"J’ai une vertèbre déplacée" et cinq autres idées reçues sur le mal de dos

2e motif de consultation en médecine générale, le mal de dos touche 8 personnes sur 10 au moins une fois dans leur vie. Voici 6 idées reçues à déconstruire pour une meilleure prise en charge…
- Une douleur au dos n’est pas systématiquement due à une lésion (hernie discale, dégénérescence discale, arthrose...). Certaines personnes ont ce type de lésion et ne ressentent pas de douleur. Dans la majorité des cas, l’imagerie médicale (IRM et radiographie) ne permet pas d’identifier la cause des souffrances.
- Manipulations ou massages sont des solutions de facilité qui peuvent avoir un intérêt à court terme. À long terme, le meilleur traitement c’est de se passer de thérapeute, être actif et autonome : étirements, renforcements musculaires, relaxation.
- Sauf en cas d'accident grave, il est très rare d'avoir une vertèbre bloquée ou déplacée. L’impression vient du fait que des muscles contracturés empêchent la vertèbre de bouger normalement. Étirements ou relaxation permettent de libérer la tension musculaire et redonner de l’amplitude de mouvement à la vertèbre.
- À court terme, le repos peut être intéressant mais il est néfaste à long terme. L’activité physique est l’un des meilleurs antidouleurs.
- Toutes les activités physiques, pas seulement la natation, sont bons pour le dos. Y compris le footing. Il suffit de pratiquer progressivement et régulièrement.
- Les médicaments ne sont que des aides ponctuelles et la chirurgie est rarement la solution. Il vaut mieux privilégier des programmes intensifs de réentrainement à l’effort qui alternent des séances avec différents professionnels de santé.

Source : Le Figaro, par Cécile Thibert
 

La revue de presse

Raconter l'histoire magique du Père Noël, au même titre que celle du Petit...

71 % des Français ont déjà eu recours au moins à une médecine...

Le bain de gongs offre un massage intérieur relaxant, une pause bien-être qui permet...

Problèmes de gouvernance, sérieuses défaillances de gestion, insuffisances...

Ils ne pourront plus être utilisés en France à partir de la fin 2020… 36...

Un "objectif de fin de mise sur le marché des emballages plastique à usage...