Lutter contre la gastro

Elle a des causes diverses mais sa forme virale revient chaque année en période d'hiver et connaît des vagues d'épidémie qui sont de véritables enjeux de santé publique… Bénigne parfois, désagréable souvent, grave quelquefois, que faire contre la gastro ?

Vie saine et zen - Lutter contre la gastro

Dans la majorité des cas, elle est de courte durée. Elle survient brutalement et disparaît généralement au bout de 1 à 3 jours.
Ce n'est pas pour autant qu'il ne faut pas la prendre au sérieux. Le plus souvent anodine dans nos pays, la gastro peut être mortelle pour les personnes de constitution fragile (bébés, personnes malades ou âgées) en raison de la déshydratation qu'elle entraîne.

Publicité

En savoir plus

La gastro, c'est quoi ?

La gastroentérite est une infection inflammatoire du système digestif au niveau des parois de l’estomac et de l’intestin.

Les symptômes sont : nausées, vomissements, crampes abdominales et diarrhée. Ils peuvent varier d'intensité selon la cause et les individus. Certains n'ont aucun symptôme, d'autres ne font que vomir, d'autres n'ont que la diarrhée.
Elle provient d'une contamination par un virus (la plupart des cas), une bactérie ou d'autres micro-organismes.

Exemples :
- La fameuse tourista ou diarrhée du voyageur peut être d'origine bactérienne, virale, ou simplement causée par le changement de nourriture et donc des flores intestinales sollicitées.
- Le choléra provient d'une contamination par une bactérie : la bacille virgule.
- L'amibiase est due aux amibes, un parasite qui se trouve généralement dans des installations sanitaires insuffisantes.
- Les toxines de certaines plantes (champignons, plantes ou bactéries) sont des poisons qui peuvent aussi provoquer très rapidement des gastroentérites.

Virus ou bactérie ?
La gastroentérite bactérienne qu'on appelle communément "intoxication alimentaire" vient de la consommation d'eau ou d'aliments contaminés par certaines bactéries : salmonelles ou colibacilles, en général, sous nos latitudes.

Mais le virus est la cause la plus fréquente. Rotavirus, calcivirus, adénovirus, norovirus… La gastroentérite virale qu'on appelle communément "grippe intestinale" est une infection saisonnière très contagieuse. Elle se transmet d'homme à homme, par les mains, par les verres, aux toilettes…

Se guérir soi-même ?
La plupart des gens se rétablissent eux-mêmes en un jour ou deux après éventuellement une phase de repos au lit, une diète d'une journée avec une réhydratation régulière à base d'eau, de tisane ou de bouillon de légumes.
Dès qu'on peut de nouveau s'alimenter : il vaut mieux privilégier le riz ou les pâtes, les fruits et légumes cuits (carottes, compotes) ; éviter les produits laitiers, les jus d'agrumes, la viande, les plats épicés, les friandises, les aliments gras, ceux qui contiennent de la farine de blé, les fruits et légumes crus.

L'arsenal de la médecine conventionnelle
Les cas de gastroentérite bactérienne graves nécessitent la prise d'antibiotiques (comme Ercefuryl®) et même dans certains cas une hospitalisation.

En cas de gastro virale, l'antibiotique n'a aucun intérêt. On ne sait pas contrer le virus, mais on peut soigner les symptômes :
- contre la diarrhée : Imodium® à prendre sur une courte durée (consulter un médecin), Smecta®… ;
- contre les nausées et vomissements : Motilium®, Vogalène®, Primpéran®… ;
- contre les douleurs abdominales : Spasfon®... ;
- pour reconstituer la flore intestinale : Lactoferment®, Bioflorin®, Carbolevure®… ;
- pour se réhydrater : GES® 45.

Pour les MAC : les probiotiques en première indication
"L'attitude a beaucoup évolué depuis l'utilisation plus large des probiotiques. (…) La plupart du temps on n'a pas besoin de l'arsenal habituel Imodium®, Ercefuryl®, Intetrix®, alors qu'on est en face d'un désiquilibre de flore qui n'est pas dû à une bactérie." explique Serge Rafal, spécialiste en médecine générale et expert en médecines alternatives et complémentaires (MAC).

Plutôt que de couper les symptômes, dans les MAC on va respecter en partie les reflexes naturels de défense que sont la fièvre et les diarrhées.
"Évidemment ces symptômes sont un peu inconfortables, mais à partir du moment où vous ensemencez de nouveau avec les bonnes bactéries qui se trouvent dans les probiotiques, vous agissez sur la cause et vous freinez les symptômes", explique Serge Rafal.

Les probiotiques, contenant des milliards de micro-organismes constituant la flore buccale et intestinale, sont donc en priorité la bonne réponse pour les gastros virales. En traitement de choc, "on peut même faire plusieurs prises par jour s'il le faut, selon les dosages. Et on peut commencer le traitement très vite, dès les premiers symptômes."

Pour compléter, "il faudra un produit pour calmer les douleurs abdominales et une argile qui joue un rôle d'éponge pour absorber les germes, genre Smecta®. Les antidiarrhéiques (Imodium® ou autres) arrivent en troisième ou quatrième position uniquement si la situation reste très inconfortable."

Contre les nausées il y a des produits à base de plantes comme l'artichaut, et en homéopathie : principalement nux vomica, arsenicum album…

Comme pour tout processus infectieux, on peut accompagner avec des oligo-éléments : cuivre-or-argent ou cuivre.
"Dans les mélanges que proposent les laboratoires, genre Renforstim®, en plus des oligo-éléments on trouve de plus en plus des antioxydants et des probiotiques. On sait maintenant qu'on renforce l'immunité en traitant l'intestin", précise Serge Rafal.

La gastro est un bon exemple de maladie contre laquelle une bonne complémentarité des médecines permet de fonctionner en pleine efficacité avec le minimum de dommage pour le patient.


                

La revue de presse

L'annonce d'étendre l'obligation de 3 à 11 vaccins en janvier 2018 est...

Trop de sel, pas assez de fibres, toujours plus de produits transformés et de complé...

Ils durent plusieurs heures souvent par grandes chaleurs... Voici cinq conseils pour optimiser les...

Sous forme de fleurs d'eau, d'écume ou de pellicule huileuse, les algues toxiques sont vert...

44 % des enseignes ne respectent pas l'interdiction de la vente en libre-service des pesticides,...

Les espèces de vertébrés reculent massivement, à la fois en nombre d'...