Les cadeaux de l’industrie pharmaceutique influencent les prescriptions des médecins français

Des prescriptions moins coûteuses, avec plus de génériques (notamment pour les antibiotiques, les hypertenseurs et les statines), moins de benzodiazépines et de vasodilatateurs sur de longues périodes (pratique déconseillée par l’Assurance-maladie) chez les médecins ne recevant aucun cadeau des laboratoires… C'est le résultat d'une étude française réalisée sur plus de 40 000 généralistes exerçant en libéral. Il semblerait que même de petites sommes aient un impact.
Ce type de cadeaux devrait être mieux encadré par la loi afin d'éviter les dérives.
On dénombre 3 sortes de liens d’intérêts :
- les conventions (prise en charge de frais, d’hébergement par exemple, en lien avec un travail ou une prestation d’un professionnel de santé pour une entreprise),
- les avantages (avantages sans contrepartie d’une entreprise à un professionnel de santé),
- les rémunérations (sommes versées en contrepartie d’un travail).
Tous les liens d'intérêt sont accessibles sur le site Base Transparence Santé.

Source : La Nutrition, par Sarah Amiri
 

La revue de presse

En 2020, 12 médicaments viennent s'ajouter aux 105 produits "plus dangereux que b...

Une opération fondée sur la peur et la culpabilisation des femmes à dé...

Infarctus du myocarde, AVC… La pollution, notamment aux particules fines, favorise le d...

150 kilos de poussières de plomb ont été relâchés dans l'atmosph...

58 % des Français redoutent un effondrement de notre civilisation, selon un sondage exclusif...

La France est à la 11e place, le trio de tête est constitué de la Nouvelle Z...