Au menu de la loi alimentation : quelques suggestions et beaucoup de réchauffés

Le texte adopté le 30 mai dernier par l'Assemblée Nationale comporte quelques avancées et de grosses déceptions.
Ce qui va changer :
- interdiction du dioxyde de titane (E171) d'ici la fin 2018,
- 50 % de bio ou équivalent dans les cantines d'ici 2022,
- renforcement du poids des agriculteurs face à la grande distribution et à l'industrie agro-alimentaire avec un coût de vente construit à partir du coût de production.
Ce qui ne va pas changer :
- le glyphosate reste autorisé avec un simple objectif de sortie sous trois ans,
- le logo Nutriscore reste optionnel,
- pas d'obligation pour la vidéosurveillance dans les abattoirs, maintien de la castration à vif des porcelets, du broyage des poussins mâles, de la vente d’œufs issus de poules élevées en cage.
Ce texte doit maintenant passer au Sénat pour examen à partir du 26 juin.

Source : Novethic, par Marina Fabre
 

La revue de presse

Kilos de nourriture jetés, yachts énergivores, atterrissages incessants de jets,...

Depuis 1989, sous l'effet de la chaleur, tous les stades de développement de la vigne sont...

48 000 décès par jour en France sont dûs aux particules fines, au monoxyde de...

Des perturbations du fonctionnement des gènes par épimutation du sperme… C'est...

187 milliards de couches jetables sont mises à la poubelle chaque année, et leur...

L'intervention sur le microbiote intestinal par un changement alimentaire ou une utilisation de...