Cancer de la prostate : identifier les patients qui n’ont pas besoin d’être traités

Une équipe française a mis au point un test permettant de mieux identifier les cas à traiter. En effet le dépistage actuel par dosage sanguin (PSA) conduit à un surtraitement important. Près de la moitié des cancers de la prostate diagnostiqués seraient traités à tort car leur risque évolutif est faible, selon l'INCA (Institut National du Cancer). Il suffirait de les surveiller. Les chercheurs ont étudié 1 000 patients ayant subi une prostatectomie et ont repéré la signature génétique des cancers agressifs. Leurs tests sont capables aujourd'hui de prédire l'absence de récidive après traitements ou à l'inverse le haut risque de rechute après ablation de la prostate et radiothérapie. Ces travaux doivent être publiés prochainement. Plusieurs tests ont été validés aux États-Unis, pas encore en France.

Source : Le Figaro, par Anne-Laure Lebrun
 

La revue de presse

Les véhicules électriques et hybrides sont plus économiques à l'usage...

Réduire de 90 % la consommation de viande d'ici 2050, c'est ce que devront faire les pays d...

44 nouvelles plaintes nominatives pour "mise en danger de la vie d’autrui", "...

Ils absorbent 3 à 9 fois leur poids en pétrole ! Transformés en boudins ou en...

9,8 % des Français sont passées par un épisode dépressif en 2017, selon...

Elle ralentirait notre vieillissement cérébral en luttant contre le stress et l...