La pollution de l’air met en danger le fœtus en altérant le placenta

L'exposition au dioxyde d'azote (NO2), provoque des modifications épigénétiques au niveau du placenta. C'est la conclusion d'une étude française réalisée à Nancy et Poitiers, auprès d'environ 700 mères et leurs enfants. L'analyse des données épigénétiques a été faite à grande échelle (plus de 400 000 localisations). Associée à l'exposition au NO2, la modification de cinq gènes a été identifée. Celle de l'un d'entre eux (ADORA2B) est connue pour son lien avec la pré-éclampsie, responsable d'un tiers des naissances de grands prématurés. Ces résultats sont inquiétants, d'autant plus que l'exposition étudiée était inférieure aux limites annuelles fixées par la réglementation européenne et recommandée par l'OMS. Le NO2 est majoritairement émis par le trafic automobile, notamment les véhicules diesel.

Source : Le Monde, par Stéphane Mandard
 

La revue de presse

Aujourd'hui environ un tiers des espèces d'insectes sont menacées d'extinction "...

C'est une molécule de sucre, le "7dSh", 100 % naturelle, issue d'une cyanobact...

Le béton continue de remplacer les champs et les forêts alors que la crise des "...

Une baisse en 2018 de 0,8 % des ventes en volume des produits du quotidien (alimentation, hygi...

14 % plus de risque de mortalité (toutes causes confondues) pour une augmentation de 10 % de...

Allergies, lésions au foie, interactions avec des médicaments, contre-indications mal...