Grossesse : la pollution de l’air suspectée d’augmenter le risque de fausse-couche

Un risque accru de fausse couche au premier trimestre de la grossesse en cas d'exposition à un air pollué… C'est ce que vient de montrer une étude chinoise réalisée auprès de 255 000 femmes ayant commencé une grossesse à Pékin entre 2009 et 2017 et dont 6,8 % ont subi une fausse couche au premier trimestre de grossesse. En parallèle quatre polluants ont été mesurés : particules fines PM 2,5 (diamètre inférieur à 2,5 micromètres), dioxyde de soufre, monoxyde de carbone et ozone, ces deux derniers étant émis notamment par le trafic routier, le chauffage et les industries. Résultat : une association nette entre l’exposition à une forte pollution et un risque accru de fausse couche ; cette association est renforcée lorsque les concentrations sont les plus fortes. Depuis 2014, des mesures pour réduire la pollution atmosphérique ont été mises en place et la fréquence des fausses couches a diminué.

Source : Le Figaro, par Cécile Thibert
 

La revue de presse

Avec 11 % de son PIB consacré à la santé, la France est dans le peloton de t...

Des prescriptions moins coûteuses, avec plus de génériques (notamment pour les...

La luminothérapie est aussi efficace que les antidépresseurs pour lutter contre la d...

Une nouvelle étude montre que les SDHI, ces pesticides destinés à é...

Un tribunal reconnaît une carence de l'État et considère que l’on a...

1 390 €, c'est le revenu mensuel moyen des agriculteurs en 2017, selon un rapport de l'INSEE (...