Faisons maigrir notre poubelle

"Réduisons vite nos déchets, ça déborde", nous dit l'Ademe (l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) à l'occasion de la Semaine de réduction des déchets. 
En bref : trier c'est bien, réduire c'est mieux. Quelques gestes simples suffisent… Mais la bonne volonté des citoyens doit être relayée par les industriels et une réglementation adaptée.

Vie Saine et Zen, Faisons maigrir notre poubelle

Nous produisons actuellement 353 kg de déchets par an et par habitant. Presque 1 kg par jour et par personne.
Bien gérer les déchets, ça coûte très cher. Mal les gérer, ça nuit à la planète et à notre santé. De plus, fabriquer les emballages et les produits usagés qui remplissent nos poubelles à vitesse éclair, ça nécessite des matières premières, de l'énergie : c'est coûteux (nous payons l'emballage que nous achetons) et c'est mauvais pour l'équilibre climatique. Il y a donc urgence.

Publicité

En savoir plus

"Ce n'est pas si compliqué !"

Dans le cadre d'une étude menée en 2008, 370 foyers témoins (1 064 personnes) ont réduit en 2 mois 22% de leurs déchets grâce à seulement 4 gestes de prévention qu'ils ne pratiquaient pas auparavant.
D'après Chantal Jouanno, présidente de l'Ademe, "c'est possible de faire des progrès considérables et ce n'est pas si compliqué (…) Il y a des marges de progression extrêmement importantes".

L'un des objectifs du Grenelle de l'environnement est de réduire la production d'ordures ménagères de 5 kg par personne et par an pendant 5 ans.

Les gestes simples et malins
Quelles sont les attitudes à recommander ?

- Limiter les impressions papier
Au bureau comme à la maison, pas la peine d'imprimer des mails ou des dossiers qu'on peut tout à fait stocker sur son ordinateur. Pour archiver certains papiers comme les feuilles de sécu, on peut penser à les scanner.

- Boire plutôt l'eau du robinet
100 à 300 fois moins cher que l'eau en bouteille, c'est un des produits les plus contrôlés en France (voir : Vivre d'eau fraîche) !

- Être sélectif dans ses achats
C'est clair, il vaut mieux bannir les lingettes, la vaisselle jetable, les barres chocolatées… D'une manière générale évitons les produits à usage unique ou mono dose.
En revanche privilégions les fruits et légumes de saison en vrac, non emballés sous blister, et la recharge d'assouplissant qu'on va verser dans le bidon vide à la maison. Préférons les produits au détail ou en vrac.
De temps en temps il n'est pas inutile de nous assurer de l'utilité de ce que nous achetons. Et puis essayons d'ajuster à nos besoins le volume de nos achats et gérons notre consommation pour éviter de retrouver à la fin du mois au fond du frigo des produits périmés ou pourris…
On peut aussi choisir des produits éco-conçus ou comportant un écolabel.

- Préférer les sacs réutilisables pour faire ses courses
Bien pratique le cabas ou le caddie à roulette pour faire ses courses !
Et le truc trendy du consomm'acteur : ayons toujours dans notre serviette ou notre sac à main un sac en tissu plié en quatre…

La plupart des grands magasins proposent près de la caisse des sacs réutilisables.

- Fabriquer son compost
Pour ceux qui possèdent un jardin ou un balcon, ce n'est pas très compliqué et cela permet à la fois de réduire ses déchets et de réaliser des économies (voir : Cultiver son jardin bio).

- Réparer ou réutiliser ce qui peut l'être
On peut faire réparer son sac à main, son blouson, son vélo ou son poste de radio, chez l'artisan du quartier. 
On peut aussi transformer ses vieux T-shirts en chiffon, ses pots de yaourt en photophores, ses bouteilles de vin en lampes… 
Ou jouer les artistes en utilisant des matériaux de récup' dans les poubelles pour améliorer la déco de son intérieur.

- Refuser les prospectus qui nous sont distribués
L'ADEME conseille d'utiliser l'autocollant "STOP PUB" à coller sur les boîtes aux lettres. Peu efficace malheureusement.

Vers une vraie politique de prévention de déchets ménagers ?
Pour l'association "Agir pour l'environnement" et le CNIID (Centre National d’Information Indépendante sur les Déchets) la réglementation française est encore trop peu contraignante. Les deux associations publient une enquête recensant un certain nombre de blocages.
Exemple : peu d'entreprises respectent la réglementation en matière de réduction à la source des emballages et aucun contrôle n'est prévu par l'Etat.
Autre exemple : dans la contribution payée par les entreprises pour les produits au "Point Vert", censée financer le recyclage de l'emballage, on n'intègre en aucune façon le bilan écologique de la fabrication de cet emballage. Résultat : un produit éco-conçu avec un emballage réduit peut payer la même contribution qu'un produit suremballé !

Les consommateurs qui se comportent de plus en plus en citoyens responsables attendent maintenant le même niveau de maturité de la part des industriels dans la conception et la gestion des emballages. Et ils s'impatientent devant le manque de réactivité des pouvoirs publics.

 

Source :
reduisonsnosdechets.fr
agirpourlenvironnement.org
cdurable.info

20 %

seulement des 30 millions de tonnes d’ordures annuelles en France sont recyclés


1,5 tonne

de déchets par an sont générés en France par une famille de 4 personnes


1/3

de nos déchets peut être composté




                

La revue de presse

Prime à la casse étendue, chèque énergie, crédit d’imp...

Les excès d'émissions d'oxyde d'azote (NOx) seraient responsables en Europe (Norv...

Céréales du petit déjeuner, lentilles, pois chiches… Parmi 30 produits...

Le cocktail de perturbateurs endocriniens serait explosif chez l'homme. C'est le verdict d'une...

Risque accru de sclérose en plaques associé aux faibles niveaux de vitamine D...

Une cure de 4 semaines suffirait pour améliorer de manière significative les troubles...