Levothyrox : l’étude de bioéquivalence mise en cause

Les essais réalisés par Merck n’étaient pas suffisants pour valider la substitution d’une formule du Levothyrox par l’autre, selon des chercheurs de l'Université de Toulouse. Rappel : environ 31 000 signalements d’effets secondaires ont été faits entre mars 2017 (date du changement de formule du médicament contre l'hypothyroïdie) et avril 2018.
L'étude de Merck (une étude de bioéquivalence moyenne) est conforme aux méthodes requises pour la mise sur le marché d’un médicament générique mais pas pour un changement de formulation. Elle ne permet pas de mettre en lumière d'importantes disparités individuelles pour un médicament dont la "marge thérapeutique" (la différence entre la dose efficace et la dose toxique) est étroite.
Les chercheurs estiment que les résultats obtenus dans le cadre de cette étude auraient dû alerter le laboratoire et l'inciter à réaliser une étude de bioéquivalence individuelle.

Source : Le Figaro, par Soline Roy
 

La revue de presse

"Quand la bonne science est supprimée par le complexe médico-politique, les gens...

Ce médicament a été acheté à prix d'or partout dans le monde...

Résidents et personnels des Ehpad seraient prioritaires pour la campagne de vaccination,...

112 médicaments "plus dangereux qu'utiles" dont 93 sont commercialisés en...

Sur la sellette : Chewable Hair Vitamins et Nathyroïd. Le premier, utilisé sous forme...

Entre 4 et 5 millions de décès évités chaque année si la...