Acteurs du développement durable – Profession : conseil en économie circulaire

C'est une méthode ludique qui permet aux acteurs de l'entreprise de reconsidérer leur stratégie pour aller vers l'économie circulaire… Avec son associé, Nicolas Buttin a mis au point "Circulab", un jeu destiné à animer des séminaires d'entreprise

Viesaineetzen.com - Profession : conseil en économie circulaire

Créée en 2012 par Nicolas Buttin et Brieuc Saffré, Wiithaa est une agence de design qui se consacre au conseil en économie circulaire. Les fondateurs de l'entreprise entendent le mot design au sens du "Design Thinking" anglo-saxon (voir encadré).

Publicité

En savoir plus

Le "Design Thinking"

D'après Wikipédia, le Design Thinking est "une approche de l'innovation et de son management qui se veut une synthèse entre la pensée analytique et la pensée intuitive. Il s'appuie beaucoup sur un processus de co-créativité impliquant des retours de l'utilisateur final".

Nicolas Buttin revendique cette méthodologie : "nous envisageons le design de manière globale comme un outil d'innovation et non un outil d'esthétique tel qu'il est généralement compris en France. C'est plus le design d'Apple que celui de Philippe Starck ! Pour nous le design est quelque chose de très global : ce n'est pas uniquement le design produit ou graphique, c'est plutôt le design stratégique, une approche holistique de l'entreprise".

En quoi consiste votre métier ?
Nicolas Buttin : Nous aidons les entreprises à comprendre réellement ce qu'est l'économie circulaire. Avec nous, ils découvrent qu'en appliquant quelques principes, ils peuvent activer des stratégies ou des produits qui sont plus positifs. Cela va leur permettre de faire des économies ou de générer de nouvelles sources de revenus, par exemple en valorisant des savoir-faire ou en produisant de l'énergie grâce aux bâtiments. Cela va permettre également d'améliorer l'image de l'entreprise à l'extérieur et de recréer du sens en interne. On intègre dans notre réflexion le choix des matériaux, l'énergie qu'on utilise, les biotechnologies qui s'inspirent de la nature (le biomimétisme)…

Quel outil utilisez-vous ?
N.B. : Nous avons développé un jeu qui s'appelle "Circulab" pour lequel nous avons reçu un prix, le Janus de l'industrie 2014, et qui permet de cartographier le business model de l'entreprise. À l'occasion de séminaires, nous proposons aux acteurs de l'entreprise de repartir de la fonction principale de celle-ci puis de repérer les partenaires, les ressources, la proposition de valeur, la distribution, la valorisation en fin de vie… Notre jeu aide à poser tous les éléments.

Qui sont vos clients ?
N.B. : Notre client le plus significatif est Holcim, un cimentier concurrent de Lafarge qui vient de fusionner avec cette dernière. Avec notre jeu "Circulab", nous les avons aidé dans un séminaire d'une dizaine de personnes à repenser leur stratégie pour étayer leur business plan de rachat fin 2014. Notre prochain contrat est un séminaire d'une cinquantaine de personnes pour L'Oréal. À cette occasion nous formons de nouveaux animateurs consultants. Il s'agira cette fois-ci de travailler sur la conception de produits et de services en général. Nous travaillons également avec La Poste sur un projet de recyclage et nous sommes en contact avec plusieurs groupes importants.

Quel est votre parcours ?
N.B. : J'ai 31 ans. Après un double deug d'anglais et histoire, j'ai fait le CELSA, la filière "Communication" avec une spécialisation dans le numérique. J'ai fait ensuite un stage dans une agence de design comme chef de projet. Il s'agissait d'une filiale de Saguez & Partners, une start-up consacrée au numérique. Mais j'étais gêné par l'absence de préoccupations écologiques qui prévalait dans cet univers design et tendance. J'ai donc poursuivi mes études en faisant du "design management" en Grande Bretagne. Aujourd'hui j'enseigne l'économie circulaire à Sciences Po Paris, à l'école Boulle et bientôt à la d.school, l'école de "Design Thinking".

Et vous avez voulu créer votre propre entreprise ?
N.B. : Je voulais mettre en place une plateforme d'échanges entre particuliers. J'ai fait alors un an de parcours d'entrepreneuriat dans l'incubateur d'une école de commerce appelée à l'époque Advancia et qui est devenue Novancia. Cela m'a permis d'acquérir des notions d'offre commerciale, de gestion et de comptabilité que je ne maîtrisais pas. Mon projet s'est transformé petit à petit en un réseau de créatifs autour de la récupération et du design.

Vous avez alors rencontré votre associé…
N.B. : En janvier 2012, dans un événement qui s'appelle "Start-up week-end" à l'ESCP, j'ai rencontré Brieuc Saffré qui avait une formation de commerce et marketing. Il avait écrit "Le marketing peut sauver le monde", un livre sur le "marketing utile".

Le "marketing utile", c'est quoi ?
N.B. : C'est l'art de vendre des produits bien conçus, qui fassent sens et qui par conséquent ne nécessitent pas de publicité car ils s'imposent d'eux-mêmes sur les réseaux sociaux.

Quand avez-vous créé Wiithaa ?
N.B. : En octobre 2012. Nous démarrons parce que nous avons notre premier client, "Lille 3000", avec lequel nous faisons un aménagement d'espace dans la gare Saint-Sauveur : des gens qui font des ateliers avec des objets. On nous commande ensuite d'autres aménagements évènementiels. Mais on infléchit alors notre démarche vers le conseil aux entreprises car on ne voulait pas être cantonnés à la communication évènementielle qui ne touche pas à l'ingénierie, la stratégie, la conception des produits.
Parallèlement on crée un site d'e-commerce, une sorte de e-bay de produits "upcyclés", c'est à dire réutilisés en augmentant la valeur du matériau ou du produit final.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait démarrer dans ce métier ?
N.B. : Il faut trouver son chemin et explorer. Ce qui est important c'est l'attitude, pas forcément les compétences. Plus que le CV, nous accordons de l'importance à la rencontre de personne à personne, au partage d'une vision. Ce métier est très nouveau et peut se faire après toutes les formations classiques : finances, marketing, ingénieur en matériaux… L'économie circulaire concerne toutes les spécialités.


                

La revue de presse

L'environnement a été le marqueur des campagnes de Hamon et Mélenchon. Mais il...

Une batterie qui peut être retirée et branchée chez soi… Les nouveaux...

Leur taux de mortalité est passé de 5 % en 1995 à 30 % en 2015 avec jusqu'...

De meilleures performances cognitives pour les gens qui mangent du chocolat au moins une fois par...

Déclenchements "abusifs", épisiotomies "imposées", propos...

Il s'agirait d'une attitude défensive inconsciente, à des fins d'autoprotection. Le d...