La noix de coco : l'offrande des dieux

Elle apporte de l'exotisme à de nombreux plats salés ou sucrés. Elle regorge de minéraux, d'oligo-éléments, de fibres, elle a donc une place de choix dans une alimentation santé. Et son huile est intéressante aussi bien à la cuisine qu'à la salle de bain.

Viesaineetzen.com - La noix de coco : l'offrande des dieux

La noix de coco est le fruit du cocotier. Vert ou orange lorsqu'il n'est pas encore mûr, il est entouré de son enveloppe, la "bourre", qui permet de fabriquer notamment des cordages et des tapis. Il contient environ un demi-litre d’un liquide laiteux : l’eau de coco. Plus il mûrit, plus ce liquide se transforme en chair, qu'on appelle aussi le "coprah". De ce coprah, on fait le lait, la crème, la farine et l'huile de coco.

Publicité

En savoir plus

Croquemitaine

Originaire du sud-est asiatique, la noix de coco contient un liquide considéré comme un cadeau des dieux dans des régions côtières où il n'y a pas toujours de l'eau potable. Il faut attendre le 14e siècle et Marco Polo pour qu'elle arrive en Europe.

Le mot vient du portugais puis de l'espagnol "coco", croquemitaine, en référence à sa coque qui évoque un visage à l'allure hirsute.

La noix de coco décortiquée et séchée s'appelle "coprah" ou "copra", dérivé d'un mot tamoul "koppara".

Du fait de l'importance de la noix de coco dans de nombreuses civilisations tropicales, le cocotier a été baptisé localement "arbre de vie", "arbre de richesse" ou "joyau des tropiques".

Bénéfique pour nos artères
La noix de coco desséchée et le lait de noix de coco sont très riches en fer, manganèse, cuivre, riches en phosphore et sélénium. Ils contiennent également du magnésium, du potassium, du zinc, de la vitamine B3, B5, B6, B9*.

La noix de coco desséchée est riche en fibres alimentaires. Ces fibres sont capables de faire baisser l'index glycémique des préparations alimentaires et auraient également un effet bénéfique sur le taux de cholestérol*.

Huile de coco dans l'alimentation : avec prudence
L'huile de coco se présente sous forme solide, comme le beurre, car elle contient environ 90 % d'acides gras saturés. Par rapport aux autres huiles plus riches en acides gras polyinsaturés ou mono-insaturés (olive, colza, carthame, tournesol), l'huile de coco est moins recommandée dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Néanmoins la moitié de ses acides gras saturés est de l'acide laurique, qui est aussi le principal acide gras saturé du lait maternel. L'huile de coco serait donc plus intéressante par exemple que le beurre.

À éviter absolument : l'huile de coco hydrogénée ou partiellement hydrogénée qu'on trouve souvent dans les produits de l'industrie alimentaire, car elle contient des acides gras trans (voir : Matières grasses : les bonnes et les mauvaises).

L'huile de coco peut être utilisée en cuisine au même titre que le beurre ou les autres huiles végétales. Elle a une résistance à la chaleur comparable à celle du beurre (point de fumée à 177°C)**.

Des astuces beauté
L'huile de coco raffinée est utilisée en mélange avec la fleur de tiaré pour faire le fameux monoï. Elle également utilisée dans de nombreux savons et cosmétiques.

Vierge, elle a un pouvoir revitalisant et brillant sur les cheveux, notamment les cheveux secs, cassants ou abîmés. C'est un baume pour les lèvres très efficace et une crème ultra douce pour les mains. Elle est nourrissante pour la peau, les ongles… C'est aussi une excellente huile de massage.

La choisir
Fruit exotique, sa saison correspond chez nous à l'automne et à l'hiver. Elle doit être lourde, sans fêlure. Il faut l'agiter près de son oreille pour vérifier qu'elle contient encore de l'eau. Ses "yeux", c'est-à-dire les trois taches sombres à la base de la noix, doivent être sains, sans traces de moisissures.

On trouve dans le commerce de la chair de coco séchée, râpée ou en flocons. Il faut la choisir bien blanche et vérifier qu'elle ne contient pas d'ajouts de sucres ou de sulfites. On aura à cet égard une meilleure assurance avec le bio.
On trouve également du lait et de la crème en conserve ainsi que de l'huile de coco, qu'il faut toujours préférer "vierge biologique", sans solvants chimiques.

La conserver
Entière, elle peut se conserver deux semaines à température ambiante, un mois ou deux au réfrigérateur. Ouverte, sa chair se garde dans l'eau fraîche quelques jours au réfrigérateur. On peut aussi la congeler et la conserver alors huit à dix mois.

La noix de coco séchée se conserve dans un bocal hermétique plusieurs mois au frais, au sec et à l’abri de la lumière.

L’huile de coco, stockée dans un récipient bien fermé, reste excellente pendant plus de six mois à la température de la pièce, plus longtemps encore au réfrigérateur.

La préparer
Il faut d'abord percer deux de ses "yeux" à l'aide d'un poinçon, d'un tournevis ou d'un tire-bouchon, vider l'eau, la filtrer et la mettre de côté. Ouvrir ensuite la coque en la frappant sur sa circonférence avec un marteau, la débiter en morceaux, détacher la chair à l’aide d’un couteau en enlevant la peau brune avec un économe. Cette opération est plus facile si l'on a auparavant placé la noix dans un four chaud (190°C) pendant une quinzaine de minutes.

On peut préparer soi-même son lait de coco : il suffit pour cela de passer au mélangeur deux volumes de chair de coco râpée (séchée ou fraîche) et deux volumes d’eau chaude puis de filtrer.

La déguster
L'eau de coco est délicieuse à boire telle quelle. Comme le lait de coco, elle peut aussi servir d'eau de cuisson pour légumes, riz, pâtes, poissons ou de marinade pour viandes et poissons.

D'une manière générale, le lait et la crème de coco peuvent remplacer le lait animal et sa crème fraîche dans toutes les préparations : céréales du matin, crêpes, gaufres, muffins, gâteaux, soufflés, boissons frappées, sauces, soupes, crèmes, curry de viandes ou de légumes… La noix de coco entre dans la composition de nombreux plats africains, sud-américains, asiatiques (indiens, indonésiens, thaïlandais…).

Râpée, elle sert à préparer de nombreux condiments, assaisonne les crudités, les salades de légumes, de fruits, de fruits de mer, les poissons crus, les ragoûts de volaille, boeuf ou crustacés.
Elle intervient dans de nombreux desserts et s'y marie magnifiquement avec le chocolat ou la banane : entremets, flans, pâtisseries, biscuits, crêpes, gaufres, glaces, sorbets, confiture… Royale dans une compote de pommes !

 

Sources :
*Passeport Santé : Noix de coco
Wikipédia : Noix de coco
**La Nutrition : Le point de fumée des huiles
***Le Grand Livre des Aliments Santé, Patricia Bargis, éditions Eyrolles
Larousse Gastronomique 

3,3 mg

de fer
pour 100 g de lait de coco***


220 mg

de potassium
pour 100 g de lait de coco***


96 mg

de phosphore
pour 100 g de lait de coco***




                

La revue de presse

Rhume, toux, mal de gorge, grippe et troubles intestinaux : un médicament sur deux dé...

Les méthodes les plus efficaces pour mettre toutes les chances de son côté...

Mimer la nature et respecter le bien-être animal… C'est le défi que relè...

Avec +3,5 % en 2017, la croissance des émissions de gaz à effet de serre chinoises...

Depuis 1989, déclin de 76 % (82 % en été) de la masse d'insectes volants en...

Il aurait eu lieu fin septembre, selon l'IRSN (Institut de radioprotection et de sûret...