Ikebana

L'ikebana, ou "kado" (la voie des fleurs) est un art traditionnel japonais basé sur l'arrangement floral.

Du japonais, Hikeru : faire vivre,
Hana : fleur.

C'est l’art de faire vivre les fleurs coupées, leur donner une seconde vie.
L'origine de l'Ikebana est le rituel d'offrande aux divinités indiennes, transposé dans le "kyoka", l'offrande de fleurs dans les temples bouddhistes qui apparaît à partir du VIe siècle, en Chine. À cette époque des moines importent cette pratique au Japon.
Au Xe siècle, la notion de sacré va diminuer au profit d’une plus grande recherche d'esthétisme dans la composition des bouquets.
Au XIVe siècle, dans les monastères, les grands maîtres de la cérémonie du thé pratiquent l’art floral.
Au XVe siècle, les règles de l'Ikebana sont simplifiées pour devenir accessibles à tous. Dans les maisons, une alcôve dénommée "Tokonoma ", place d’honneur du logis, est réservée aux compositions florales.
À la fin du XIXe siècle, une nouvelle forme de liberté apparaît avec l'arrivée des fleurs occidentales.
En France, l'Ikebana est introduit en 1930 au Salon d'Automne de Paris.

L'ikebana est plus qu'un art floral, il s'agit de marier les fleurs entre elles dans le respect et la connaissance de la nature. Que l'on fasse son premier ou son centième bouquet, l'émotion est la même. Car chaque branche, chaque fleur est unique.
Dans ce dialogue, à force de persévérance, ce sont les fleurs et les végétaux qui finissent par guider le pratiquant, et c'est grâce à la régularité que l'on peut s'initier et entrer peu à peu dans la profondeur et la sensibilité de cet art.

Le premier style généralement enseigné dans les écoles d'Ikebana est le "Moribana", né à la fin du XIXe. Il se divise en style naturel et style libre. Les compositions se font le plus souvent à partir de trois végétaux différents, arbres ou arbustes, fleurs, feuillages.
Dans le style naturel (Chizenka) les végétaux sont respectés dans leur façon naturelle de pousser, en fonction du climat et de la saison.
Dans le style moderne (Djyuka) on joue avec les notions de ligne de masse et de surface, pour une composition beaucoup plus libre.

Aujourd’hui, il y a de nombreuses écoles d’Ikebana et chacune possède ses propres règles et ses propres techniques d’arrangements. Toutes s’attachent à la perfection des lignes, à l’harmonie des couleurs, à l’espace et à la forme. Le naturel est également important car l’Ikebana symbolise la nature sous tous ses aspects, du pin majestueux au plus simple brin d’herbe.

Exemples et symboles :
Le bourgeon et le bouton symbolisent l’avenir, le futur.
La fleur ouverte évoque l’épanouissement.
Le lichen fait référence au passé.
Les fleurs de pêcher représentent la féminité.
Le chrysanthème blanc évoque rivières et ruisseaux.
Le bambou symbolise la prospérité.
Les branches de pin symbolisent les rochers et les pierres.

Dans tous les cas, seule la pratique permet de réellement sentir ce qu'est l'Ikebana, à travers la relation entre le maître et l'élève et les corrections des bouquets. On ne peut pas faire de l'Ikebana sans une pratique longue et assidue.

La revue de presse

L'environnement a été le marqueur des campagnes de Hamon et Mélenchon. Mais il...

Une batterie qui peut être retirée et branchée chez soi… Les nouveaux...

Leur taux de mortalité est passé de 5 % en 1995 à 30 % en 2015 avec jusqu'...

De meilleures performances cognitives pour les gens qui mangent du chocolat au moins une fois par...

Déclenchements "abusifs", épisiotomies "imposées", propos...

Il s'agirait d'une attitude défensive inconsciente, à des fins d'autoprotection. Le d...