La génération "no pilule" revendique une contraception sans souffrance, non polluante et égalitaire

Effets secondaires pénibles, envie d'une meilleure santé, refus d'ingérer des hormones de synthèse... Ce sont les trois raisons évoquées pour l'arrêt de la pilule contraceptive dans l'enquête de Sabrina Debusquat réalisée auprès de 3 600 femmes. Une nouvelle génération "no pilule" considère qu'au-delà des risques de cancer ou d'embolie, voir sa libido diminuée, souffrir de migraines, de mycoses à répétition ou de douleurs diverses n'est pas "bénin". Il n'est pas là question d'une "défiance" irrationnelle envers la pilule qu'il suffirait de raisonner. Il s'agit d'un nouveau combat féministe qui inclut également un souci écologique : la pollution de l'environnement due aux hormones contraceptives. Il est temps de répondre à cette nouvelle demande : une contraception sans effets secondaires, non polluante et égalitaire.

Source : Huffington Post, par Sabrina Debusquat
 

La revue de presse

12 à 20 milliards €, soit 100 à 160 € par personne, le coût du...

La moitié des rivières françaises et un tiers des nappes phréatiques...

Trois pesticides interdits en bio, retrouvés sur des carottes de la marque BioC'Bon par des...

Dans la foulée des "people", Novak Djokovic, Lady Gaga ou Oprah Winfrey, les t...

Depuis le 17 octobre dernier, les risques de certains médicaments en période de...

Chez un malade sur deux, la privation de sommeil serait efficace pour réduire les sympt...