La génération "no pilule" revendique une contraception sans souffrance, non polluante et égalitaire

Effets secondaires pénibles, envie d'une meilleure santé, refus d'ingérer des hormones de synthèse... Ce sont les trois raisons évoquées pour l'arrêt de la pilule contraceptive dans l'enquête de Sabrina Debusquat réalisée auprès de 3 600 femmes. Une nouvelle génération "no pilule" considère qu'au-delà des risques de cancer ou d'embolie, voir sa libido diminuée, souffrir de migraines, de mycoses à répétition ou de douleurs diverses n'est pas "bénin". Il n'est pas là question d'une "défiance" irrationnelle envers la pilule qu'il suffirait de raisonner. Il s'agit d'un nouveau combat féministe qui inclut également un souci écologique : la pollution de l'environnement due aux hormones contraceptives. Il est temps de répondre à cette nouvelle demande : une contraception sans effets secondaires, non polluante et égalitaire.

Source : Huffington Post, par Sabrina Debusquat
 

La revue de presse

Le phénomène connaît une accélération inquiétante, ce qui...

8 téléphones portables sur 51 au-dessus de la norme française avec un DAS (d...

Une baisse de 80 % du nombre de cas de rougeole dans le monde de 2000 à 2017… L...

Malnutrition chronique, retard de croissance, carence en nutriments, maigreur, surpoids ou ob...

Viser une pression artérielle un peu en dessous de 140/90 suffit à une pré...

Infusées 10 à 15 minutes avec une eau entre 80°C et 95°C, les plantes ont des...