La pollution, mauvaise pour le moral

L’humeur de la population se dégrade lors des pics d’exposition aux particules fines. C'est ce qu'ont découvert des chercheurs chinois et états-uniens en analysant 210 millions de messages postés en 2014 sur l’équivalent de Twitter par les habitants de 144 grandes villes de Chine.
"L’utilisation des réseaux sociaux est une approche nouvelle et innovante visant à quantifier une réalité impalpable qui ne passe pas par l’indicateur des prix", commente Claudia Senik, économiste.
Les pouvoirs publics chinois surveillent de près les plaintes des habitants sur Internet et ont constaté leur sensibilisation croissante aux problèmes d’environnement. Ils ont en conséquence renforcé l’application des normes sur la qualité de l’air.

Source : Le Figaro, par Delphine Chayet
 

La revue de presse

232 substances actives de pesticides ou de métabolites perturbateurs endocriniens suspect...

13 % des cas d'asthme infantile diagnostiqués dans le monde seraient dûs à la...

250 000 morts supplémentaires chaque année entre 2030 et 2050, seraient dus au r...

"Le plastique est une crise sanitaire globale ignorée bien que sous nos yeux". C'...

Des allergènes en pagaille, des molécules irritantes, des désinfectants...

Le liquide céphalo-rachidien joue un rôle de nettoyeur du cerveau. C'est la dé...