Kinésiologie

La kinésiologie est une pratique fondée sur des tests musculaires permettant de découvrir les déséquilibres empêchant l'harmonie du corps et du mental et par suite de traiter la perturbation.

Du grec, Kinesis : mouvement
Logia : théorie, science, discours.

Le terme n'a pas le même sens au Québec où il désigne simplement l'étude du mouvement humain dans la pratique de l'activité physique.
En France, c'est une méthode thérapeutique créée dans les années 60 dans la lignée des travaux de praticiens états-uniens comme la "santé par le toucher" du Dr George Goodheart.

Le diagnostic est établi à partir de tests musculaires qui permettent au kinésiologue d’interroger le tonus de certains muscles censé baisser dès que l’organisme est soumis à un facteur de stress physique (traumatismes, contraintes), biochimique (nutrition, médicaments, environnement) ou psychique (troubles émotionnels ou mentaux, stress).
Pour être en bonne santé et performant, il faut un équilibre entre les trois plans.

Pour rééquilibrer cette "triade de la santé" le praticien fait alors appel à différentes techniques empruntées à la médecine chinoise, ayurvédique, chiropraxique , voire à la psychothérapie comportementaliste. Les différentes approches principales ont pour nom : kinésiologie appliquée, santé par le toucher, kinésiologie éducative, 3 concepts en 1, educating alternatives…

Aujourd'hui en France, la kinésiologie n'est ni définie ni reconnue dans le cadre du code de la santé publique. Certaines écoles sont soupçonnées de dérives sectaires. Il existe même une "Coordination nationale des victimes de la kinésiologie".

La revue de presse

Les bars, cafés et restaurants des zones vertes sont enfin autorisés à rouvrir...

Plusieurs groupes se sont créés pour inventer le monde d'après la crise...

Le budget du plan vélo passera de 20 à 60 millions €, a annoncé la...

L'immunité induite lors d'un simple rhume pourrait avoir un effet protecteur contre le Covid...

Utilisée initialement dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, l'Anakinra a...

Un risque d'augmentation du nombre de suicides de 25 à 30 %, en moyenne, chez les jeunes d'...