Couac gouvernemental autour du E171, un additif alimentaire controversé

Le gouvernement a refusé de signer l'arrêté ministériel de la loi votée en octobre et promulguée en novembre, concernant l'interdiction en France de l'additif E171 ou dioxyde de titane. Il a "décidé de renvoyer cette décision au résultat de nouvelles expertises sur la dangerosité du colorant". Cette question fait l'objet d'un bras de fer entre le ministère de la Transition écologique, soutenu par des députés de la majorité, et le ministre de l'Économie et des Finances. La volte face du gouvernement a étonné la communauté scientifique qui a mis en évidence en 2017 la toxicité de l'additif pouvant "présenter pour l'homme des troubles immunitaires et des lésions précancéreuses". Certains chercheurs ont observé que les nanoparticules de E171 peuvent promouvoir le développement d'une tumeur colorectale déjà formée chez la souris.
Selon le député Matthieu Orphelin : "Je crois que c'est une victoire provisoire des lobbies et des industriels. Et ce n'est pas à eux de faire et de défaire les lois."

Source : Le Point, par Olivier Pérou
 

La revue de presse

Des dizaines de milliers d’étudiants, lycéens et collégiens ont s...

L’interdiction de la fabrication sur le sol français de pesticides vendus en dehors de...

Environ 9 millions de morts dans le monde, soit 25 % des décès prématur...

Dans des zones où l'hygiène est stricte, la diversité microbienne diminue,...

2e motif de consultation en médecine générale, le mal de dos touche 8...

Nettoyer, balayer, préparer le sol, s'occuper des plantations sont les travaux à r...