Des perturbateurs endocriniens et des pesticides dans nos rivières

232 substances actives de pesticides ou de métabolites perturbateurs endocriniens suspectés ont été relevées par l'ONG Générations Futures après analyse des données publiques concernant la pollution des eaux en France métropolitaine, Martinique et Réunion. Ce sont en moyenne, par département, 41 substances actives pouvant être des perturbateurs endocriniens.
Dans le trio de tête : le fameux glyphosate, l'atrazine-déséthyl (un désherbant interdit depuis 2003), le métolachlor (un herbicide). L'ONG a publié sur son site une carte des départements les plus touchés.
Les perturbateurs endocriniens sont des substances capables d'interférer avec le système hormonal. Ils peuvent avoir des effets négatifs sur la croissance, la fertilité, le comportement et être à l'origine de certains cancers.

Source : Futura Sciences
 

La revue de presse

Raconter l'histoire magique du Père Noël, au même titre que celle du Petit...

71 % des Français ont déjà eu recours au moins à une médecine...

Le bain de gongs offre un massage intérieur relaxant, une pause bien-être qui permet...

Problèmes de gouvernance, sérieuses défaillances de gestion, insuffisances...

Ils ne pourront plus être utilisés en France à partir de la fin 2020… 36...

Un "objectif de fin de mise sur le marché des emballages plastique à usage...