La pollution de l’air met en danger le fœtus en altérant le placenta

L'exposition au dioxyde d'azote (NO2), provoque des modifications épigénétiques au niveau du placenta. C'est la conclusion d'une étude française réalisée à Nancy et Poitiers, auprès d'environ 700 mères et leurs enfants. L'analyse des données épigénétiques a été faite à grande échelle (plus de 400 000 localisations). Associée à l'exposition au NO2, la modification de cinq gènes a été identifée. Celle de l'un d'entre eux (ADORA2B) est connue pour son lien avec la pré-éclampsie, responsable d'un tiers des naissances de grands prématurés. Ces résultats sont inquiétants, d'autant plus que l'exposition étudiée était inférieure aux limites annuelles fixées par la réglementation européenne et recommandée par l'OMS. Le NO2 est majoritairement émis par le trafic automobile, notamment les véhicules diesel.

Source : Le Monde, par Stéphane Mandard
 

La revue de presse

En plus des pailles et des touillettes, l’interdiction au 1er janvier 2020 des couverts et...

Tripler la part des déplacements faits à vélo d'ici 2024, c'est l'objectif que...

Les produits ultra-transformés ressemblent à des aliments mais n'en sont pas. C'est...

Afin de mieux personnaliser certains traitements, un test appelé TimeSignature permet, avec...

Sentir une odeur que personne d'autre ne sent… Cela peut arriver après un simple...

Si vous souffrez de lombalgie, bonne nouvelle : il existe des solutions naturelles ! Un mal de dos...