Le soleil nous fait de l'effet

Quand les beaux jours arrivent, nous ressentons tous un besoin physique de soleil. Mais les médecins nous alertent : les expositions abusives peuvent conduire à de sérieux désagréments, voire un cancer de la peau… Et pour les lampes solaires ? Pas mieux.

Vie saine et zen, Le soleil nous fait de l'effet

Le soleil imprime le rythme de nos cycles biologiques. Il joue un rôle important dans notre équilibre psychique, influe sur notre humeur et notre sommeil.

Publicité

En savoir plus

UVA, UVB et tumeurs malignes

Rayons UVB : causent le rougissement de la peau, rendent la couche cutanée superficielle plus fragile.
Rayons UVA : occasionnent des dommages en profondeur dans le derme, là où se trouvent le collagène et l'élastine.

Résultat :
- des marques apparentes, plus particulièrement au visage et aux mains. C'est ce qu'on appelle le photovieillissement, qui peut marquer le visage et la peau et donner un âge apparent plus important plus que l'âge réel.

- et parfois des tumeurs malignes.
Carcinomes, rarement mortels, surtout causés par des expositions fréquentes et continues au soleil.
Mélanomes, plutôt provoqués par des expositions intenses et de courte durée, surtout celles qui sont à l'origine des coups de soleil ; 75% des décès causés par le cancer de la peau. Diagnostiqués suffisamment tôt, ils peuvent être traités avec succès.

Soleil : source de vitamine D, utile pour l'organisme
Sous l'effet des rayons ultraviolets, l'organisme synthétise directement la vitamine D par l'intermédiaire de la peau. C'est une vitamine essentielle pour la santé des os et des dents car elle régularise le taux de calcium dans l'organisme.

La capacité à absorber ou à synthétiser la vitamine D diminue avec l’âge. On estime qu’un adulte sur sept souffrirait de carence.

De courtes expositions suffisent
Pour couvrir nos besoins en vitamine D, les durées varient selon la couleur de la peau et les latitudes.
Dans nos pays tempérés, on considère en moyenne que pour une personne adulte à la peau claire et en bonne santé, une simple exposition sans écran solaire des mains, des avant-bras et du visage pendant 10 à 15 minutes entre 11 h et 14 h, à raison de deux ou trois fois par semaine, d'avril à octobre, suffirait à assurer un apport suffisant.
Comme la vitamine D s’accumule dans les tissus gras, l'organisme peut en synthétiser et en stocker assez pour l'hiver.

Mais encore faut-il qu'on lui fournisse régulièrement une dose suffisante d'aliments riches en vitamine D : poissons, huîtres, œufs, lait, foie de veau…
À part les personnes suivant un régime végétalien mal équilibré, ou souffrant d'intolérance à l'égard de certains de ces produits, il est rare d'avoir une carence en vitamine D due à l'alimentation.

La vitamine D : un anticancer ?
La question est controversée.
Certains chercheurs ont conclu récemment qu'une exposition raisonnable au soleil pourrait réduire un certain nombre de risques, dont ceux de certains cancers, notamment du côlon, des ovaires, de la prostate et du sein.

Les dermatologues ne sont pas d'accord et s'alarment du nombre croissant de cancers de la peau dus à l'exposition au soleil.

Soleil et cancer de la peau
Il y a quelques années, on pensait que parmi les rayons du soleil, il y avait les bons, les ultraviolets A (UVA) et les mauvais, les ultraviolets B (UVB). On sait maintenant que c'est faux : le développement des cancers serait liés pour 35 à 40 % aux UVA.

Le problème, c'est l'effet cumulatif. Dès l'enfance le risque est présent et,
même s’ils ne sont pas visibles, les dommages s’amplifient tout au long de l’existence jusqu'à former parfois des tumeurs malignes.
D'après l'INCa (Institut National du cancer), en vingt ans, le nombre de mélanomes a été multiplié par trois. Chaque année, 100 personnes en meurent et 7 000 nouveaux cas se déclarent, chez les femmes autant que chez les hommes.

Les autres effets nocifs du soleil
Il faut se méfier des autres effets indésirables du soleil : l'érythème (coup de soleil), l'inflammation, les photodermatoses (lésions cutanées dues au soleil)… Et le vieillissement accéléré de la peau.

Éviter les lampes solaires
Contrairement à une idée répandue, les séances de bronzage en cabine ne préparent pas pour la plage !
Autant que le soleil, sinon plus, les lampes solaires sont mises en cause dans l'apparition du cancer la peau. D’après l’OMS, "les rayons UV émis par les lits de bronzage pénètrent plus profondément dans la peau et jouent un rôle dans l’apparition des cancers".

En France, la réglementation est extrêmement précise et interdit l'accès des mineurs aux cabines de bronzage. De plus, les professionnels sont censés avertir leurs clients de toute une série de dangers et contingenter soigneusement les durées d'expositions.
Dans une enquête menée tout récemment par l'UFC Que choisir, on constate malheureusement que la grande majorité des centres de bronzage ne respecte pas ces consignes. Et encore moins les salons de coiffure, d'esthétique et les centres de sport.
Pour toutes ces raisons, mieux vaut éviter les cabines de bronzage.

Heureusement, tout le monde ne développe pas un cancer cutané après des expositions répétées au soleil ou aux lampes solaires. Mais sa recrudescence doit inciter à la prudence.

 

Sources :
Que Choisir
Alternative Santé
passeportsante.net
 

3

fois plus de mélanomes aujourd'hui qu'il y a vingt ans


50 à 70 %

des cancers de la peau sont directement liés à une surexposition aux rayons UVA et UVB


80 %

des dommages sur la peau provoqués par le soleil se produisent avant l'âge de 18 ans




                

La revue de presse

Prime à la casse étendue, chèque énergie, crédit d’imp...

Les excès d'émissions d'oxyde d'azote (NOx) seraient responsables en Europe (Norv...

Céréales du petit déjeuner, lentilles, pois chiches… Parmi 30 produits...

Le cocktail de perturbateurs endocriniens serait explosif chez l'homme. C'est le verdict d'une...

Risque accru de sclérose en plaques associé aux faibles niveaux de vitamine D...

Une cure de 4 semaines suffirait pour améliorer de manière significative les troubles...