Au menu de la loi alimentation : quelques suggestions et beaucoup de réchauffés

Le texte adopté le 30 mai dernier par l'Assemblée Nationale comporte quelques avancées et de grosses déceptions.
Ce qui va changer :
- interdiction du dioxyde de titane (E171) d'ici la fin 2018,
- 50 % de bio ou équivalent dans les cantines d'ici 2022,
- renforcement du poids des agriculteurs face à la grande distribution et à l'industrie agro-alimentaire avec un coût de vente construit à partir du coût de production.
Ce qui ne va pas changer :
- le glyphosate reste autorisé avec un simple objectif de sortie sous trois ans,
- le logo Nutriscore reste optionnel,
- pas d'obligation pour la vidéosurveillance dans les abattoirs, maintien de la castration à vif des porcelets, du broyage des poussins mâles, de la vente d’œufs issus de poules élevées en cage.
Ce texte doit maintenant passer au Sénat pour examen à partir du 26 juin.

Source : Novethic, par Marina Fabre
 

La revue de presse

Les véhicules électriques et hybrides sont plus économiques à l'usage...

Réduire de 90 % la consommation de viande d'ici 2050, c'est ce que devront faire les pays d...

44 nouvelles plaintes nominatives pour "mise en danger de la vie d’autrui", "...

Ils absorbent 3 à 9 fois leur poids en pétrole ! Transformés en boudins ou en...

9,8 % des Français sont passées par un épisode dépressif en 2017, selon...

Elle ralentirait notre vieillissement cérébral en luttant contre le stress et l...