Burn-out des médecins : la relation avec le malade au cœur du problème

La moitié des médecins seraient en situation d'épuisement professionnel, selon certaines études récentes. Ce sont les généralistes les plus à risque. Selon Didier Truchot, psychologue, ce n'est pas le temps de travail qui est en cause. "En revanche, plus les consultations sont brèves, plus la dépersonnalisation du patient va être importante". L'un des principaux facteurs de stress serait donc la relation avec les patients. "Les médecins ne sont pas préparés à avoir des relations compliquées avec les patients agressifs, non observants, trop exigeants, qui arrivent en ayant fait leur diagnostic…" Autre facteur : le sentiment de ne pas avoir suffisamment de temps pour faire son travail correctement, notamment concernant l’éducation thérapeutique et le soutien psychologique. Conclusion : le médecin généraliste à faible risque de burn-out est plutôt un homme, exerçant en cabinet de groupe, dont la consultation dure au moins 15 minutes et qui a des activités en dehors (enseignement, formation, bénévolat…).

Source : Le Figaro, par Anne Prigent
 

La revue de presse

232 substances actives de pesticides ou de métabolites perturbateurs endocriniens suspect...

13 % des cas d'asthme infantile diagnostiqués dans le monde seraient dûs à la...

250 000 morts supplémentaires chaque année entre 2030 et 2050, seraient dus au r...

"Le plastique est une crise sanitaire globale ignorée bien que sous nos yeux". C'...

Des allergènes en pagaille, des molécules irritantes, des désinfectants...

Le liquide céphalo-rachidien joue un rôle de nettoyeur du cerveau. C'est la dé...