Le curcuma : le safran des Indes

Épice essentielle dans la composition du curry, il donne une belle couleur et un parfum agréable au riz et à de nombreuses préparations à base de légumes et céréales.
Il aide à la digestion et parmi les aliments anticancer, grâce à ses fortes propriétés anti-oxydantes, il fait partie des stars…

Viesaineetzen.com - Le curcuma : le safran des Indes

Cela fait plus de 4 000 ans qu'on l'utilise en Inde pour la cuisine, la médecine et certaines cérémonies religieuses. Il servait autrefois à teindre le costume des moines hindouistes et bouddhistes.
Probablement originaire de l'Inde, il s'est diffusé dans toute l’Asie, au Proche et au Moyen-Orient mais est resté peu connue en Occident jusqu'à ces dernières années où il a fait une entrée remarquée pour ses propriétés anticancer.

Publicité

En savoir plus

Safran des Indes

Son nom français vient du sanskrit "kunkuma" qui désignait le safran et qui a donné en arabe "kurkum", jaune, puis en espagnol "curcuma". On l'appelle aussi Safran des Indes.

Cousin du gingembre
La plante ressemble à une tulipe. C'est une cousine du gingembre, de la cardamome, du galanga ou du poivre de Guinée, tous de la famille des Zingibéracées.
On en utilise le rhizome (tige souterraine horizontale) de couleur orange qui est nettoyé, bouilli, pelé et séché au soleil avant d'être réduit en poudre.

Un excellent anti-inflammatoire
Il contient du fer et du manganèse.
Mais il est surtout un des aliments les mieux placés pour sa teneur en antioxydants. Il s'agit de flavonoïdes et de composés phénoliques parmi lesquels on trouve principalement la curcumine. Cette dernière aurait des effets bénéfiques sur la maladie d'Alzheimer et les maladies cardio-vasculaires, notamment en luttant contre le "mauvais" cholestérol (LDL)*.

Certaines études auraient montré l'efficacité de la curcumine en tant qu'anti-inflammatoire, notamment conte la colite ulcéreuse, le syndrome de l'intestin irritable, l'arthrite rhumatoïde, la pancréatite, voire le cancer**.

Des études sur des animaux ont montré notamment que la curcumine pousse les cellules cancéreuses au suicide (ce qu'on appelle l’apopthose) et ralentit la croissance des tumeurs***.

Des expérimentations auraient également conduit à des résultats prometteurs contre la mucoviscidose****.

Dans les médecines traditionnelles d'Asie, le curcuma est utilisé pour stimuler la digestion et contre les ulcères, la gale, l'eczéma**.

À savoir : la présence de poivre et/ou de gras stimule l'assimilation de la curcumine.

L'aliment médicament
Pour bénéficier des ses atouts on peut le consommer sous forme :
- de poudre dans l'alimentation ou dans des gélules de compléments alimentaires,
- d'infusion : 1 g à 1,5 g de poudre, laisser infuser 10 à 15 minutes dans 150 ml d'eau bouillante**,
- d'extrait fluide,
- de teinture,
- de cataplasme contre l'eczéma et le psoriasis*****.

Frais ou en poudre
On peut le trouver frais parfois dans des épiceries asiatiques.

En poudre, il vaut mieux l’acheter en petites quantités, car il s'évente rapidement.
On le préférera bio, surtout s'il on est opposé au système d'irradiation des aliments qui concerne de plus en plus d’épices pour des raisons de conservation et de protection contre les insectes ou les maladies.

Colorant E100
La curcumine est utilisée dans l'agro-alimentaire, sous la dénomination E100, pour colorer beurre, margarine, fromage, confiserie, boissons ou moutarde.

Un ingrédient du curry
Il fait partie des mélanges d'épices bien connus : le curry indien, le colombo antillais, le ras el hanout maghrébin.
Il entre dans la composition des chutneys, des sauces piquantes et peut colorer des pâtes à crêpes ou à gaufres, des vinaigrettes, des marinades.

Une touche exotique
Il apporte une touche exotique dans la cuisson pilaf du riz, du boulghour, du quinoa, de l'amaranthe, de bien d'autres céréales ainsi que des légumineuses.
Il peut assaisonner soupes, crèmes, potages, plats de volailles, de poissons et de coquillages…

Recette : sauce Piccalilli
Il s'agit d'une marinade créée par les Anglais à l'époque coloniale. On laisse macérer des petits oignons, des petits morceaux de concombre, de chou-fleur, de haricots verts et de tomates vertes pendant 24 heures avec du sel, puis on les égoutte. On les met à cuire avec du vinaigre, de la farine, du sucre (ou du miel) et du curcuma. On peut ensuite conserver la sauce dans des pots.

 

Sources:
*Passeport Santé (nutrition)
** Passeport Santé (produits de santé naturels)
*** guerir.org
**** plante-sante.net
*****Créapharma
Wikipédia


                

La revue de presse

Prime à la casse étendue, chèque énergie, crédit d’imp...

Les excès d'émissions d'oxyde d'azote (NOx) seraient responsables en Europe (Norv...

Céréales du petit déjeuner, lentilles, pois chiches… Parmi 30 produits...

Le cocktail de perturbateurs endocriniens serait explosif chez l'homme. C'est le verdict d'une...

Risque accru de sclérose en plaques associé aux faibles niveaux de vitamine D...

Une cure de 4 semaines suffirait pour améliorer de manière significative les troubles...