : 30'
dont cuisson : 20'
(prévoir 2h mini pour laisser refroidir)
Entrée pour 4 personnes

Ingrédients :

300 g de petits pois écossés
2 échalotes
2 c. à soupe d'huile d'olive
1 l de bouillon de légume
5 feuilles de salade verte
2 c. à soupe de feuilles de menthe fraîche
Fleur de sel, poivre du moulin


Soupe fraîche de petits pois à la menthe

- Écosser les petits pois et les mettre de côté.

- Éplucher les échalotes, les couper en lamelles fines.

- Faire chauffer doucement l'huile d'olive dans une casserole puis ajouter les lamelles d'échalotes et les faire revenir à feu doux pendant 10 minutes.

- Faire chauffer le bouillon de légume.

 

Éliminer les métaux lourds

Par notre alimentation et l'air que nous respirons, nous absorbons de faibles quantités de métaux toxiques qui peuvent avoir des effets délétères sur notre santé. Heureusement, il existe des moyens naturels des les éliminer !

Viesaineetzen.com - Éliminer les métaux lourds

On devrait plutôt les appeler "élément-trace métallique" (ETM)… Ce sont tous les métaux toxiques qui existent dans la nature ou qui y ont été apportés par l'activité humaine : plomb, mercure, arsenic, cadmium, nickel, zinc, manganèse, brome…
"Aujourd'hui, le squelette d'un Européen contient 500 fois plus de métaux lourds que celui d'une personne ayant vécu au Moyen-Âge", affirme dans son dernier livre Jean-Pierre Willem*, médecin et chirurgien.

Publicité

En savoir plus

L'exemple de l'aluminium

Sources
L'aluminium se trouve dans l'eau du robinet, dans les produits alimentaires transformés, les saucisses, les abats, les coquillages, de nombreux additifs alimentaires (E173, E520, E521, E522, E523, E541, E554, E555, E556, E559), les ustensiles de cuisine, les emballages, le papier d'aluminium (100 g de tomates conservées dans du papier-alu pendant une nuit peuvent contenir jusqu'à 6,5 mg d'aluminium, selon Jean-Pierre Willem*).
À cette liste il faut rajouter des cosmétiques (certains dentifrices et déodorants), la plupart des vaccins et certains médicaments comme le Maalox*.

Effets sur la santé
L’aluminium est toxique pour le cerveau (pertes de mémoire, Alzheimer, Parkinson).
Au quotidien, un excès d'aluminium peut provoquer nausées, vomissements, manque d'appétit, gastrite, ulcère à l'estomac.
L'hydroxyde d'aluminium, adjuvant des vaccins, serait la cause d'une pathologie musculaire inflammatoire (myofasciite à macrophages) dont les symptômes sont des douleurs musculaires et de la fatigue avec un peu de fièvre*.

Sources omniprésentes
Pour quelles raisons sommes-nous imprégnés à ce point ? Parce que nous respirons un air qui contient les pollutions industrielles et les gaz d'échappement des automobiles, parce que nous buvons de l'eau et mangeons des aliments contaminés par les substances chimiques de l'agriculture conventionnelle… Et aussi parce qu'on nous fait des vaccins dont les adjuvants contiennent du mercure et/ou de l'aluminium et qu'on obture nos caries avec des amalgames au mercure.




Jardiner sur son balcon

Rien de tel pour renouer avec le rythme des saisons… Même sur un balcon on peut cultiver son potager et avoir le plaisir de déguster ses propres récoltes.

Viesaineetzen.com - Jardiner sur son balcon

Pas besoin d'être un grand spécialiste pour se lancer ! On peut commencer par quelques géraniums et petit à petit poursuivre avec des plantes aromatiques puis des tomates, des salades, des fraises… "On peut presque tout cultiver sur son balcon", affirme Carine Mayo*, journaliste spécialisée en environnement.Pas besoin d'être un grand spécialiste pour se lancer ! On peut commencer par quelques géraniums et petit à petit poursuivre avec des plantes aromatiques puis des tomates, des salades, des fraises… "On peut presque tout cultiver sur son balcon", affirme Carine Mayo*, journaliste spécialisée en environnement.

Publicité

En savoir plus

Sur son balcon : cultiver quoi ?

Plantes aromatiques
- Au soleil : thym, romarin, lavande, sarriette…
- À la mi-ombre : menthe, ciboulette, basilic, persil…

Fruits, fleurs et légumes
- Au soleil : tomates cerises (peuvent grimper sur les grilles du balcon), courgettes, aubergines, poivrons, concombre, poirée, carottes, cornichons, fraises (espacées de 25 cm), fleurs comestibles (voir : Cuisiner des fleurs)…
- À la mi-ombre : salades (laitue, mâche, roquette…), céleri, radis, choux, épinards, haricots, ail, oignons, échalotes…

L'exposition à la lumière et au vent
Il faut choisir les plantes selon la quantité de lumière disponible. La première chose à évaluer est donc l'ensoleillement.
L'orientation joue beaucoup :
- Au nord, sans lumière directe, le choix est plus restreint.
- Au sud, les plantes doivent tolérer le soleil presque toute la journée.




La Permaéconomie

À Paris, Halle Pajol, le 22 juin 17

Une économie qui restaure la nature au lieu de la détruire, qui entretient les conditions de sa propre pérennité en favorisant le réinvestissement dans le capital humain, social et naturel. Elle s’inspire du vivant, de la conception de produits et de matériaux innovants, aux processus d’auto-organisation, de gestion des flux et même d’intelligence collective.

Salon Naturally

À Paris, Parc des Expositions Porte de Versailles, du 9 au 12 juin 17

Le salon des plaisirs nature à Paris, avec tout particulièrement l’agriculture biologique mise en avant par les produits alimentaires et la cosmétique, mais aussi et surtout la santé au naturel et bio.

Fermes d'Avenir Tour

Dans toute la France, du 15 juin au 17 septembre 17

Sur la route de la France agricole des terroirs… À la rencontre des fermiers acteurs de la transition. 30 étapes en 90 jours…
Pour les plus intellos : conférences et documentaires de folie, visites de fermes.
Pour les autres : cuisine délicieuse et bières bio locales.
Le + : douches en plein air et toilettes sèches !

De l'énergie sans caféine

Si l'on veut réduire ou supprimer la caféine, on peut retrouver de l'énergie avec une alimentation équilibrée, certains "super" aliments et quelques exercices physiques adaptés… Avec si besoin l'aide de la phytothérapie.

Viesaineetzen.com - De l'énergie sans caféine

La caféine peut renforcer certains troubles et masquer les effets de la fatigue en donnant l'illusion que tout va bien… Charlotte Raut*, naturopathe, conseille de la réduire (à moins de 100 mg/jour) voire dans certains cas de la supprimer (voir encadré).

Publicité

En savoir plus

Arrêter la caféine

Quand on souffre d'anémies, de troubles intestinaux, de reflux gastro-oesophagien, de problèmes de transit (constipation, diarrhée), quand on est sujet à l'anxiété, qu'on a un sommeil difficile ou des troubles du rythme cardiaque (palpitations, hypertension), il vaudrait mieux, selon Charlotte Raut, supprimer la caféine…

Débusquer les sources
Il faut donc être attentif à sa consommation de café mais pas seulement. La caféine est l'excitant le plus utilisé dans le monde ! Le café en contient, bien sûr, mais aussi le thé, le chocolat, le maté, le guarana, de nombreux sodas (notamment au cola), les boissons énergisantes et certains médicaments (antimigraineux, antalgiques, stimulants, anti-mal de mer, vasodilatateurs). Il faut bien regarder l'étiquette ou les notices.

Faire les choses en douceur
"On peut arrêter sa consommation de manière progressive, sur une semaine ou dix jours. L'idée, c'est de choisir le bon moment, comme pour l'arrêt du tabac : en vacances, en week-end… Un moment où l'on n'est pas trop soumis au stress. On peut alors réduire les quantités par moitié : de quatre tasses de café par jour on passe à deux tasses, on attend quelques jours puis on passe à une tasse… On y va doucement. Il peut y avoir quelques symptômes de sevrage qui apparaissent : maux de tête, fatigue. C'est normal, la caféine masquait la fatigue, celle-ci va apparaître mais ce n'est que temporaire."

Se faire aider par une huile essentielle
En cas de maux de tête, Charlotte Raut conseille d'utiliser l'huile essentielle de menthe poivrée. "En mettre une petite trace sur le front et sur les tempes (en faisant attention à ne pas en mettre dans les yeux) permet de calmer ce type de maux de tête. Pendant cette période de sevrage, on peut aussi faire une cure de vitamine C et il est important de boire beaucoup pour bien nettoyer son corps des résidus de caféine." 

Produits de remplacement
Quand on aime le goût du café, on peut trouver, notamment dans les magasins bio, des boissons de remplacement de type chicorée ou à base de céréales torréfiées.

64-90 mg

de caféine
dans un espresso
(30 ml)** 


43-60 mg

de caféine
dans un thé noir
(250 ml)**


11 mg

de caféine
dans quatre carrés
de chocolat noir (16 g)**






Se protéger des perturbateurs endocriniens

Faire la chasse aux produits contenant des substances toxiques et favoriser l'élimination de ces dernières dans notre corps… La réglementation étant insuffisante aujourd'hui, il faut prendre des mesures par nous-mêmes.

Viesaineetzen.com - Se protéger des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont omniprésents et la réglementation est dépassée par ces nouveaux produits qui ne se comportent pas comme on l'attend (Voir : Perturbateurs endocriniens : quels enjeux ?). "Il faut donc voir les choses autrement et changer nos habitudes", affirme Isabelle Doumenc*, naturopathe.

Publicité

En savoir plus

Conseils pour la femme enceinte et la jeune maman

1) L'alimentation est le vecteur principal d'apport de perturbateurs endocriniens. Il faut donc être bio, bio, bio.
"Oublier les plats préparés, la cuisine industrielle… Il faut faire sa cuisine soi-même et l'on peut cuisiner de façon très simple pour contrôler ses apports", assure Isabelle Doumenc*.

2) Les cosmétiques sont le deuxième vecteur de pollution.
"Il faut donc arrêter de se mettre plein de produits sur la peau, surtout ceux qui y restent : les crèmes, les fonds de teint, le rouge à lèvres, le vernis à ongles. Tout cela est bourré de perturbateurs endocriniens. Il y a trois solutions. Soit on décide de se passer de certaines choses. Soit on fabrique ses propres produits. Soit on achète des cosmétiques vraiment bio, avec dans les labels le niveau de certification "bio" et pas "naturel"."

Faire la chasse aux produits toxiques
La première des choses est d'apprendre à repérer les produits qui contiennent des perturbateurs endocriniens et les expulser de la maison.




Semaine européenne du développement durable 2017

Dans toute la France du 30 mai au 5 juin 17

Une semaine aux couleurs des 17 objectifs français de développement durable.

Syndiquer le contenu