Les femmes, moteurs du bio ?

Les femmes seraient en pointe dans la consommation de bio, d'après les enquêtes. Mais dans le monde de la production, il reste du chemin à parcourir… Des initiatives comme le Prix des Femmes Marjolaine y contribuent.

Viesaineetzen.com - Les femmes, moteurs du bio ?

Le bio est en plein boom et cela se confirme. Après une croissance de 15 % en 2014 puis en 2015, les ventes de produits bio ont augmenté de 20 % au premier semestre 2016, selon les derniers chiffres de l'Agence Bio. Aujourd'hui le mouvement a changé d'échelle et gagne toutes les couches de la société : deux tiers des Français achètent du bio au moins une fois par mois et affichent à 93 % leur intention de continuer à le faire. Leurs principales raisons : la santé, qui arrive juste devant la protection de l'environnement.

Publicité

Consommateurs : une tendance de fond
Cette tendance est confirmée par la dernière étude Ethicity (GreenFlex/TNS Sofres) : "Le développement durable est devenu une nécessité pour 71,9 % des Français."
Lorsqu'on affine la typologie des consommateurs, on trouve aujourd'hui en France près de 61 % de gens qui, d'une manière ou d'une autre, sont plus ou moins "engagés" dans leur comportement. "C'est un vrai changement, il y a deux ans on était encore à 45 %", se réjouit Elizabeth Pastore-Reiss*, directrice générale déléguée du cabinet d'étude GreenFlex. "Et dans les cibles les plus engagées pour consommer autrement, les femmes sont plus largement représentées."

Les femmes (un peu) plus représentées
Lorsqu'on la regarde dans le détail, l'étude Ethicity montre effectivement une petite différence entre les hommes et les femmes sur les thèmes suivants : "changer sa façon de consommer en général pour limiter l'impact sur le climat", "assurer l'avenir des générations futures", "défendre ses convictions par engagement, esprit de solidarité". Par rapport aux hommes, les femmes sont également plus en pointe sur des sujets majeurs comme l'impact sur la biodiversité, la santé, la problématique d'une alimentation saine.

Néanmoins il ne faudrait pas surestimer cette différence qui est de quelques points voire dixièmes de points. Elle se fait même en sens inverse sur le thème de la protection de la planète et de l'environnement où les hommes qui consomment bio sont légèrement plus représentés que les femmes.

Le bio : des valeurs féminines ?
Reste que les thématiques associées au bio représentent plutôt des valeurs réputées féminines (respect de la vie et des autres, écoute, dialogue) face à des valeurs réputées masculines (conquête, exploration, goût du pouvoir). Mais ces valeurs féminines peuvent être portées par des femmes comme par des hommes.

Prix des Femmes Marjolaine 2016
En matière de production, il en est tout autrement. Même dans le bio, le monde de l'agriculture et de l'artisanat alimentaire est encore très masculin. Depuis 2012, le Prix des Femmes Marjolaine a le mérite de mettre en avant dans ces secteurs des initiatives et des projets portées par des femmes.

"Le pain de la liberté"
Cette année, dans la catégorie Alimentation, le projet gagnant a été primé pour sa vision globale, du produit jusqu'à la gouvernance. Autour d'Aurélie de Magalhaes, deux artisanes ont créé "Le pain de la liberté". Il s'agit d'une coopérative boulangère qui favorise l'entreprenariat au féminin, l'approvisionnement en circuit court, une gouvernance équitable de l'entreprise et l'insertion de mères seules.

Une mention spéciale a été attribué au projet "À portée de main", animé par une ardéchoise, Aurélia Étienne, qui transforme des fruits non récoltés et sensibilise au gaspillage alimentaire.

"Avenir 59/62"
Dans la catégorie Agriculture, c'est l'association Avenir 59/62 qui a été récompensée. L'objectif de cette association est de lutter contre la double discrimination vécue par des femmes qui veulent s'installer sur une exploitation agricole sans être issues du monde rural : être femme dans un univers d'hommes et considérée comme une "étrangère". Une formation "Femmes en agriculture" peut les accompagner au plus près de leurs besoins, de la montée en compétence à une confiance en soi retrouvée.

Une mention spéciale à été attribuée à Jeanine Garrigaud pour son centre de formation en agriculture biodynamique dans l'Aude, Le chant du pissenlit.

Pays du sud
Une nouvelle catégorie a été créée cette année, dans l'idée de récompenser des femmes oeuvrant dans les pays du pourtour méditerranéen, en écho aux objectifs de la COP 22 qui ouvrira ses portes en novembre prochain à Marrakech.

Deux projets ont été primés dans cette catégorie :
- le Centre d'écoute et d'encadrement pour un développement durable qui projette de former 360 femmes en micro-agriculture urbaine à Thiès, Sénégal, où le taux de malnutrition s'élève à 10 % et touche principalement femmes et enfants. Son objectif est de les rassembler au sein de coopératives autonomes et ainsi de développer une activité rémunératrice tout en favorisant la sensibilisation de la population et des autorités locales à ces nouvelles pratiques.
 

 

- un laboratoire interne de contrôle qualité pour une coopérative d'Argan au Maroc, dans la région de Tighanimine.

 

 

 

*Propos recueillis lors de la remise du Prix des Femmes Marjolaine 2016
** Greenflex 2016

24,7 %

des consommatrices bio
"consomment systématiquement
moins de viande"**


40,7 %

des consommatrices bio
"se méfient de la nourriture
industrielle"**


38,5 %

des consommatrices bio
"préparent le plus souvent leurs repas
à partir de produits frais"**




                

La revue de presse

390 plages et 102 ports de plaisance se retrouvent ainsi labellisés Pavillon Bleu en 2017....

Agriculture biologique, permaculture, agriculture durable, il existe plusieurs stratégies...

Le bois, ce serait la nature, ce serait renouvelable, beau et propre… Les pratiques de...

En tête du classement : Andorre, l’Islande et la Suisse. L'Australie décroche la...

Jusqu'à 21 % d'obèses en France en 2030 et 47 % aux États-Unis si rien n'est...

Le syndrome d'épuisement professionnel ou burn-out fait aujourd'hui l'objet d'une fiche-m...