Au menu de la loi alimentation : quelques suggestions et beaucoup de réchauffés

Le texte adopté le 30 mai dernier par l'Assemblée Nationale comporte quelques avancées et de grosses déceptions.
Ce qui va changer :
- interdiction du dioxyde de titane (E171) d'ici la fin 2018,
- 50 % de bio ou équivalent dans les cantines d'ici 2022,
- renforcement du poids des agriculteurs face à la grande distribution et à l'industrie agro-alimentaire avec un coût de vente construit à partir du coût de production.
Ce qui ne va pas changer :
- le glyphosate reste autorisé avec un simple objectif de sortie sous trois ans,
- le logo Nutriscore reste optionnel,
- pas d'obligation pour la vidéosurveillance dans les abattoirs, maintien de la castration à vif des porcelets, du broyage des poussins mâles, de la vente d’œufs issus de poules élevées en cage.
Ce texte doit maintenant passer au Sénat pour examen à partir du 26 juin.

Source : Novethic, par Marina Fabre
 

La revue de presse

C'est un des quatre grands thèmes retenus dans la lettre aux Français d'Emmanuel...

De multiples initiatives environnementales, bien souvent stoppées à mi-chemin...

Le gouvernement a refusé de signer l'arrêté ministériel de la loi vot...

49 % des médecins sont exposés au burn-out, un taux 2 à 3 fois plus é...

Ils n'ont pas fait la preuve de leur efficacité, selon l'institut Cochrane, une organisation...

Ils favorisent l'augmentation de la graisse viscérale qui accroit le risque de diabè...