Burn-out des médecins : la relation avec le malade au cœur du problème

La moitié des médecins seraient en situation d'épuisement professionnel, selon certaines études récentes. Ce sont les généralistes les plus à risque. Selon Didier Truchot, psychologue, ce n'est pas le temps de travail qui est en cause. "En revanche, plus les consultations sont brèves, plus la dépersonnalisation du patient va être importante". L'un des principaux facteurs de stress serait donc la relation avec les patients. "Les médecins ne sont pas préparés à avoir des relations compliquées avec les patients agressifs, non observants, trop exigeants, qui arrivent en ayant fait leur diagnostic…" Autre facteur : le sentiment de ne pas avoir suffisamment de temps pour faire son travail correctement, notamment concernant l’éducation thérapeutique et le soutien psychologique. Conclusion : le médecin généraliste à faible risque de burn-out est plutôt un homme, exerçant en cabinet de groupe, dont la consultation dure au moins 15 minutes et qui a des activités en dehors (enseignement, formation, bénévolat…).

Source : Le Figaro, par Anne Prigent
 

La revue de presse

Plusieurs centaines de malades, des médecins, plus de 35 sénateurs et déput...

Un accroissement de 1,1 % chez les femmes, 0,1 % chez les hommes… Ce sont les chiffres...

Moins de trois évacuations par semaine, c'est la définition de la constipation pour...

Il va falloir s’adapter intelligemment aux nouveaux épisodes caniculaires, "sans...

C'est un grand classique, la pollution serait toujours due… aux autres ! Quelques chiffres...

La responsabilité de l'État peut être engagée en raison de l'...