Cancer : quand le travail se révèle toxique...

La responsabilité du travail dans l'apparition de cancers est largement sous-estimée, alors qu'elle est souvent évoquée dans les troubles musculo-squelettiques ou les burn-out. Pourtant 12 % des salariés étaient exposés en 2017 à des substances cancérogènes massives dans l'espace professionnel, selon Santé publique France. Pour les hommes : gaz d'échappement diesel, huiles minérales entières, poussières de bois, silice cristalline. Pour les femmes : travail de nuit, rayonnements ionisants, formaldéhyde, médicaments cytostatiques utilisés pour les chimiothérapies.
La sous-estimation des cancers professionnels est due à une forme d'acceptation sociale des maux du travail. La maladie est multifactorielle et les médecins sont peu formés dans ce domaine. La crainte de déstabiliser l'équilibre économique d'une entreprise entre également en jeu.

Source : Le Point, par Julie Primerano, Anne Marchand
 

La revue de presse

Batteries au lithium, durée de vie et recyclage, les trottinettes électriques en...

Un plan pour tendre vers le "zéro chlordécone dans l’alimentation",...

Un accord de réduction des déchets plastique en milieu marin a été...

Des tomates sans aucun goût, conçue pour durer plus longtemps, des semences agricoles...

Diminuer la disponibilité des boissons sucrées, augmenter leur prix, faire des...

L'ADN vieillit six fois plus vite que la normale pendant une année de travail intensif...