Haptonomie : communiquer avec bébé pendant la grossesse

Afin d’inclure davantage les pères pendant la préparation à l'accouchement, certains couples optent pour l’haptonomie. Cette méthode "psychotactile" permet, à travers la parole et l’application des mains sur le ventre de la future maman, de créer un lien avec le fœtus.

Viesaineetzen.com - Haptonomie : communiquer avec bébé pendant la grossesse

Yoga, chant prénatal, sophrologie, aquagym… Quelle méthode choisir pour se préparer à l'accouchement ? Certains parents choisissent l’haptonomie.
"Grâce au toucher et à la parole, cette méthode crée un contact affectif entre le père, la mère et le bébé", résume Brigitte Breton, gynécologue formée notamment en haptonomie prénatale au Centre International de Recherche et de Développement de l’Haptonomie. "Elle est incompatible avec d’autres techniques de préparation à l’accouchement car pour développer ce lien affectif, il ne faut pas se concentrer sur sa respiration ou la poussée par exemple."

Publicité

En savoir plus

Science de l'affectivité

Au milieu du 20e siècle, Frans Veldman, chercheur et thérapeute, a créé l'haptonomie, une nouvelle approche pour accompagner les malades définie comme "science de l'affectivité". Déclinée autour de la périnatalité, elle est dite "psychotactile" et permet d’entrer en contact avec le fœtus dès les premiers mois de la grossesse.

En dehors de la préparation à l’accouchement, l'haptonomie peut être appliquée à d’autres pratiques médicales et paramédicales. Elle peut aider notamment des soignants à accompagner des malades et des mourants. En touchant un patient avec cette méthode "psychotactile", le soignant lui donnerait le sentiment d’être davantage respecté. Sentant ce message, son corps se détendrait, sa respiration s'ouvrirait, sa tolérance aux interventions médicales et sa capacité à guérir seraient accrues.

De l’affectif plutôt que de la technique
Les séances, réalisées par des professionnels de la santé et de la psychothérapie formés en haptonomie, se déroulent au moins une fois par mois en présence des deux parents.

En début de séance, la parole a une place importante. Les parents échangent sur leurs émotions. Le père peut par exemple dire ce qu’il ressent pour son bébé.
"On parlait beaucoup de ce qu’on ressentait pour notre enfant, de notre attachement à lui", se souvient Laurent, jeune papa. "La majorité des gens se font une image très technique de l’haptonomie, mais pour nous ça a été tourné vers le psychologique."

Puis le père pose ses mains sur le ventre de la future maman pour que l’enfant réponde à ce contact en venant se blottir contre la paroi utérine. Brigitte Breton confirme qu’il s’agit moins de technique que de relation affective. "On dit que la main est tendre, qu’elle appelle l’enfant."

Détendre la future maman
Afin de créer des échanges avec le fœtus, la mère doit être détendue. "Sa relaxation engendre une modification de son tonus musculaire, qui a une influence sur le tonus du bébé. C’est comme si on lui mettait une couette dans son berceau."
Pour atteindre cet objectif, il faut commencer par diminuer les douleurs, notamment dorsales, qui surviennent pendant la grossesse. On peut, par exemple, replacer le bébé dans le bassin, afin qu’il ne soit pas trop en avant. Ainsi, on diminue la cambrure de la future mère et cela permet au fœtus d’être placé dans un axe plus confortable pour elle.

L'haptonomie peut également être très utile au moment de l’accouchement. Chez Lauranne, par exemple, la péridurale n’a pas fonctionné. "Je me répétais : "sois avec ton enfant". J’étais concentrée sur cette phrase, sur mon bébé, sur la façon dont je pouvais l’accompagner, et ça m’a aidé à ne pas me laisser dépasser par la douleur. Avec l’haptonomie, on prend davantage conscience de son corps, on le repense différemment."

Une place pour le père
"Mon mari, Laurent, a pu m’aider quand j’avais mal en marchant, par exemple en recentrant le bébé in utero, à l’aide de ce que l’on peut appeler des massages qui font bouger le fœtus" raconte Lauranne.

Le rôle du père est très important. "J’ai eu l’impression de mieux comprendre ma femme et ce qu’elle ressentait. Cela m’a donné envie d’être plus à l’écoute et plus doux", souligne Laurent. "Je me sentais inclus dans sa grossesse." Il a également appris des gestes pour pouvoir l'aider lors de son accouchement. Pour lui, l’haptonomie est la seule méthode qui donne une place au père et qui lui permette de créer un lien avec son enfant. "Je n’étais pas dans la performance de faire bouger le bébé. Mais je lui parlais, je posais mes mains sur le ventre de Lauranne, je le sentais remuer… Tout cela lui a donné une existence plus réelle, et finalement lorsque notre fille est née, j’avais l’impression de déjà la connaître."

Des bienfaits pour l’enfant
"Pendant la grossesse, l’haptonomie crée un contact entre le fœtus et l’extérieur, et ça renvoie à l’enfant une image du monde où il est aimé et attendu", explique Brigitte Breton. Cette méthode développerait le sentiment de sécurité du bébé. Il se sentirait protégé donc plus confiant.

Les séances d’haptonomie se poursuivent encore quelques mois après l’accouchement. "On fait une promesse de contact à l’enfant, de caresse, de douceur, il faut la respecter."
Le nouveau né évolue plus sereinement si des gestes qu’il connaît, ceux effectués avant sa naissance, sont répétés. Par exemple, le père peut continuer à placer ses deux paumes de mains sur le bébé et exercer une légère pression pour signifier une caresse. On peut également placer l’enfant sur le bas du ventre de sa mère et l’inviter à tourner sa tête d'un côté et de l'autre en touchant ses fesses. Pour lui, ce sont des repères qui vont l’apaiser lorsqu’il est tendu.
Quand il a du mal à s’endormir, on peut par exemple masser ses jambes de haut en bas et de bas en haut. Ce travail sur la verticalité revêt une grande importance dans l’haptonomie : permettre à l’enfant d’éprouver son corps dans sa "hauteur" l’aide à se développer en toute sécurité. En prenant conscience de son corps, il pourra devenir plus autonome car plus sûr de lui.
Afin d’accroître ce sentiment de confiance, les parents apprennent à le porter "vers l’avant", vers le monde, l’inconnu.

L’haptonomie ne se limite donc pas à la grossesse. La poursuivre après l’accouchement est un bon moyen de ne pas créer de frustration au sein d’une famille qui a pris l’habitude d’être liée dans la tendresse.

 

Lien utile :
Pour obtenir les coordonnées d’un haptonome, on peut contacter le Centre International de Recherche et de Développement de l’Haptonomie.


                

La revue de presse

390 plages et 102 ports de plaisance se retrouvent ainsi labellisés Pavillon Bleu en 2017....

Agriculture biologique, permaculture, agriculture durable, il existe plusieurs stratégies...

Le bois, ce serait la nature, ce serait renouvelable, beau et propre… Les pratiques de...

En tête du classement : Andorre, l’Islande et la Suisse. L'Australie décroche la...

Jusqu'à 21 % d'obèses en France en 2030 et 47 % aux États-Unis si rien n'est...

Le syndrome d'épuisement professionnel ou burn-out fait aujourd'hui l'objet d'une fiche-m...