Erreurs médicales : la justice de plus en sévère

Avec 1,01 sinistre déclaré pour 100 professionnels de santé en 2018, le taux d'erreurs médicales reste assez stable (1,57 % d'augmentation) mais le nombre de plaintes augmente. C'est le constat de l’assureur MACSF, leader pour les professions de santé, dont le rapport a été publié le lundi 7 octobre dernier. Ce taux d'erreurs médicales est très variable selon les spécialités : 78 % pour les neurochirurgiens, 69 % pour les chirurgien orthopédique, 34 % pour les chirurgiens esthétiques et seulement 15 % pour les médecins généralistes. Les condamnations sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus lourdes. Au civil, le taux de décisions défavorables aux professionnels de santé est passé de 33 % à 66 %, un chiffre jamais atteint à ce jour. Au pénal, le taux de condamnation est de 75 %, le plus souvent de la prison avec sursis. Près de 700 professionnels en santé ont dû indemniser leurs patients après une erreur médicale.
Il n'y a pas plus de fautes, selon la MACSF, mais des exigences plus importantes de la société et des magistrats qui "tiennent compte du fait que s'il n'y a pas de responsabilité établie, le patient demandeur ne percevra pas d'indemnité".

Source : Le Parisien, par Daniel Rosenweg
 

La revue de presse

Avec 11 % de son PIB consacré à la santé, la France est dans le peloton de t...

Des prescriptions moins coûteuses, avec plus de génériques (notamment pour les...

La luminothérapie est aussi efficace que les antidépresseurs pour lutter contre la d...

Une nouvelle étude montre que les SDHI, ces pesticides destinés à é...

Un tribunal reconnaît une carence de l'État et considère que l’on a...

1 390 €, c'est le revenu mensuel moyen des agriculteurs en 2017, selon un rapport de l'INSEE (...