Édito de Franck Arguillère

Il semblerait que ce soit une première mondiale sur un sujet de cette ampleur… C'est en tout cas ce qu'a déclaré le Président de la République dans son discours du 29 juin dernier. La Convention citoyenne pour le climat a rendu sa copie après 9 mois de travaux.150 citoyens et citoyennes ont été tirés au sort puis sélectionnés par un institut de sondage pour composer un échantillon représentatif de la société française. À l'arrivée, ils ont adopté à une très large majorité 149 propositions (à plus de 90 % des suffrages exprimés). Une seule a été rejetée à 65 % : la réduction du temps de travail de 35 à 28 heures hebdomadaires sans perte de salaire (voir : Les principales propositions adoptées par la Convention citoyenne pour le climat).

Des mesures pour encourager l'usage du train à celles destinées à éliminer la surpêche en passant par la reconnaissance de l'écocide et l'interdiction de la publicité pour les produits très émetteurs de CO2… On peut d'abord noter l'exhaustivité et le sérieux du travail effectué, ainsi que le très large consensus sur les propositions formulées. Ce qui voudrait dire que, dans notre société apparemment très divisée, des citoyens sans formation particulière engagés dans une démarche constructive peuvent trouver une convergence de vue sur un large éventail de mesures, somme toute, de bon sens.

On peut également remarquer qu'on retrouve ici un catalogue assez complet des demandes égrenées par les diverses organisations environnementales depuis une dizaine d'années. Rien de très nouveau à première vue. Faut-il donc être déçu et y voir une absence de créativité ? Pas forcément. Il peut être au contraire réconfortant de voir que des citoyens lambda arrivent aux mêmes conclusions que des militants spécialisés, après avoir eu accès à une information scientifique de haut niveau. D'une certaine manière, la démarche valide la plupart des prises de position des ONG, montre que la société civile est largement en avance sur les autorités politiques et achève de nous convaincre qu'il n'y a probablement pas d'autres solutions viables.

Proposées "sans filtre", comme promis, aux votes du Parlement ou des citoyens par voie référendaire, ces 149 propositions auraient le mérite de servir l'intérêt général et de court-circuiter les jeux politiques et les manœuvres des puissants intérêts privés qui ralentissent le mouvement depuis des lustres.
Ne pas aller jusqu'au bout serait prendre le risque de nous renvoyer au climat quasiment insurrectionnel des deux dernières années.

La revue de presse

Prudence ! Il est techniquement possible de développer et produire un vaccin contre le Covid...

"Des pistes de recherche intéressantes" mais la plante "ne constitue pas pour...

Migraines, baisse de libido, sécheresse vaginale, dépression, risque d’embolie...

La défense du laboratoire Servier a tenté de démontrer l’absence de...

Sortir de l'eau, retirer avec précaution les fragments de tentacules restant sur la peau...

Des fruits pour commencer, puis des œufs et/ou des céréales complètes (...