Les caprices du désir (suite)

Les tables d'Aphrodite
Pour lutter contre les troubles de la libido, les nutritionnistes conseillent une alimentation qui favorise la circulation sanguine : priorité aux fruits et légumes, aux céréales complètes ou semi-complètes, aux "bons gras" riches en graisses monoinsaturés et polyinsaturés (notamment oméga-3)… On voit qu'on est là exactement dans les mêmes recommandations que pour la recherche d'un bon équilibre alimentaire.

Que ce soit pour leurs vertus stimulantes ou pour leur forme qui rappelle celle des organes génitaux, nombreux sont les aliments qui ont une réputation d'aphrodisiaques.
Parmi les légumes, on trouve l'asperge, dédiée par les Grecs à Aphrodite, déesse de l'amour, le poireau, le céleri, le concombre, l'ail, l'oignon et des céréales comme l'avoine ou le maïs…
Chez les fruits de mer, citons l'huître, la moule, le caviar, la langouste…
Parmi les fruits figurent au palmarès la goyave, la banane, l'avocat, la pêche, l'abricot, la figue, la pomme, la grenade… Et la tomate qui a été longtemps appelée "pomme d'amour".

Les épices et les plantes aromatiques tiennent une place importante dans ce domaine : basilic, cannelle, cardamome, coriandre, cumin, noix de muscade, romarin, safran, sauge, sarriette… Le piment est un vasodilatateur et un stimulant nerveux.

Le vin accompagne souvent les dîners galants car il contribue à lever les inhibitions. Il faut néanmoins le consommer à faible dose parce qu'au-delà il peut provoquer chez l'homme des troubles de la libido.

Le décorum a son importance : une jolie table, des lumières douces, une belle harmonie des couleurs dans l'association des mets… Voilà qui peut charger en intensité le caractère érotique du repas !
Il ne faut pas perdre de vue que le désir est amplement stimulé par les fantasmes et l'imagination.

Les ennemis du désir
Le tabac entraîne une contraction des vaisseaux sanguins qui gène la circulation du sang et est donc néfaste à la sexualité. Les gros fumeurs ont fréquemment des problèmes d'érection.
Certains médicaments peuvent provoquer des effets similaires : bétabloquants, anti-dépresseurs, neuroleptiques…
L'alcool, souvent considéré comme un désinhibiteur à petites doses, devient en cas d'intoxication chronique un facteur de troubles sexuels.

Stress, fatigue, maladies, naissance, intrusion des familles, préoccupations personnelles et financières, conflits non résolus, peurs issues de nos histoires familiales et de la morale, nombreux sont les éléments qui viennent se mettre en travers du chemin vers le désir.

À cela il faut ajouter l'usure du temps, contre laquelle il est bien difficile de trouver une parade. Créer des distances (jardin secret, activités sans l'autre, espace réservé dans la maison...), prendre soin de soi, maintenir le mystère (éviter de tout dire, de tout partager...) mais surtout laisser le désir évoluer, changer de forme, revenir, s'absenter...
Et bien malin qui voudrait donner des leçons en la matière !

Accueillir ce qui vient
La recherche du plaisir à tout prix, sans la notion de respect du partenaire et sans communication, est vouée à un échec vite vécu comme un discrédit identitaire.
Voilà pourquoi certains collectionnent les aventures amoureuses.
D'autres cherchent une réassurance chimique dans la pharmacopée ; il arrive même que la simple peur de l'échec les amène à gober des pilules.
D'autres encore tirent carrément un trait sur leur sexualité, considérant qu'elle leur apporte plus de problèmes que de satisfactions.

Alors, comment gérer les caprices du désir ? Les psychanalystes et les psychothérapeutes nous ramènent à des notions simples : la rencontre, l'échange, la confiance entre les partenaires, l'apprentissage du corps de l'autre, l'écoute, l'humour, la légèreté… Apprivoiser l'intimité, accueillir ce qui vient, exprimer l'émotion, dire le ressenti…
Pas toujours facile à mettre en œuvre mais joli programme !

 

Sources :
Sciences et Avenir, février 09
Prescrire
Alternative Santé
Passeport Santé

36,3 %

des femmes en 2009 déclarent avoir souvent ou parfois des difficultés à atteindre l'orgasme


16,8 %

des hommes en 2009 déclarent avoir souvent ou parfois une difficulté à obtenir une érection


72%

d’augmentation des troubles du désir entre 1974 et 1982




                

La revue de presse

Le confinement redonne du temps libre à la plupart d’entre nous, du temps pour r...

Préparer un repas pour les soignants, écrire une lettre à une personne â...

Début avril, le gouvernement a opéré un virage à 180° en...

Des tutoriels pour fabriquer son propre masque, des conseils pour bien l’utiliser, des outils...

Conflits intrafamiliaux pouvant aller jusqu'à la violence, détresse liée...

70 % des Français sont actuellement en télétravail, 59 % à leur...