Acteurs du développement durable – Profession : consultant

De plus en plus d'entreprises, de collectivités et d'administrations décident d'aller dans le sens du développement durable. Mais le mode d'emploi n'est pas toujours facile à trouver. Alors pourquoi pas s'adresser à des spécialistes ?
L'activité de conseil aux organisations fait partie des nouveaux métiers du développement durable. Nous avons rencontré Gaëlle Agius et Bertrand Desmier, des consultants de deux sociétés qui agissent avec conviction dans ce domaine…

Acteurs du développement durable – Profession : consultant

Utiliser des détergents bio pour nettoyer les locaux, bannir les gobelets en plastique à la machine à café, limiter ses impressions et sa consommation de papier, tout le monde peut le faire.
Mais inscrire tout cela dans une stratégie globale d'ampleur pourrait permettre à l'entreprise d'optimiser ses activités en gagnant de nouveaux marchés, en développant l'innovation, en accentuant la cohésion humaine en interne, tout en réduisant les coûts. C'est tentant, non ?
Nous avons interviewé Gaelle Agius de l'agence "Des Enjeux et des Hommes" et Bertrand Desmier de "Sequovia".

En quoi consiste votre métier ?
Gaelle Agius : Nous faisons de l'accompagnement du changement sur le développement durable. Auparavant il y avait des cabinets de conduite du changement sur tous les sujets de l'entreprise : les montées en compétence, l'accompagnement de managers, les changements de systèmes informatique… La démarche de développement durable, elle, fait évoluer entièrement la stratégie de l'entreprise et impacte tous les modèles de fonctionnement : en RH, aux services, aux achats, aux produits… On est dans une intégration qui s'infiltre sur tous les domaines et qui doit entrainer une appropriation par les collaborateurs. Tout cela nécessite une conduite du changement et un accompagnement interne très fort.
Bertrand Desmier : Notre métier c'est d'être le facilitateur du développement durable pour les organisations, qu'il s'agisse des entreprises, des collectivités ou des administrations. Nous avons deux niveaux de conseil : un niveau en libre accès gratuit sur notre site internet et un niveau pour aller plus loin dans les démarches de développement durable avec notre cabinet de conseil.

Vous existez depuis combien de temps ?
GA : Depuis 2003. Les fondateurs du cabinet, Olivier Classiot, Agnès Rambaud et Thierry Marneffe, étaient auparavant dans des cabinets classiques de conduite du changement. Dans ce cadre, EDF avait fait appel à eux pour former leurs 117 000 collaborateurs aux exigences du développement durable. À la suite de cette expérience ils ont trouvé le sujet porteur et intéressant, ils ont quitté leur précédente structure et créé le cabinet "Des Enjeux et des Hommes", uniquement dédié au développement durable. Nous sommes un des premiers à avoir démarré sur ce secteur.
BD : Sequovia existe de manière officielle depuis le 8 décembre 2008 mais l'activité était déjà en germe dans des groupes de travail qui sont nés au tout début 2007. Un certain nombre d'acteurs venant de plusieurs SSII (Société de Services en Ingénierie Informatique) se sont retrouvés sincèrement convaincus qu'il serait bon d'intégrer le développement durable dans leur métier. En mars 2007, ils ont commencé à partager leurs réflexions, leurs informations et leurs bonnes pratiques sur un blog initié par Franck Poisson. Ma rencontre avec ce dernier est à l'origine de la création de cette entreprise.

Avec "Des Enjeux et des Hommes", votre intervention se situe à quel niveau ?
GA : Pour une entreprise qui en est au démarrage de sa réflexion, on peut aider les dirigeants à accoucher d'une vision de la stratégie (aide à la décision). On va sensibiliser ensuite l'ensemble de l'entreprise (films, débats…) et surtout laisser les gens s'exprimer, ce qui est une étape très importante parce qu'elle permet de lever beaucoup de freins, d'autant qu'avec les sujets du développement durable on touche souvent à des questions de la sphère privée.
On travaille également à la création de réseaux (relais, correspondants…), à des formations (changement de pratiques professionnelles), démarche d'indicateurs, déploiement d'un référentiel RSE (Responsabilité Sociétale de l'Entreprise), animation de la dynamique (communication interne, création de contenus…), intégration du développement durable dans le système de management ressources humaines (création de nouveaux objectifs), création de synergies. L'objectif de tout cela étant bien sûr d'aller vers plus d'innovation et de création de valeur dans l'entreprise.

Gaëlle Agius

(Des Enjeux
et des Hommes)

500 000

emplois verts


ont été prévus pour 2009

Vie saine et zen Développement durable consultant Bertrand Desmier

Bertrand Desmier

(Sequovia)



                

La revue de presse

Prudence ! Il est techniquement possible de développer et produire un vaccin contre le Covid...

"Des pistes de recherche intéressantes" mais la plante "ne constitue pas pour...

Migraines, baisse de libido, sécheresse vaginale, dépression, risque d’embolie...

La défense du laboratoire Servier a tenté de démontrer l’absence de...

Sortir de l'eau, retirer avec précaution les fragments de tentacules restant sur la peau...

Des fruits pour commencer, puis des œufs et/ou des céréales complètes (...