Les sites de rencontres : mode d'emploi

Faire des rencontres sur un site spécialisé, c'est possible ! À condition d'éviter quelques pièges, de repérer une galerie de personnages toxiques et de savoir soi-même respecter quelques règles…

Viesaineetzen.com - Les sites de rencontres : mode d'emploi

Les premiers sites de rencontres sont nés il y a à peine dix ans et ils ont connu assez vite un réel engouement. Aujourd'hui on commence à avoir assez de recul pour faire un bilan. Celui de Stéphane Rose*, auteur et journaliste, est pour le moins contrasté : "de la même manière qu'on a mis du temps à faire notre éducation sur la malbouffe, on est en train de prendre conscience qu'il y existe une "malrencontre". Et petit à petit on revient à de vraies valeurs."

Publicité

En savoir plus

Qui croise-t-on sur les sites de rencontres ?

Les exclus : "Quand on n'est pas séduisant dans la vie on n'est pas séduisant sur le web non plus". Or beaucoup de gens qui sont dans ce cas s'inscrivent sur ce genre de site. Selon Stéphane Rose*, ils ne doivent pas espérer de miracle.

Les mythos : "Tout le monde ment… Je mets une photo vieille de dix ans, je fais croire que je suis écrivain ou journaliste alors que je suis guichetier à la RATP, je fais croire que j'habite Paris alors que j'habite en province…"

Les consommateurs : C'est la grande majorité. Normal : les individus sont fichés et répertoriés comme sur un catalogue. Résultat : on occulte toutes les émotions inhérentes à la rencontre amoureuse : le doute, l'incertitude, l'attente… "Et quand l'histoire s'arrête, au lieu de prendre le temps de rester seul, pleurer un bon coup, réfléchir, tourner la page, on retourne le soir même sur le site de rencontre et on noie son chagrin avec une autre personne. Ça provoque une distorsion du comportement amoureux."

Les névrosés : "Les sites de rencontre sont un accélérateur de névrose. Ils peuvent générer des comportements paranoïaques. Et quand on a des prédispositions on peut voir ses addictions exploser : addiction au sexe, addiction affective... On peut aussi devenir accro au site, au fait de recevoir des mails sans même avoir besoin de rencontrer, se perdre dans une bulle virtuelle", explique Stéphane Rose.

Son enquête de journaliste sur la question ainsi que son expérience personnelle l'amènent à dresser un portrait sans indulgence des personnages usuels qu'on croise sur les sites de rencontre (voir encadré) et à donner quelques conseils pour qu'une rencontre se passe bien.

Choisir son site et éviter quelques pièges
Au départ il faut faire un choix. "Les grands sites sont bien faits : Meetic ou Adopteunmec.com qui a un positionnement un peu cynique mais qui fonctionne bien. C'est toujours mieux quand il y a beaucoup d'inscrits. Il faut se méfier des sites qui ont moins de notoriété."

Dans tous les cas il y a des pièges courants qu'il faut connaître.
"Ce sont des sites marchands ! Le piège marketing le plus grossier à éviter c'est que quand on se désinscrit on reçoit un mail de félicitation avec une offre d'un mois gratuit !"
Et attention aux faux profils ! "On discute avec quelqu'un qu'on croit être une jeune femme de 25 ans alors qu'il s'agit d'un vieux malgache employé par le site qui gère 10 profils en même temps !", avertit Stéphane Rose.

Règle 1 : ne pas mentir
Une fois qu'on a choisi son site, il suffit de suivre quelques règles simples.
La première règle, c'est de ne pas mentir. Le mensonge se pratique couramment : sur l'âge, le physique, le métier, le lieu d'habitation…

Règle 2 : rencontrer très vite physiquement
Quand on voit que l'échange par écrit est prometteur, il est important de rencontrer très rapidement la personne. Cela évite de fantasmer et de créer une image qui sera forcément différente de la réalité.

"J'ai recueilli dans mon livre le témoignage d'une femme qui a correspondu pendant des mois à visages couverts avec un homme dont elle est tombée amoureuse. Ils échangeaient déjà des "je t'aime" par mail. Ils se sont rencontrés physiquement et ça a été terrible : ils n'avaient rien à se dire, ils avaient l'impression d'être deux étrangers, ça s'est arrêté net", raconte Stéphane Rose.

Règle 3 : savoir se désinscrire
Si la rencontre physique se passe bien et qu'on décide de démarrer une histoire, il faut évoquer immédiatement la question de la fidélité. C'était une donnée implicite auparavant, ça doit faire aujourd'hui l'objet d'un accord explicite.
"Quand on rencontre une personne, il n'est pas exclu qu'elle retourne sur le site le lendemain pour draguer quelqu'un d'autre. On peut aussi soi-même avoir la tentation de faire le flic et d'aller voir si l'autre est toujours connecté. C'est un grand classique."

Si les deux personnes sont en phase sur la question, il faut qu'elles se désinscrivent du site de rencontre. Ou alors elles décident ouvertement de continuer à vivre un période de libertinage.

Des règles pas toujours faciles à suivre
La paradoxe c'est que ces trois règles qui peuvent paraître de bon sens sont souvent difficiles à suivre. "Par exemple le fait d'avoir plusieurs correspondant(e)s est très nourrissant sur le plan narcissique. Quand on y a pris goût, c'est difficile d'y renoncer. On utilise inconsciemment les sites pour se prouver qu'on peut encore séduire. C'est très répandu, notamment chez les femmes. Beaucoup prétendent être libres alors qu'elles sont en couple. Sur les sites elles s'encanaillent, jouent avec le feu, reçoivent des mails enflammés de désir et ça leur suffit."

Un bon révélateur
Stéphane Rose constate que beaucoup de gens arrêtent les sites de rencontre après avoir accumulé de l'aigreur, de la douleur, de la lassitude.

Si l'on veut comprendre qui on est et ce qu'on cherche à nourrir sur les sites de rencontre, il n'est pas inutile d'entamer un psychothérapie.
"C'est la meilleure solution notamment pour se libérer de l'addiction. La prise de conscience n'entraîne pas forcément la disparition de la pulsion mais elle permet d'y voir plus clair, donc de décider plus librement d'y laisser cours ou non."

Ces sites sont des révélateurs impitoyables de l'individualisme de l'époque. "Aujourd'hui on place notre liberté individuelle avant tout, or l'amour exige construction, composition, dialogue, concession, ce qui limite la liberté."

Les sites de rencontre ne sont finalement que des outils dont on peut aussi se servir pour prendre conscience de notre part d'ombre et pour faire des rencontres réussies.

 

* journaliste, auteur de Misère-sexuelle.com, le livre noir des sites de rencontres, éditions la Musardine


                

La revue de presse

Le Thyrofix fera son apparition dans les pharmacies la première semaine de décembre (...

Une plus grande accumulation de plaques amyloïdes dans le cerveau des personnes qui ont une...

Il est meilleur pour la santé physique et morale de dire ce que l'on a sur le cœur...

Deux salariés sur trois sont ou seront touchés par des douleurs lombaires, selon l'...

Crédit d'impôt prorogé jusqu'en 2020 et passant de 2 500 € à 3 500...

Peu d'avancées à l'issue de la COP23 qui s'est achevée le week-end dernier...