Les vins en bio-dynamie : "plus bio que bio"

On pourrait dire que la bio-dynamie, c'est du bio dans la vigne et dans la cave. Alors qu'en matière de réglementation il n'y a toujours pas de cahier des charges pour la fabrication de vin bio, les labels en bio-dynamie ont depuis toujours mis en place des règles encadrant strictement les traitements dans le chai comme dans la vigne. Dans ce sens on pourrait dire qu'ils sont "plus bio que bio"…

Vie saine et zen - Les vins en bio-dynamie : "plus bio que bio"

La bio-dynamie est encore une discipline peu connue. Quand on l'aborde pour la première fois on peut être surpris par son côté ésotérique : l'influence des astres sur les plantes, des produits à base de corne et de bouse de vache, d'ortie ou de camomille pour traiter les sols et le végétal…

En savoir plus

Demeter, Biodyvin

Ce sont les deux labels qui permettent de reconnaître sur l'étiquette le vin travaillé en biodynamie.

Demeter est le label internationalement reconnu pour l’agriculture bio-dynamique.
 

En France, dans le cadre de la viticulture, Biodyvin a mis en place des règles plus strictes, comme l’interdiction de collage et filtration ou l’imposition de vendange manuelle, et impose un examen de dégustation.
 

Pour être labellisé en bio-dynamie, il faut avoir déjà le label AB.

Des vins d'excellence
Et pourtant beaucoup de grands vins ont adopté ce mode de culture. Ils sont même de plus en plus nombreux parmi les vins d'excellence.
C'est du reste une des raisons qui a achevé de convaincre Thierry Valette, viticulteur à Bordeaux (Clos Puy Arnaud). "Il y a bien sûr la Romanée Conti et puis des gens solides et respectables dont le travail rayonne aujourd'hui dans le monde entier, comme Olivier Humbrecht (Domaine Zindt-Humbrecht), Anne-Claude Leflaive (domaine Leflaive), Pierre Morey (domaine Morey), Alain Moueix (château Fonroque), Maryse Barre (Pavie Macquin), Nicolas Joly (coulée de Serrant)… Ça a beaucoup pesé dans ma décision de passer en bio-dynamie."

Une plante saine dans un environnement sain
C'est Rudolf Steiner, disciple de Goethe et fondateur du courant de pensée anthroposophique, qui a posé les bases de la bio-dynamie en 1924 dans une série de conférences.

Le principe est simple : la plante est malade si son environnement est malade. Ainsi, une plante saine dans un environnement sain développe son propre système immunitaire et n’attire pas en masse les parasites.

Plus loin que l'agriculture biologique
En bio-dynamie, il ne s'agit pas simplement d'exclure les produits chimiques de synthèse mais de prendre en considération le rythme de la nature, les influences astrales, d'utiliser des préparations végétales de type homéopathique pour rééquilibrer et revitaliser le végétal plutôt que de soigner en cas de maladie.

En matière de vinification, d'élevage et de conservation, il n'existe pour l'instant aucune contrainte réglementaire pour les vins de label AB. C'est pour cela qu'il n'existe pas de "vins bio" mais des vins "issus de raisins cultivés en agriculture biologique".
En bio-dynamie sont interdits : la chaptalisation, l’acidification, le levurage, le collage à la gélatine, la centrifugation, les enzymages et tanisage, la gomme arabique…
Le soufre est autorisé à la mise en bouteille dans des limites de dosage très strictes.

Des viticulteurs pragmatiques
Des intégristes du bio, les viticulteurs en bio-dynamie ? Ceux que j'ai rencontrés ont plutôt les pieds bien sur terre.

Avant de passer en bio-dynamie, Thierry Valette a longtemps hésité. "Depuis plusieurs années je tournais autour, trouvant la théorie séduisante. Mais ce qui m'a fait prendre la décision, c'est d'une part le contact avec des professionnels comme Anne Calderoni (œnologue conseil) et d'autre part j'ai trouvé en dégustant les vins faits en bio-dynamie un supplément d'âme qui prouvait pour moi que la méthode allait plus loin que l'agriculture biologique."

Pureté et précision des vins
Julien Brocard n'est pas non plus un hippie illuminé. En 1997, quand il revient en Bourgogne dans la propriété paternelle avec son diplôme d'ingénieur généraliste en poche, il a la ferme intention de développer la vigne en bio-dynamie. Pourquoi ? Parce que dans l'agriculture conventionnelle, "il n'y a pas de réflexion vis-à-vis des maladies et la chimie est une culture guerrière. La bio-dynamie apporte une réponse quand on cherche les causes de la maladie en amont et elle respecte la nature."

Sur les 200 ha de la vigne familiale, son père lui propose la première année de faire un essai sur 11 ha.
"À l'époque la biodynamie était considéré comme une secte ! Mais en voyant la pureté, la précision dans les vins ainsi que l'avis des dégustateurs et des critiques, mon père a été conquis."
Aujourd'hui, sur les 200 ha du domaine Brocard, il y a 25 ha certifiés en biodynamie et 70 ha en conversion (il faut trois ans pour obtenir le label). Et Julien a bien l'intention à terme de faire passer en bio-dynamie les 105 ha restants.

Pour lui, "la bio-dynamie, c'est soigner le vivant en aidant la vie à travers le sol et la vigne."

 

3,3 %

de la surface viticole
en France est en bio


15 %

environ des viticulteurs bio
travaillent en bio-dynamie


55

viticulteurs
adhèrent au label Biodyvin




                

La revue de presse

Raconter l'histoire magique du Père Noël, au même titre que celle du Petit...

71 % des Français ont déjà eu recours au moins à une médecine...

Le bain de gongs offre un massage intérieur relaxant, une pause bien-être qui permet...

Problèmes de gouvernance, sérieuses défaillances de gestion, insuffisances...

Ils ne pourront plus être utilisés en France à partir de la fin 2020… 36...

Un "objectif de fin de mise sur le marché des emballages plastique à usage...