Les métiers du développement durable

C'est le grand débat. Dans le cadre du développement durable va-t-on assister à l'éclosion de nouveaux métiers ou une évolution des métiers existants ? Les deux, mon capitaine…

Vie saine et zen, Métiers du développement durable

Aujourd'hui cela semble acquis : l'entreprise citoyenne de demain devra se préoccuper du bien-être de ses employés, s'assurer que ses produits ont un impact positif pour la santé de l'être humain et pour l'environnement naturel.

En savoir plus

Les formations

On en compte 560 actuellement !

L'université et les grandes écoles créent de nouvelles filières, ajoutent des modules à leur cursus. Le nombre d'étudiants a presque doublé en dix ans.
HEC a maintenant un mastère en management du développement durable. 

On trouve dans les universités françaises des masters professionnels sur : l'eau, le droit de l'environnement, la traçabilité, la gestion des déchets, la prévention des risques, la gestion durable des ressources, les énergies renouvelables…

Mais attention :
- beaucoup de filières attirantes débouchent sur un nombre d'emplois restreint (comme par exemple celles tournées vers la protection de la nature),
- en dessous de Bac+5, difficile d'avoir sa chance !

Intégrer le développement durable aux métiers de l'entreprise
Cette mutation verte et éthique est en train de toucher toutes les fonctions traditionnelles de l'entreprise.

L'exemple le plus frappant concerne la comptabilité. Pour Kate Galbraith, journaliste à The Economist : "la comptabilité d'entreprise va devenir plus propre et plus verte". Selon elle, un nombre croissant d'entreprises adopte aujourd'hui les lignes directrices de la Global Reporting Intitiative (GRI) qui incite à publier des informations sur la préservation de l'environnement : production de déchets toxiques, consommation d'énergie, consommation d'eau, émissions de carbone, impact écologique…

À peu près tous les métiers de l'entreprise devront intégrer cette dimension dans les années à venir : marketing, juridique, ressources humaines… Et jusqu'à la finance avec le développement des placements éthiques et solidaires.

Les nouveaux métiers
Selon l'Institut français de l'environnement, on assiste à un boom dans la création d'emplois verts : près de 10 000 par an. Avec un total de 374 000, nous sommes encore loin des allemands qui en comptent près d'1,5 million, mais le nombre augmente régulièrement.

Voici quelques exemples de ces nouveaux métiers :
- les "responsables de développement durable" sont chargés de coordonner le bilan social, les politiques d'hygiène et de sécurité, et le gouvernement d'entreprise,
- les "déontologues" sont ceux qui mettent en place les chartes éthiques,
- les "spécialistes de l'analyse sociale" estiment et notent les pratiques environnementales et sociales des entreprises…

L'industrie et le bâtiment fournissent la plupart des postes : éco-conception, hygiène sécurité environnement, qualité, énergies renouvelables (20 % des emplois rien que pour ces dernières). La gestion des déchets et des eaux usées représente 50% des emplois.

Des postes techniques se multiplient dans les collectivités locales : gestion des déchets, des transports, du social….

L'agriculture et l'agroalimentaire offrent également des perspectives intéressantes : le Grenelle de l'environnement prévoit de faire passer l'agriculture bio de 2% à 6% de la surface utile cultivable en France en 2012, et le reste devra passer en agriculture "durable".
Sachant que 40 % des chefs d'entreprises agricoles ont aujourd'hui plus de 50 ans, il y a beaucoup d'opportunités dans ce secteur d'autant que la demande est faible.

Il faudra inventer beaucoup de nouvelles technologies pour nourrir "proprement" l'humanité et essayer d'éviter les catastrophes écologiques qui nous guettent. Le secteur de la recherche et de l'innovation devrait donc également bénéficier de l'élan.

Le "business vert"
L'inventeur du micro-crédit, Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix en 2006, a permis à des millions de familles de s'arracher à la pauvreté. Il représente le modèle de ces nouveaux businessmen qui se sont branchés sur les nouvelles tendances éthiques et vertes.

La presse se fait l'écho régulièrement de ce nouveau genre d'entrepreneurs : cet hôpital qui soigne gratuitement deux patients sur trois tout en faisant des bénéfices, ce créateur de fast-food bio qui propose des produits de qualité tout en restant bon marché, cet industriel qui fabrique des emballages plastiques biodégradables et qui nourrissent la terre…

Concilier les impératifs de la société de marché tout en exerçant un métier passion, préserver la planète et garder une éthique sociale tout en prospérant au niveau commercial… De plus en plus nombreux sont ceux qui tentent la quadrature du cercle… Et qui réussissent.

 

Sources :
Courrier International
Nouvel Observateur
Newzy
80 hommes pour changer le monde, Sylvain Darnil et Mathieu Le Roux, Editions JC Lattès
Ministère de la transition écologique et solidaire : La semaine européenne du développement durable
Fournisseur énergie : La semaine du développement durable
produrable.com

Pratique pour trouver un emploi vert :
emploi-environnement.com


                

La revue de presse

En 2020, 12 médicaments viennent s'ajouter aux 105 produits "plus dangereux que b...

Une opération fondée sur la peur et la culpabilisation des femmes à dé...

Infarctus du myocarde, AVC… La pollution, notamment aux particules fines, favorise le d...

150 kilos de poussières de plomb ont été relâchés dans l'atmosph...

58 % des Français redoutent un effondrement de notre civilisation, selon un sondage exclusif...

La France est à la 11e place, le trio de tête est constitué de la Nouvelle Z...