Édito de Franck Arguillère

Pas un jour qui passe sans qu'un nouvel élément soit révélé concernant l'ampleur de la tricherie du groupe Volkswagen… Après les 11 millions de véhicules équipés d'un logiciel permettant de fausser les résultats des tests d’émissions polluantes, c'est la marque Audi qui avoue que 2,1 millions de ses véhicules sont également concernés puis Seat avec 700 000 véhicules. Dans l'intervalle, le PDG du groupe a dû démissionner et tous les pays du monde se mobilisent pour demander des comptes au constructeur qui a bénéficié indûment de différentes aides et agréments de la part des gouvernements. En France près d'un million de véhicules seraient concernés. Cerise sur le gâteau, l'agence de communication du groupe aurait tenté d'influer sur le contenu éditorial de certains journaux en menaçant de retirer ses publicités. Faux sur toute la ligne. Cela en dit long sur la culture d'entreprise de ladite société.
Le scandale est de taille et l'on commence à peine à en mesurer les conséquences. Parmi les plus positives, on peut espérer qu'il y ait en France une prise de conscience sur les véritables dangers du diesel. Une grande partie de la population est encore largement influencée par le déni tenace des constructeurs et cinquante ans d'aveuglement étatique.

Tricherie d'une petit groupe de personnes ou secret de polichinelle d'un secteur coutumier des petits arrangements avec la légalité ? La technique du bouc émissaire a ses limites en matière de gestion de crise. D'autant qu'il semblerait que les autorités européennes aient été alertées depuis 2013 des risques de trucages de tests. Les ONG regroupées au sein de T&E (Transports et Environnement) avaient également mis en lumière une différence de 40 % entre les tests européens et la réalité de la consommation de CO2 en 2014 alors que l'écart n'était que de 8 % en 2001. Tous les constructeurs seraient donc concernés, pas uniquement le groupe Volkswagen. Cela semble suggérer que l'ambiance au sein du secteur automobile dans son ensemble n'est pas extrêmement orientée vers la sincérité et la transparence.
Est-ce que le problème concerne uniquement le diesel ? Rien ne permet de le dire et l'on sait qu'il n'y a pas pour l'instant de voiture propre à 100 %. Mais ce qui est certain c'est que les entreprises ont tout à perdre à jouer au jeu de dupes avec les consommateurs qui, quand ils se réveillent, savent les sanctionner sévèrement. Avec leur porte-monnaie. 

La revue de presse

Anguille européenne, moineau domestique, tortue luth en Guyane et au Costa Rica, gorille des...

En circulant chez l'être humain, le SARS-CoV-2 évolue et la surveillance de ces...

En France, seulement 59 % de la population indiquent vouloir se vacciner contre le Covid-19, selon...

Il faut se frictionner les mains au moins 20 secondes, sans rincer, avec une solution contenant de...

75 % des Français ne font aucune restriction sur leur régime alimentaire ou se disent...

Pour que les gens se sentent à l'aise et bienvenus, qu'ils se sentent acceptés,...