Gemmothérapie : la force tranquille des bourgeons

Préparés sous forme de macérats avec des bourgeons d'arbres ou d'arbustes, les remèdes de gemmothérapie permettent de faire des cures intéressantes pour drainer et régénérer…

Viesaineetzen.com - Gemmothérapie : la force tranquille des bourgeons

Elle est peu connue. C'est une des branches de la phytothérapie, la thérapeutique par les plantes, au même titre que l'aromathérapie qui utilise les huiles essentielles. La gemmothérapie, elle, utilise les bourgeons ou les jeunes pousses de plantes ligneuses (arbres, arbustes, arbrisseaux, lianes) macérés dans un mélange d'alcool et, généralement, de glycérine.

Publicité

En savoir plus

Exemples de protocoles

Drainage
"Les macérats de bouleau et de cassis jouent leur rôle en intersaison pour drainer l'organisme au niveau du foie, des reins. Le bouleau et un draineur un peu plus doux, il aide a dépolluer, à désintoxiquer et désacidifier l'organisme. Le cassis draine et va donner un coup de boost, il va dynamiser au niveau des surrénales, le tonus, les défenses immunitaires. En sortie d'hiver, les deux sont bien : soit le bouleau, soit le cassis", conseille Stéphane Boistard.

Problèmes articulaires
Pour les problèmes articulaires, il retient le macérat de pin. "Il agit sur l'inflammation et régénère. On peut l'associer au cassis pendant un temps et poursuivre la cure avec le pin seul."

Stress
Contre le stress, Stéphane Boistard oriente vers deux macérats. "Le figuier est utilisé quand, sur le moment, nous nous laissons emporter par nos stress et émotions. Si le stress est lié à des antécédents, à un mode de vie, si la personne a des troubles comme des TOC, il faut préférer le tilleul. Figuier ou tilleul. Certains les associent, je préfère les différencier." 

Des macérats alcoolisés ou non
"La gemmothérapie est un don des arbres et de la forêt pour que les personnes souffrent moins", résume Stéphane Boistard*, ancien garde forestier, guérisseur autodidacte, spécialisé dans la gemmothérapie. "Dans les macérats, nous sommes un certain nombre à avoir choisi d'utiliser du miel à la place de la glycérine. Certains utilisent aussi le sirop d'agave. Pour les personnes qui ne consomment pas d'alcool, il y a encore d'autres recettes."

Une origine scientifique
L'usage des bourgeons comme plante médicinale fait partie des savoir-faire ancestraux millénaires. Mais la gemmothérapie en tant que telle a été inventée dans les années 1950-60 grâce à l'étude et l'observation de l'effet des macérats sur les analyses sanguines. Elle est le fruit de la collaboration de deux médecins : Pol Henry qui étudiait les effets thérapeutiques des plantes et Jean-Claude Leunis, l'un des précurseurs des analyses de sang.

Utilisée en homéopathie
Dans les décennies qui ont suivi, la gemmothérapie a été largement diffusée par des médecins homéopathes sous forme de macérats dilués à la première décimale (D1) et parfois dynamisées. "C'était principalement Boiron qui fabriquait les macérats qu'on trouvait dans les pharmacies", précise Stéphane Boistard. C'est encore le cas aujourd'hui.

Dans les magasins bio
Depuis les années 90 se développent des macérats concentrés qu'on trouve dans les boutiques diététiques et les magasins bio et qui sont considérés comme des compléments alimentaires.
"La gemmothérapie s'est popularisée parce qu'on s'est rendu compte qu'il y avait très peu de contre-indications, très peu d'effets secondaires indésirables."

Les macérats se présentent soit en unitaires soit en complexes.
"Pour ma part, j'ai tendance à préconiser les unitaires".

À qui demander conseil ?
La gemmothérapie est une approche holistique qui se préoccupe du terrain du malade. Comme pour les autres branches de la phytothérapie, les praticiens qui sont capables de conseiller leurs patients en matière de gemmothérapie sont principalement le médecin à orientation homéopathique et le naturopathe.

Pour les animaux aussi
La gemmothérapie peut aussi s'appliquer au monde animal. "Nous travaillons avec des chevaux, des chats, des chiens, des chèvres et bientôt des brebis…"

Drainer et régénérer
L'un des grands intérêts de la gemmothérapie est sa capacité à drainer l'organisme. "Ça draine de façon puissante et douce. Par exemple, pour un foie ayant subi une intoxication médicamenteuse, il sera intéressant d'utiliser du genévrier."

L'autre grand axe thérapeutique réside dans son action régénérante. "Il y a une dynamique dans le bourgeon qui fait que la gemmothérapie peut modifier des processus dégénératifs qui sont inhérents au vieillissement ou qui peuvent être hérités des générations antérieures."

Problèmes chroniques
En curatif, la gemmothérapie est indiquée principalement pour les problèmes chroniques. "Pour les urgences on va utiliser le côté "bulldozer" des huiles essentielles. Les principales indications de la gemmothérapie sont les troubles articulaires, les problèmes de mémoire, de foie, les problèmes sanguins, digestifs, hormonaux. Sur les problèmes de vue on a de très bons résultats. Pour la prostate, il y a des macérats qui sont souverains. La gemmothérapie peut intervenir également en complément de certains traitements, par exemple contre le cancer. Elle permet de désacidifier l'organisme."

Les macérats n'ont pas seulement un rôle curatif. On peut les utiliser de manière très avantageuse en préventif. (Voir encadré)

Posologie et durée des cures
Stéphane Boistard conseille des cures de 21 jours suivies d'une semaine de pause "pendant laquelle le corps continue d'écouter les informations du macérat".

La dose varie selon la qualité du macérat : 1 à 5 gouttes d'un macérat concentré dans un verre d'eau, dans le creux de la main ou avec un spray. "Si la qualité est moindre, il faudra utiliser jusqu'à 20, 30 ou 40 gouttes."
La prise doit être de préférence éloignée des repas, soit le matin soit le soir. "Mais pour les macérats qui ont un effet dynamisant, il vaut mieux éviter le soir".

Cueillir et fabriquer ses macérats
Stéphane Boistard incite tout le monde à cueillir ses bourgeons et à faire soi-même ses macérats. "C'est très simple à partir du moment où l'on a accès à la nature et où l'on arrive à reconnaitre les arbres, les arbustes ou les arbrisseaux."

À tous ceux qui utilisent la gemmothérapie, il conseille de ne pas oublier que "la gemmothérapie commence dans la forêt, c'est aussi une façon de se reconnecter à elle. Ce qui est précieux notamment dans les contextes urbains d'aujourd'hui."

 

*Auteur de Gemmothérapie, Les bourgeons au service de la santé, éditions Terran
Site de Stéphane Boistard : Gemmo sensible


                

La revue de presse

L'annonce d'étendre l'obligation de 3 à 11 vaccins en janvier 2018 est...

Trop de sel, pas assez de fibres, toujours plus de produits transformés et de complé...

Ils durent plusieurs heures souvent par grandes chaleurs... Voici cinq conseils pour optimiser les...

Sous forme de fleurs d'eau, d'écume ou de pellicule huileuse, les algues toxiques sont vert...

44 % des enseignes ne respectent pas l'interdiction de la vente en libre-service des pesticides,...

Les espèces de vertébrés reculent massivement, à la fois en nombre d'...