À Paris, Lyon et Marseille, Greenpeace dénonce la pollution autour des terrains de sport

Toutes les mesures (sauf une) dépassent la valeur moyenne définie au niveau européen (40 microgrammes/m3). L'ONG Greenpeace vient d'analyser, en dehors des pics de pollution, le niveau du taux de dioxyde d'azote (NO2) aux abords de terrains de football à Paris, Lyon et Marseille. "Ces niveaux de concentration sont particulièrement préoccupants parce qu’ils interviennent dans des lieux et à des heures où enfants et adultes peuvent pratiquer une activité physique et donc inhaler quatre à dix fois plus de polluants atmosphériques qu’au repos".
Le NO2 rejeté par les véhicules diesel est responsable de 75 000 décès prématurés par an en Europe, selon l’Agence européenne de l’environnement (AEE). Le chiffre est de 400 000 pour les particules très fines (PM 2,5).

Source : 20 Minutes
 

La revue de presse

En plus des pailles et des touillettes, l’interdiction au 1er janvier 2020 des couverts et...

Tripler la part des déplacements faits à vélo d'ici 2024, c'est l'objectif que...

Les produits ultra-transformés ressemblent à des aliments mais n'en sont pas. C'est...

Afin de mieux personnaliser certains traitements, un test appelé TimeSignature permet, avec...

Sentir une odeur que personne d'autre ne sent… Cela peut arriver après un simple...

Si vous souffrez de lombalgie, bonne nouvelle : il existe des solutions naturelles ! Un mal de dos...