La génération "no pilule" revendique une contraception sans souffrance, non polluante et égalitaire

Effets secondaires pénibles, envie d'une meilleure santé, refus d'ingérer des hormones de synthèse... Ce sont les trois raisons évoquées pour l'arrêt de la pilule contraceptive dans l'enquête de Sabrina Debusquat réalisée auprès de 3 600 femmes. Une nouvelle génération "no pilule" considère qu'au-delà des risques de cancer ou d'embolie, voir sa libido diminuée, souffrir de migraines, de mycoses à répétition ou de douleurs diverses n'est pas "bénin". Il n'est pas là question d'une "défiance" irrationnelle envers la pilule qu'il suffirait de raisonner. Il s'agit d'un nouveau combat féministe qui inclut également un souci écologique : la pollution de l'environnement due aux hormones contraceptives. Il est temps de répondre à cette nouvelle demande : une contraception sans effets secondaires, non polluante et égalitaire.

Source : Huffington Post, par Sabrina Debusquat
 

La revue de presse

Il s'agit juste d'une réaction de défense de la peau contre le soleil. Les rayons...

Reconnue comme une maladie, comme l'addiction à la cocaïne ou aux jeux d'argent, le...

La nouvelle formule contiendrait moins de lévothyroxine que les spécifications en...

La pression au travail et les problèmes de management sont cités par plus d'un Fran...

Elle est en partie responsable de la déforestation et de la disparition d'espèces...

180 000 espèces sont en danger, notamment à cause des pesticides et de l'...